Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La scène en déficit de candidats
À 13 MOIS DE LA PRESIDENTIELLE
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2018

un peu plus d' une année nous sépare de l'élection présidentielle
L'incertitude et le suspense sont tels que la présidentielle ne figure pas comme priorité des principaux partis visibles dans le paysage politique.
La scène politique semble être paralysée. La quasi-totalité des formations politiques demeure absorbée soit par les préparatifs, soit par la mise en oeuvre des résolutions qui ont découlé de leurs rendez-vous organiques. Cependant, un vide sidérale en matière d'alternative et de candidature crédibles caractérise la scène politique alors qu'un peu plus d' une année nous sépare de l'élection présidentielle. Le suspense et l'incertitude sont tels que la présidentielle ne figure pas comme priorité à l'agenda des principaux partis visibles dans le paysage politique. Tout semble bloqué et suspendu à l'échéance de 2019, commentent plusieurs politiques. Cette question ne figure, en fait, dans aucun agenda d'un parti ou d'un groupe de formations politiques. Cet état des lieux laisse exploser les spéculations politico- médiatiques, sans plus. En tout cas, d'après certains observateurs, à ce stade rien ne reflète que le pays est doté d'un quelconque pluralisme politique et de la dynamique liée à l'alternance au pouvoir qui s'ensuit. Un flou artistique semble entourer cette échéance et donne un aspect insolite à la vie politique du pays. Dans ce contexte, le parti majoritaire dans toutes les assemblées élues (FLN), a fait de cette question un tabou. Selon toute vraisemblance, il s'agit d'éviter d'abattre toutes ses cartes et se dévoiler dès maintenant. Selon de nombreux observateurs, le fait d'évoquer actuellement la présidentielle de 2019, risque de la décrédibiliser complètement aux yeux de l'opinion publique nationale et internationale. Cela explique en partie, le désaveu suscité par la coordination créée par Baha Eddine Tliba pour soutenir le 5e mandat du chef de
l'Etat, avant même que ce dernier ait tranché cette question qui relève de ses prérogatives.
D'autre part, la position du parti affublé de la deuxième force politique(RND) par rapport à la présidentielle reste inchangée depuis 1999. Dans le même ordre d'idées, il est très probable que la plupart des partis de l'opposition, notamment ceux d'obédience islamiste, qui ont participé jusqu'ici à l'agenda du pouvoir en place (législatives et élections locales), continueront sur leur lancée. Pour d'autres partis comme Talaie El-Hourriyet, officiellement, l'élection présidentielle n'est pas une priorité car il faut d'abord régler la crise politique, sociale et économique...». Quel que soit le scénario qui sera retenu pour la succession au pouvoir, à savoir les scénarii démocratiques, de la continuité ou le statu quo, le candidat du consensus, de par sa stratégie participationniste, le MSP, le plus grand parti islamiste et partenaire important de l'opposition «sera de la partie», avait affirmé récemment son président, Abderezzak Makri. Du fait de ces divergences de taille et stratégiques, il est très difficile que l'option d'une alliance antisystème de l'opposition ou d'une solution frontiste puisse voir le jour ou soit opérable. L'approche à grandes enjambées de cette échéance ne permettrait pas de construire une telle alternative commune, sa mise en place étant très compliquée et complexe. En attendant, un aréopage de partis, associations et organisations de masse ne manqueront pas de se positionner en vue de l'échéance présidentielle dans les prochains jours. Par ailleurs, si certains vont certainement conditionner leur participation par la mise en place d'une instance effectivement indépendante, créée et composée de ceux qui participeront à cette compétition politique, en revanche de nombreux candidats seront aux starting-blocks le jour «J».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.