JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La scène en déficit de candidats
À 13 MOIS DE LA PRESIDENTIELLE
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2018

un peu plus d' une année nous sépare de l'élection présidentielle
L'incertitude et le suspense sont tels que la présidentielle ne figure pas comme priorité des principaux partis visibles dans le paysage politique.
La scène politique semble être paralysée. La quasi-totalité des formations politiques demeure absorbée soit par les préparatifs, soit par la mise en oeuvre des résolutions qui ont découlé de leurs rendez-vous organiques. Cependant, un vide sidérale en matière d'alternative et de candidature crédibles caractérise la scène politique alors qu'un peu plus d' une année nous sépare de l'élection présidentielle. Le suspense et l'incertitude sont tels que la présidentielle ne figure pas comme priorité à l'agenda des principaux partis visibles dans le paysage politique. Tout semble bloqué et suspendu à l'échéance de 2019, commentent plusieurs politiques. Cette question ne figure, en fait, dans aucun agenda d'un parti ou d'un groupe de formations politiques. Cet état des lieux laisse exploser les spéculations politico- médiatiques, sans plus. En tout cas, d'après certains observateurs, à ce stade rien ne reflète que le pays est doté d'un quelconque pluralisme politique et de la dynamique liée à l'alternance au pouvoir qui s'ensuit. Un flou artistique semble entourer cette échéance et donne un aspect insolite à la vie politique du pays. Dans ce contexte, le parti majoritaire dans toutes les assemblées élues (FLN), a fait de cette question un tabou. Selon toute vraisemblance, il s'agit d'éviter d'abattre toutes ses cartes et se dévoiler dès maintenant. Selon de nombreux observateurs, le fait d'évoquer actuellement la présidentielle de 2019, risque de la décrédibiliser complètement aux yeux de l'opinion publique nationale et internationale. Cela explique en partie, le désaveu suscité par la coordination créée par Baha Eddine Tliba pour soutenir le 5e mandat du chef de
l'Etat, avant même que ce dernier ait tranché cette question qui relève de ses prérogatives.
D'autre part, la position du parti affublé de la deuxième force politique(RND) par rapport à la présidentielle reste inchangée depuis 1999. Dans le même ordre d'idées, il est très probable que la plupart des partis de l'opposition, notamment ceux d'obédience islamiste, qui ont participé jusqu'ici à l'agenda du pouvoir en place (législatives et élections locales), continueront sur leur lancée. Pour d'autres partis comme Talaie El-Hourriyet, officiellement, l'élection présidentielle n'est pas une priorité car il faut d'abord régler la crise politique, sociale et économique...». Quel que soit le scénario qui sera retenu pour la succession au pouvoir, à savoir les scénarii démocratiques, de la continuité ou le statu quo, le candidat du consensus, de par sa stratégie participationniste, le MSP, le plus grand parti islamiste et partenaire important de l'opposition «sera de la partie», avait affirmé récemment son président, Abderezzak Makri. Du fait de ces divergences de taille et stratégiques, il est très difficile que l'option d'une alliance antisystème de l'opposition ou d'une solution frontiste puisse voir le jour ou soit opérable. L'approche à grandes enjambées de cette échéance ne permettrait pas de construire une telle alternative commune, sa mise en place étant très compliquée et complexe. En attendant, un aréopage de partis, associations et organisations de masse ne manqueront pas de se positionner en vue de l'échéance présidentielle dans les prochains jours. Par ailleurs, si certains vont certainement conditionner leur participation par la mise en place d'une instance effectivement indépendante, créée et composée de ceux qui participeront à cette compétition politique, en revanche de nombreux candidats seront aux starting-blocks le jour «J».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.