Premier League : Chelsea se fait dominer par Leicester    Liverpool - Owen : "Salah est trop égoïste"    Fédération française : Thiriez n'est pas d'accord pour Benzema    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Les jeunes sont les plus touchés: Forte hausse du taux de chômage en Algérie    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Handball - Mondial 2021 : Algérie-France, aujourd'hui à 18h00: Les Verts pour un sursaut d'orgueil    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Vaccination contre la Covid-19: Les objections du président de la Forem    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Grandes manoeuvres et sourde bataille    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Prise en charge de toutes les revendications des fonctionnaires du secteur    249 nouveaux cas, 186 guérisons et 3 décès    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    L'Algérie s'impose face à la Libye    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    Brahim Laâlami reste en prison    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Qui bloque la réouverture de l'activité ?    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nos banques et l'argent de l'informel
Publié dans L'Expression le 24 - 02 - 2018


Chaud et froid. Abderrahmane Rayoua, notre ministre des Finances a indiqué, jeudi dernier à partir de Blida où il était en visite d'inspection, que le marché parallèle a bancarisé des «sommes énormes». Même s'il n'a pas précisé le montant, on sait que près de la moitié de la monnaie fiduciaire (pièces et billets de banque) en circulation reste à bancariser. C'est le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, qui l'a précisé aux députés le 12 février dernier. «La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4780 milliards de DA dont 1500 milliards de DA à 2000 milliards de DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques» leur avait-il confié. Ce qui veut dire qu'il reste encore des «sommes énormes» à bancariser. Il faut rappeler que le gouvernement avait estimé l'argent hors du circuit bancaire à 3700 milliards de dinars en juillet 2017. Soit à la veille du lancement, le 15 août 2017, de la mesure (notamment la taxe de 7%) contenue dans la loi de finances complémentaire de cette même année pour faciliter et attirer les déposants. Tenant compte de ces deux déclarations, on peut chiffrer «les sommes énormes» annoncées par Raouya à environ 1500 milliards de DA. Ce qui revient à dire que le captage est en cours, mais à un rythme qu'il faudrait accélérer. Par tous les moyens. Loukal avait cité de cas de la monnaie hors circuit bancaire qui avait reculé de 105 milliards de DA au cours du seul mois de décembre dernier «grâce à l'application de la directive de la banque d'Algérie concernant la domiciliation des importations destinées à la revente en l'état». On peut également rappeler l'obligation, en 2015, de paiement par des moyens scripturaux (circuit bancaire) toute transaction immobilière de 500 millions de centimes et plus. Les véhicules neufs sont également concernés avec un seuil d'un million de DA et plus. Une mesure qui a dû «aspirer» une partie de l'argent thésaurisé. Il n'en demeure pas moins que le rythme reste lent. En attendant que le e-paiement soit généralisé pour tarir complètement les «sources» de l'informel, Rayoua a décidé de rappeler à l'ordre les banques. Il vient de leur adresser une note leur demandant de «cesser d'exiger, lors de tout dépôt de fonds en caisse auprès de leurs guichets, des justificatifs au-delà de ceux relatifs à l'identité du client dans le cadre des exigences règlementaires en matière de connaissance du client». C'est-à-dire de se débarrasser du syndrome de «Hadj Klouf». Un syndrome qui dure car son prédécesseur, Baba Ammi, qui s'était contenté d'un simple appel aux banques, en avril 2017, leur demandant «gentiment» de cesser de se mêler de ce qui ne les regardait pas, n'a pas été entendu. On doit à la vérité de dire que c'est la mentalité qui a cours dans certaines de nos banques publiques (pas toutes heureusement) qu'il faut revoir. Le jour où ces institutions financières assimileront définitivement que leur raison d'exister est d'attirer l'épargne et en faire une source de profit, ce jour-là la partie sera gagnée. Et l'informel enterré à jamais!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.