Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Algérie-France (amical): rencontre mardi à Lille entre le président de la FAF et la FFF    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Brésil: des examens à Paris pour Neymar    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nos urgences fonctionnent normalement"
ABDESLAM BENANA, DIRECTEUR DU CHU MUSTAPHA PACHA
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2018


Abdeslam Benana
Avec cette situation inédite de résidents qui boudent les gardes et avec les carences essentiellement dues au désordre «on n'a jamais un décès dans une salle d'attente».
Dans une réaction à notre journal, le directeur de l'hôpital Mustapha Pacha, Abdeslam Benana, a souligné avec force que les urgences de l'hôpital fonctionnent le plus normalement du monde, estimant que la réalité a été exagérée. «C'est faux! Nous n'avons pas de malades livrés à eux-mêmes, comme cela a été rapporté par votre journaliste. Tous les patients dont les pronostics médicaux signalent une urgence, sont pris en charge comme il se doit», a insisté M. Benana soulignant que les autres cas qui ne nécessitent pas une prise en charge immédiate sont obligés d'attendre leur tour, comme cela se fait de par le monde entier. «Une urgence médicale a ses règles. C'est quand le pronostic vital du patient est en jeu. Une urgence signifie que le patient est allongé. Une urgence est évacuée par le Samu ou la Protection civile», a clarifié le directeur du CHU de l'hôpital Mustapha Pacha, niant totalement que les services des urgences aient reçu des malades «jetés sur le par-terre». Il a affirmé détenir une preuve matérielle: «Le service des urgences est sous surveillance de caméras et ces mêmes caméras ne montrent aucun malade sur le parterre. Certes, il y a des patients qui attendent leur tour mais sans plus».
Cependant, M. Benana signale un comportement somme toute néfaste du patient algérien qui «a pris la mauvaise habitude de se rendre aux urgences pour de simples soins et parfois même pour rectifier une ordonnance au lieu de s'orienter vers les structures de proximité».
Le même responsable a également attiré l'attention sur le fait que cette situation de médecins qui boudent les gardes est inédite dans les annales de la médecine. «Ces résidents sont nos enfants et nous avons un double devoir envers eux: d'abord de les aider quand ils ont raison et ensuite leur dire la vérité quand ils ont tort et les orienter sur la bonne voie. Or, jusqu'à preuve du contraire, toutes leur revendications ont été satisfaites après plusieurs rencontres de travail avec le ministre de la Santé. Ne reste dans leurs revendication que ce qui est anormal et impossible». Cela étant, avec toutes les difficultés et avec les carences essentiellement dues au désordre: «On n'a jamais eu un décès dans une salle d'attente.» «C'est vrai que nous avons des insuffisances, parfois un manque de médicaments mais on a toujours fait face aux situations d'urgence et veillé à offrir les soins adéquats à nos patients», a affirmé M. Benana avant de conclure que «ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève. Nombre d'entre eux ont refusé de suivre ce mouvement et s'adonnent normalement à leur noble travail. On a comblé les vides qui existent par des médecins généralistes et les urgence fonctionnent le plus normalement du monde».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.