Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons d'une visite
LE PRESIDENT DE L'UNION AFRICAINE À ALGER POUR 3 JOURS
Publié dans L'Expression le 11 - 03 - 2018


Abdelkader Messahel avec Moussa Faki Mahamat
L'Agenda africain est celui de l'intégration. Il est question de faire taire les armes à l'horizon 2020, de créer, la semaine prochaine, une zone de libre-échange et d'aller vers des réformes de l'UA aussi bien dans son aspect financement que dans son aspect institutionnel.
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, est depuis hier à Alger, pour une première visite officielle de trois jours. Cette visite revêt un caractère très important car intervenant à la veille du sommet extraordinaire de l'UA qui se tiendra à Kigali et qui sera consacré au lancement de la Zone de libre-échange continental africaine (Zleca). La visite de Moussa Faki intervient également dans un contexte marqué par une volonté politique commune pour le renforcement de la coopération en matière de sécurité et de résolution des conflits existants. En effet, l'invité de l'Algérie a affirmé hier, à son arrivée que sa visite en cours avait pour but de discuter de plusieurs questions clés dans l'Agenda africain. «Nous avons à l'occasion du 31e Sommet de janvier à Addis- Abeba pris des décisions très importantes, notamment sur la Zone de libre-échange continental (Zleca), qui sera le sujet lors du prochain sommet, le 21 mars à Kigali, le passeport africain et le transport aérien dans le continent», a indiqué Moussa Faki Mahamat ajoutant que «l'Agenda africain est celui de l'intégration et surtout de connaître le continent africain (...) en plus, bien entendu, de la réforme (de l'UA) aussi dans son aspect financement que dans son aspect institutionnel, en plus des questions de paix et de sécurité dans notre continent, qui sont des préoccupations majeures». Il a, par ailleurs, fait part de l'ambition du continent de «faire taire les armes à l'horizon 2020». Après l'avoir accueilli, à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediene, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a eu un entretien avec son invité sur l'ensemble des questions africaines inscrites à l'Agenda de l'Union, notamment les réformes en cours de l'Organisation continentale et son financement. Les questions de paix et de sécurité en Afrique ont constitué également un chapitre important des discussions au regard des efforts soutenus de l'Algérie en faveur de la préservation de la paix et de la sécurité en Afrique, notamment au Mali et en Libye. Faut-il rappeler que l'Algérie a joué, depuis le début de la crise malienne, un rôle majeur et essentiel dans la stabilité de ce pays voisin. L`accord de paix et de réconciliation au Mali, signé dans une première étape en mai 2015, et dans une deuxième phase en juin de la même année, par toutes les parties maliennes à Bamako, avait été obtenu après cinq rounds de dialogue, engagé en juillet 2014 sous la conduite d`une médiation internationale, dont l`Algérie avait été le chef de file. Depuis, l'Algérie poursuit une coopération exemplaire dans le suivi de la mise en oeuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation qui a enregistré des avancées notables, notamment sur les questions institutionnelles, de défense et sécurité sous la direction du président Bouteflika. Et en ce qui concerne la Libye, l'Algérie, faut-il le rappeler, aspire à ce que les développements en cours aboutissent à une solution politique à la crise qui préserve l'unité, l'intégrité et la souveraineté de ce pays frère et voisin. Concernant le conflit du Sahara occidental, l'Algérie considère que l'Union africaine demeure politiquement saisie de cette question conformément aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale de l'ONU. Par ailleurs et une fois les questions africaines abordées, Moussa Faki devra être reçu par d'autres hauts responsables du pays avec lesquels il échangera sur la dynamique spéciale qui caractérise la coopération entre l'Algérie et la Commission de l'UA, notamment les réformes en cours de l'Organisation continentale et son financement. Il y a lieu de souligner, par ailleurs, que l'Algérie, reconnue en tant que pays engagé dans la promotion des intérêts de l'Afrique, entretient une coopération dense avec la Commission de l'Union africaine, dont témoignent les différentes actions de soutien entreprises par l'Algérie, à la demande de l'Union africaine, dans le cadre des missions de l'Organisation dans le domaine de la paix et de la sécurité en Afrique. A cela s'ajoute le mandat confié au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, par ses pairs africains, en tant que Coordonnateur des efforts de l'Union africaine dans le domaine de la prévention et de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent. Faut-il rappeler que l'Algérie abrite les sièges de deux organes importants de l'Union africaine, en l'occurrence le Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (Caert) et le Mécanisme africain de coopération policière (Afripol). Enfin, Moussa. Faki abordera la tenue du prochain sommet extraordinaire de l'UA et le prochain lancement de la Zone de libre-échange continental africaine (Zleca). Approuvée par les dirigeants africains, la Zleca est un projet phare de l'Agenda 2063, dont le but est de faire de l'intégration économique de l'Afrique une réalité. Il faut dire que la création de la Zleca peut constituer une sérieuse opportunité pour que l'Algérie puisse développer davantage ses exportations hors hydrocarbures. Le marché africain peut être porteur pour le produit algérien. La Zleca s'inscrit en droite ligne avec la politique du Forum des chefs d'entreprise (FCE) qui, rappelons-le, a organisé, en décembre dernier à Alger, le premier Forum d'affaires algéro-africain. Une rencontre qui a donné naissance à des contrats entre les entreprises algériennes et leurs partenaires du Tchad, Mali, Mauritanie ou encore le Kenya et l'Afrique du Sud. Sur le plan économique donc, l'Algérie, dirigeants et opérateurs économiques, soutiennent cette initiative dont la mise en oeuvre va générer des résultats très bénéfiques pour tout le continent, non seulement sur le plan socio-économique, mais permettra aussi de donner plus de confiance aux Africains et renforcera leur engagement et leur appropriation de l'Agenda 2063.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.