Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Blida en bref    24 heures    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    Isolation thermique des bâtiments: La solution «Airium» de LafargeHolcim validée    L'opposition piégée ?    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    MC Oran - Réunion demain avec Hyproc: Est-ce la fin du suspense ?    JS Kabylie 21: L'équilibre enfin retrouvé    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Un taux de plus de 56% selon l'Intersyndicale: Suivi mitigé de la grève dans l'Education    Un phénomène inquiétant selon le conseil de l'ordre: L'exode des médecins algériens vers l'étranger s'accélère    Notre photographe Benhalima porté disparu en mer    Le rêve et la chaloupe    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    L'économie administrée est en échec    Coupe d'Algérie (8es de finale) : ESS-USMA et NAHD-MCA éclipsent tout    Le TP Mazembe se souviendra du pont suspendu de Constantine    Qualification méritée pour les «Sang et Or»    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    Ouverture des travaux des Assises nationales du tourisme à Alger : Tout pour valoriser l'image de l'Algérie    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    Y a-t-il un lien avec l'affaire el-Bouchi ?    Un instituteur devant la justice à Sétif    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    «L'Algérie signifie clairement qu'elle se construit dans la démocratie»    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Un assortiment de poèmes déclamés en ouverture de la manifestation    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    La démarche prudente de Ali Benflis    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    "Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les maires se plaignent déjà
UN AN APRÈS LEUR ELECTION
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2018

Les artères sont défoncées par les tracteurs et autres poids lourds qui l'empruntent
L'aménagement et le logement social restent les deux soucis majeurs dans la majorité des communes ces derniers temps.
D'est en ouest, du nord au sud, les élus qui bouclent leur première année crient au manque de moyens pour répondre aux doléances de leurs électeurs.
La situation la plus critique a été vécue la quinzaine passée quand les exclus des listes du logement social à Bir Ghbalou ont occupé la voie publique et organisé des manifestations parfois violentes. Chaque distribution de logements sociaux est synonyme de réactions quelquefois violentes mais force est de constater que la loi reste toujours l'unique dénouement.
La liste des 814 logements à Bouira est la preuve que quand la chose est bien faite, tout le monde trouve son compte. Il reste les 11 cas exclus pour détention d'un registre du commerce, ayant introduit des recours et qui seront revus prochainement par la commission sur instruction du wali qui veut que cette opération soit exemplaire. Sur un autre registre, celui du développement, les maires de la majorité des communes sans ressources se plaignent de la faiblesse des aides attribuées dans le cadre du fonds d'aide aux collectivités locales. Ainsi, la commune de Khabouzia, daïra de Aïn Bessem, une commune agricole a bénéficié l'exercice passé de 70 millions de dinars. Cette municipalité et selon ses habitants souffre d'un manque d'urbanisation. Les artères sont défoncées par les tracteurs et autres poids lourds qui l'empruntent. Quelques maisons éparses et isolées réclament le gaz, la route et l'éclairage public. Même situation du côté de Chorfa, de Oued Rachid, Thaourirt, Ath Laksar, Ridane, Maâmoura, El Mokrani...pour ne citer que ces exemples. A El Adjiba, 18 foyers sont privés de gaz parce que le chemin de fer exige le paiement de la traversée du rail pour alimenter ces foyers. Cette situation a mis le maire dans tous ses états. «Je demande à la société du rail de payer son passage sur les terres agricoles de ma commune» dira le P/APC, d'un exécutif tenu à Bechloul et présidé par le wali. A Thaourirt Nath Mansour, commune de la daïra de M'Chedallah et où se trouve la station de pompage Sonatrach qui profite à la commune de Béjaïa plus qu'à la commune de Ath Mansour, les citoyens se disent «marginalisés», en notant le fait que leur commune est à la traîne dans tous les domaines, notamment celui de l'aménagement. Il est vrai que cette commune manque désespérément d'infrastructures en tout genre. Réseau routier, éclairage public, réseau d'assainissement...la RN 5 qui traverse la commune se dégrade et l'activité autour se fait de plus en plus rare si on excepte les tailleurs de pierre, unique activité économique de la région.
La dernière visite du wali de Bouira a été l'occasion pour les citoyens d'exposer leurs doléances. «Notre commune est sinistrée!
Les élus locaux, malgré toute leur bonne volonté, ne peuvent faire face à ce manque de moyens flagrant. C'est vous monsieur le wali, qui devez vous pencher sur le cas de cette commune pour débloquer les fonds nécessaires à notre désenclavement», dira un citoyen. Les habitants ont interpellé le wali sur les routes qui sont, selon eux, dans un état de délabrement total en raison des nids-de-poule.
Le wali de Bouira, a promis d'examiner ces doléances et d'y remédier. Pour rappel, plusieurs centaines de citoyens avaient fermé le siège de la daïra pour revendiquer de meilleures conditions de vie. Les citoyens de la localité de Toghza, relevant de la commune de Chorfa (est de Bouira), crient leur désarroi face à la détérioration qui affecte leur village. «Nous sommes encore et toujours contraints de nous approvisionner en eau par des citernes», écrivent-ils. Avant de souligner que les autorités locales «s'étaient, pourtant, engagées à accélérer les travaux de raccordement au réseau d'eau potable via le barrage de Tilesdit». Par ailleurs et selon les requérants, l'éclairage public est défaillant ou carrément inexistant dans certains endroits. Une année après leur intronisation à la tête des 45 communes de la wilaya, la majorité des maires se plaint de ne pas pouvoir gérer ses circonscriptions en raison du manque de moyens. Ces postulants connaissaient déjà la situation, pourquoi alors s'être aventurés pour aujourd'hui renvoyer les citoyens vers la daïra ou la wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.