CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nos urgences fonctionnent normalement"
ABDESLAM BENANA, DIRECTEUR DU CHU MUSTAPHA PACHA
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2018


Abdeslam Benana
Avec cette situation inédite de résidents qui boudent les gardes et avec les carences essentiellement dues au désordre «on n'a jamais un décès dans une salle d'attente».
Dans une réaction à notre journal, le directeur de l'hôpital Mustapha Pacha, Abdeslam Benana, a souligné avec force que les urgences de l'hôpital fonctionnent le plus normalement du monde, estimant que la réalité a été exagérée. «C'est faux! Nous n'avons pas de malades livrés à eux-mêmes, comme cela a été rapporté par votre journaliste. Tous les patients dont les pronostics médicaux signalent une urgence, sont pris en charge comme il se doit», a insisté M. Benana soulignant que les autres cas qui ne nécessitent pas une prise en charge immédiate sont obligés d'attendre leur tour, comme cela se fait de par le monde entier. «Une urgence médicale a ses règles. C'est quand le pronostic vital du patient est en jeu. Une urgence signifie que le patient est allongé. Une urgence est évacuée par le Samu ou la Protection civile», a clarifié le directeur du CHU de l'hôpital Mustapha Pacha, niant totalement que les services des urgences aient reçu des malades «jetés sur le par-terre». Il a affirmé détenir une preuve matérielle: «Le service des urgences est sous surveillance de caméras et ces mêmes caméras ne montrent aucun malade sur le parterre. Certes, il y a des patients qui attendent leur tour mais sans plus».
Cependant, M. Benana signale un comportement somme toute néfaste du patient algérien qui «a pris la mauvaise habitude de se rendre aux urgences pour de simples soins et parfois même pour rectifier une ordonnance au lieu de s'orienter vers les structures de proximité».
Le même responsable a également attiré l'attention sur le fait que cette situation de médecins qui boudent les gardes est inédite dans les annales de la médecine. «Ces résidents sont nos enfants et nous avons un double devoir envers eux: d'abord de les aider quand ils ont raison et ensuite leur dire la vérité quand ils ont tort et les orienter sur la bonne voie. Or, jusqu'à preuve du contraire, toutes leur revendications ont été satisfaites après plusieurs rencontres de travail avec le ministre de la Santé. Ne reste dans leurs revendication que ce qui est anormal et impossible». Cela étant, avec toutes les difficultés et avec les carences essentiellement dues au désordre: «On n'a jamais eu un décès dans une salle d'attente.» «C'est vrai que nous avons des insuffisances, parfois un manque de médicaments mais on a toujours fait face aux situations d'urgence et veillé à offrir les soins adéquats à nos patients», a affirmé M. Benana avant de conclure que «ce ne sont pas tous les médecins résidents qui sont en grève. Nombre d'entre eux ont refusé de suivre ce mouvement et s'adonnent normalement à leur noble travail. On a comblé les vides qui existent par des médecins généralistes et les urgence fonctionnent le plus normalement du monde».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.