Nouveau poste frontalier algéro-mauritanien : "apport qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale    Premier League : Chelsea s'impose sur le fil face à Arsenal    Distribution de 138.000 logements durant les trois derniers mois, 185.000 autres attendent l'aménagement extérieur    Coupe de la Confédération africaine (5e J/ Gr. D) : l'USMA pour s'approcher des quarts    Illizi : plus de 2,6 mds de dinars pour améliorer le cadre de vie de la population locale    ONU : quatre propositions pour protéger les Palestiniens    Belmadi dévoile les membres de son staff technique    Le Président Bouteflika félicite son homologue malien à l'occasion de sa réélection    6 orpailleurs arrêtés à Bordj Badji Mokhtar    150 000 DA en faux billets récupérés à Sétif    La chanteuse Malya Saadi en concert à Alger    Décès de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan    DH El JADIDA - MCA / Casoni : « On vise la victoire avant le match décisif contre Sétif »    Pénurie de médicaments: Le ministère de la Santé rencontre les pharmaciens après l'Aïd    Un nouveau guide pour la ville d'Oran    Inscription en 1ère année primaire: Les précisions du ministère de l'Education    CR Belouizdad: Dans quel état d'esprit face au PAC ?    Arrêté pour corruption: Un sénateur exclu «définitivement» du RND    Mali: une victoire qui n'a rien de triomphal    Paranoïa    Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !    Aïn Defla: Drame lors d'un cortège nuptial, quatre morts et huit blessés    Mostaganem: Un enfant de 4 ans meurt noyé    A moins d'une semaine de l'Aïd El Adha: Les prix du poulet restent élevés    Non, l'Emir Abdelkader n'est pas ce traître    Conceiçao refuse de vendre Brahimi    BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat    Toni Kroos critique Özil    La France et la Turquie veulent mettre le "turbo"    Ghannouchi temporise    Moscou soutient Horst Köhler    Guerre interne au FFS    La fuite des cerveaux touche...les pétroliers    Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès concernées    Bouira prépare sa rentrée    Gros problème de poussière généré par la mine El Ouenza    Bachir Mustapha Sayed, ministre sahraoui des Territoires occupés :    "Djibouha ya l'oueled" chantée en choeur    Aretha Franklin tire sa révérence    "Thérapie au tango" dans les montagnes du Monténégro    Les assurances du ministère de l'Agriculture    Un sénateur radié du RND    Deux chefs de régions militaires limogés    300 nouveaux postes d'enseignants en tamazight    Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov décoré par la France    Des trésors de quatre époqueshistoriques    «Notre consensus est populaire sain et sincère, et non d'appareil !»    RND: Le sénateur élu à Tipasa radié pour corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa n'a pas oublié
EVENEMENTS DU 19 MAI 1981
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2018


Une vue de Yemma Gouraya
Il y a 37 ans, jour pour jour, des lycéens de Béjaïa sortaient dans la rue pour revendiquer tamazighth, la démocratie et la liberté d'expression et surtout s'opposer au détournement du projet d'université de Béjaïa qui allait se concrétiser en catimini.
Un peu plus d'un an après les événements du 20 avril 1980, Béjaïa inscrit toute seule cette fois-ci une autre date dans les annales de l'histoire des luttes démocratiques et identitaires de la région de Kabylie. «Le 19 mai 1981 est une journée qui appartient au domaine des luttes populaires pour les libertés, contre l'oppression et la négation», indiquait dans une contribution sur le site d'information locale Béjaïa-news, l'un des détenus de ces événements, en l'occurrence Mokrane Aggoune, estimant que la mise sous éclairage est salutaire à plus d'un titre, car ces événements sont aussi décisifs que ceux d'avril 80 de Tizi Ouzou».
Les mouvements d'avril 80 et de mai 81sont le socle du printemps berbère au point de lui faire dire que «notre printemps a duré une année; du 20 avril 1980 à Tizi Ouzou au 19 mai 1981 à Béjaïa». Plusieurs centaines de lycéens sont sortis ce jour-là dans la rue. Ils étaient venus de toutes les régions qui comptaient à l'époque des lycées? Les lycéens d'Akbou et Sidi Aïch se sont joints à ceux de la ville de Béjaïa pour marcher et défier le pouvoir du parti unique avec des revendications plurielles qui vont toutes dans le sens de l'intérêt collectif.
La douleur et la colère nées des événements d'avril 1980 à Tizi Ouzou étaient encore là à travers l'exigence de la «libération inconditionnelle des détenus de Berrouaghia de 1980», leurs frères, ceux qui, lors de l'interdiction de la conférence de feu Mouloud Mammeri à l'université de Tizi Ouzou ont été interpellés et emprisonnés. Il va de soi pour «la reconnaissance de l'arabe algérien et de tamazight», «la prise en compte du rapport du séminaire de Yakouren dans la définition de la politique culturelle».
Les lycéens de Béjaïa entendaient s'élever également contre le détournement du projet d'une université à Béjaïa, qui allait se traduire concrètement n'eut été cette mobilisation qui confirme la grande marche de la lutte pour la démocratie, la liberté et l'identité, entamée à Tizi Ouzou un an plus tôt.
En dépit d'un important dispositif policier, les lycéens de Béjaïa, épaulés par quelques enseignants, des travailleurs, des chômeurs, des étudiants, ont marché. «Nous avons utilisé nos draps de l'internat pour confectionner des banderoles, nous avons utilisé les moyens de l'Unja pour imprimer des tracts. Nous avons disposé de moyens plus que limités, mais d'une volonté inébranlable pour donner de l'épaisseur et de la voix au cri en vogue alors «IMA...ZI...GHEN», raconte Mokrane Aggoune.
L'intervention des forces de l'ordre donnera lieu aux barricades, puis aux émeutes qui s'étaleront la nuit-même pour toucher d'autres régions, dont, notamment la vallée de la Soummam.
A Seddouk, les jeunes occupaient la mosquée usant du mégaphone pour appeler la population à la rescousse. A Sidi Aïch la kasma FLN est réduite en ruines en quelques secondes, les mêmes scènes étaient observées à Akbou, El-Kseur, Amizour,... la suite verra des arrestations arbitraires puis des condamnations à de lourdes peines dans des procès expéditifs. 53 détenus ont été dénombrés et mis en prison; certains ne sont plus de ce monde ou ont quitté le pays, d'autres sont encore là à le construire et à continuer la lutte, celle née d'un combat sincère loin des calculs partisans ou individuels, comme il est de règle aujourd'hui au point de discréditer et de dénaturer toute idée de mobilisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.