Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Rassemblement aujourd'hui devant le siège du parti    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    Les raisons d'un bouleversement politique    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Malgré les arrestations et le dispositif sécuritaire : Les étudiants en force    Marche et grève générale le 24 septembre    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Les campus toujours au rendez-vous    6 blessés et 2 intoxiqués suite à une explosion de gaz    Appel aux bénéficiaires de logements à libérer leurs habitations précaires    ACTUCULT    Une vingtaine d'artistes participent à la manifestation    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    Le rétablissement de la production saoudienne sera difficile    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Un grand cinéaste s'en est allé    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    Mascara: Plus de 10 millions en fausse monnaie saisis    Ligue des champions d'Europe: Paris et Madrid pôles d'attraction    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    FAF - AG extraordinaire: Le nouveau système de compétition validé    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Les quatre représentants algériens affichent une belle forme    Libre en juin, Cavani divise en interne    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    L'envoyé de l'ONU attire l'attention sur le risque d'une escalade militaire    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    Les plus lus et les plus traduits au monde    Youcef Meziani n'est plus    Election présidentielle: Un des chantiers prioritaires du futur président de la République, redonner confiance    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    Rabehi défend le gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avis divergent
DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES
Publié dans L'Expression le 10 - 05 - 2018

Le mode opératoire pourrait connaître des changements. Les partisans du solaire thermique à la place du photovoltaïque avancent des arguments solides.
Comment favoriser le développement des énergies renouvelables (ENR) en Algérie? Une question à laquelle ont répondu des experts et des cadres au sein de la Sonelgaz et du Centre de développement des énergies renouvelables (Cder) lors d'une rencontre organisée, hier, par le Club Energia du Forum des chefs d'entreprise (FCE).Une rencontre rehaussée par la présence de responsables au sein de sociétés étrangères versées dans le domaine des ENR. Pour Chahar Boulakhras, P-DG de la Société d'électricité et des énergies renouvelables (Sktm) filiale de l'Entreprise publique économique Sonelgaz «est placée devant les enjeux de réduction coûte que coûte de la consommation d'énergie, l'option de développer l'énergie photovoltaïque devient une alternative incontournable. D'autant plus, toujours selon ce dernier, que «c'est à la portée du pays compte tenu du potentiel existant, qui ne demande qu' à être exploité, car son exploitation n'est pas du tout onéreuse. Ce dernier a avancé par ailleurs qu'«il devient urgent de booster ce secteur du fait que les besoins nationaux en énergie électrique et en gaz à l'horizon 2027 vont pratiquement doubler, une demande à laquelle il faudra répondre. C'est possible pour peu que l'on s'attelle à développer chez nous les Enrs». En effet, selon le P-DG, sa société est à la recherche de solutions économiquement viables pour répondre à la demande croissante de l'énergie et de surcroît avec un prix compétitif du kwh. Dans cette perspective, il a indiqué que la Sonelgaz a, entre autres, lancé une étude d'un portefeuille de sites qui se prête à l'installation de centrales solaires. Il a par ailleurs affirmé que le Groupe public Sonelgaz est ouvert au partenariat avec des entreprises étrangères. Pourquoi? selon Chahar Boulakhras, le Groupe Sonelgaz «vise à travers cette démarche à développer les capacités nationales en termes d'ingénierie, de services, de travaux et de fabrication en rapport avec la construction, l'exploitation et la maintenance des installations». Au sujet du parc solaire installé par son groupe, il a cité la centrale photovoltaïque de Adrar d'une capacité de production de 20 MWc, celle de Timimoun (9 MWc) et celle de Kabertène (3 MWc). Sur le potentiel éolien, le P-DG a informé le parterre des participants, que pour l'heure, 21 zones ont été identifiées comme étant des régions à fort potentiel, pour une vitesse de vent allant de 5 à 9m/s (à 150 m d'altitude) réparties sur le Sud -Ouest, la région des Oasis et le Sud-Est et des régions à moindre potentiel au nord-ouest et au nord-est du pays. Chahar Boukhars a conclu son intervention en rappelant que pour les pouvoirs publics, les Enrs sont une «priorité nationale». Et d'annoncer dans ce sens que «le dispositif réglementaire vers les partenariats privé- privé et public-privé sera plus soutenu, comme il a indiqué que le climat sera plus favorable aux investissements puisque les procédures administratives seront plus souples et compréhensibles par les investisseurs». Interrogé par L'Expression, en marge de cette rencontre, sur cette option de partenariat, Tewfik Hasni, consultant en transition énergétique et énergies, estime que «pour que la transition énergétique devienne une réalité chez nous, cela va demander beaucoup d'argent et comme le pays n'est pas en mesure d'y répondre, il ne reste plus que la voie du partenariat avec des sociétés étrangères».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.