Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti de Benflis veut boycotter les législatives
POUR PRESERVER SA COHESION
Publié dans L'Expression le 17 - 11 - 2016

Le résultat de plus d'un million de voix obtenues en 2014, influera grandement sur la décision du comité central.
Talaie El Houriyet de Ali Benflis semble mettre un trait sur les législatives prochaines au moment où ses partenaires politiques au sein de la Cltd, ont opté pour la participation pour continuer à exister dans le paysage politique. Le parti de L'Avant-garde des libertés fait perdurer le suspense quant à sa participation ou non aux législatives et locales prochaines. Idem pour ceux regroupés dans le Pôle des forces de changement, à l'image de L'Ufds de l'ex-ministre de l'Agriculture Nordine Bahbouh et le parti d' El Fadjr El Djadid, Tahar Benbaïbeche, également ex-secrétaire général du RND. Ces partis laissent les portes ouvertes à toute éventualité. Il faut noter qu'ils ne partagent pas la jurisprudence (ijtihad) de leurs partenaires dans l'Instance de consultation et de suivi de l'opposition(Icso). Paradoxalement, Ali Benflis, qui s'est engagé sans condition, en n'exigeant aucun pré-requis pour une élection présidentielle libre et indépendante en 2014, justifierait son éventuelle option de boycott, fraîchement agréé, des scrutins prochains par l'absence de toutes les garanties nécessaires de transparence et d'équité. En tout état de cause, le comité central du parti se réunira les 6 et 7 janvier prochains pour se prononcer sur la question de la participation ou non aux prochaines élections. Cette hésitation participerait en partie de la volonté de ne pas prendre part aux élections prochaines car dans le cas contraire ce report sera d'autant plus incompréhensif que ces partis auront du pain sur la planche, étant donné le durcissement des conditions de participation aux législatives prochaines. A fortiori les partis en question, n'ont pas pris part aux législatives précédentes, donc, seront contraints de s'orienter vers la rude opération de collecte des signatures. Ce parti qui prévoit une large consultation des bureaux communaux et territoriaux du parti fraîchement installés, sur le sujet, finirait par mettre un trait sur la participation aux législatives d'avril prochain. En fait, cette décision serait motivée par le désir de capter la dynamique générée par sa participation à la présidentielle de 2014. Le résultat d'un million de voix selon les chiffres officiels (1 288 338), beaucoup plus selon le concerné, influera grandement sur la décision du comité central dans cette élection qu'on dit jouée d'avance. D'autre part, la participation aux élections ne garantit en rien la cohésion au sein du parti, en sachant que le phénomène de la bataille autour des meilleures positions sur la liste de candidatures aux législatives mine tous les partis sans exception. Pour Benflis l'heure sera plutôt à la structuration locale et centrale de son parti pour capitaliser la dynamique électorale du 17 avril 2014, lors du scrutin pour l'investiture suprême prochaine, constitutionnellement prévue en 2019. Le président de Talaie El Houriyet veut notamment se positionner comme porteur d'une alternative de changement par le bais des élections légitimes. Pour rappel, Ali Benflis a déclaré récemment que «pour les prochaines élections, les jeux sont déjà faits car les deux lois, celle portant régime électoral, l'autre relative à une prétendue instance électorale indépendante, adoptées récemment à l'APN, organisent la tricherie politique et la fraude». «Face au désastre économique, au risque d'instabilité sociale, le pouvoir a la tentation de régler les problèmes à huis clos, d'où le raidissement que nous observons actuellement», a-t-il estimé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.