Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    JM-Oran-2022 / Water-polo: la Serbie affiche ses prétentions face à la Slovénie (22 à 6)    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbès    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    JM-Oran 2022: Vers une cérémonie haut de gamme    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Cnapeste poursuit sa grève
MALGRE LA DECISION DE JUSTICE QUI L'A QUALIFIEE D'ILLEGALE
Publié dans L'Expression le 01 - 02 - 2018

Les efforts de la tutelle et l'entêtement du Cnapeste ne montrent-ils pas que ce syndicat a des arrière-pensées qui vont au-delà de ses «revendications»?
C'est l'impasse! Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (cnapeste), a décidé de maintenir sa grève illimitée débutée mardi dernier, en dépit de la décision de justice la qualifiant d'«illégale».
En effet, le chargé de communication de ce syndicat autonome, Messaoud Boudiba, assure que seul le règlement des revendications mettra un terme à cette grève «illimitée». «Nous avons décidé de maintenir notre mouvement de grève illimitée, après avoir constaté que les portes du dialogue du ministère ont été fermées», nous a-t-il fait savoir, hier, en fin de matinée, lors d'un échange téléphonique. «Les intimidations de la tutelle ne nous font pas peur, nous sommes déterminés à aller au bout de notre mouvement», a-t-il soutenu, en estimant que la réaction de la tutelle ne faisait qu'envenimer la situation. «Le ministère de l'Education nationale avait largement le temps (entre le 21 et le 30 janvier) pour arrêter, à travers le dialogue avec le syndicat, le mouvement de protestation, ils ne l'ont pas fait et ils continuent de pousser la situation vers le blocage», estime-t-il, avant d'entamer sa «guerre» des chiffres qui vont en contradiction avec ceux donnés par les directions de l'éducation à l'échelle nationale. Ce dernier fait part d'un taux de suivi de «80% dans le secondaire, 70% au niveau des classes du moyen et 20% pour ce qui est du primaire». «La grève a été largement suivie surtout dans le cycle secondaire, notamment dans les wilayas de Boumerdès, Béjaïa, Blida, Constantine, Oran, Ghardaïa, Laghouat, Tlemcen, Bouira, Annaba, Batna, et Alger-Est et Ouest», précise-t-il. La tutelle parle d'un taux «mitigé» qui ne dépasse pas les 5% au niveau national. Néanmoins, malgré ce qu'affirme le Cnapest la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit a appelé, mardi dernier à partir de Ghardaïa, à l'apaisement. «Nous étions et nous sommes totalement disponibles à répondre aux doléances réglementaires des travailleurs et syndicats de l'éducation et les portes du dialogue civilisé sont toujours ouvertes», a-t-elle souligné, précisant avoir demandé aux responsables du Cnapeste de suspendre la grève illimitée, avant d'entamer un dialogue serein. «Nous sommes prêts à répondre à toutes les doléances réglementaires», a- t-elle dit, en montrant effectivement sa volonté d'arriver le plus rapidement possible à une solution qui garantira aux élèves leur droit à l'éducation. Il faut rappeler que le ministère de l'Education nationale avait tenu, dimanche dernier, une réunion avec le bureau national du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation, sans qu'aucun accord ne soit trouvé, concernant les revendications soulevées. Les efforts de la tutelle et l'entêtement du Cnapeste ne montrent-ils pas que ce syndicat a des arrière-pensées qui vont au-delà de ses «revendications»? Car, il faut rappeler que ce mouvement de débrayage intervient en signe de «solidarité»avec leurs collègues, ayant entamé un mouvement de protestation en novembre dernier à Blida et Béjaïa, notamment concernant la décision qualifiée d' «illégale» de procéder à des retenues sur les salaires des enseignants grévistes de ces deux wilayas. Ils ont également critiqué la décision du ministère de l'Education nationale de remplacer les enseignants grévistes, appelant au «respect des lois de la République en vigueur». Quel que soit le parti qui a tort ou qui a raison, une chose est sûre, les élèves sont pris en otage...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.