Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa n'a pas oublié
EVENEMENTS DU 19 MAI 1981
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2018


Une vue de Yemma Gouraya
Il y a 37 ans, jour pour jour, des lycéens de Béjaïa sortaient dans la rue pour revendiquer tamazighth, la démocratie et la liberté d'expression et surtout s'opposer au détournement du projet d'université de Béjaïa qui allait se concrétiser en catimini.
Un peu plus d'un an après les événements du 20 avril 1980, Béjaïa inscrit toute seule cette fois-ci une autre date dans les annales de l'histoire des luttes démocratiques et identitaires de la région de Kabylie. «Le 19 mai 1981 est une journée qui appartient au domaine des luttes populaires pour les libertés, contre l'oppression et la négation», indiquait dans une contribution sur le site d'information locale Béjaïa-news, l'un des détenus de ces événements, en l'occurrence Mokrane Aggoune, estimant que la mise sous éclairage est salutaire à plus d'un titre, car ces événements sont aussi décisifs que ceux d'avril 80 de Tizi Ouzou».
Les mouvements d'avril 80 et de mai 81sont le socle du printemps berbère au point de lui faire dire que «notre printemps a duré une année; du 20 avril 1980 à Tizi Ouzou au 19 mai 1981 à Béjaïa». Plusieurs centaines de lycéens sont sortis ce jour-là dans la rue. Ils étaient venus de toutes les régions qui comptaient à l'époque des lycées? Les lycéens d'Akbou et Sidi Aïch se sont joints à ceux de la ville de Béjaïa pour marcher et défier le pouvoir du parti unique avec des revendications plurielles qui vont toutes dans le sens de l'intérêt collectif.
La douleur et la colère nées des événements d'avril 1980 à Tizi Ouzou étaient encore là à travers l'exigence de la «libération inconditionnelle des détenus de Berrouaghia de 1980», leurs frères, ceux qui, lors de l'interdiction de la conférence de feu Mouloud Mammeri à l'université de Tizi Ouzou ont été interpellés et emprisonnés. Il va de soi pour «la reconnaissance de l'arabe algérien et de tamazight», «la prise en compte du rapport du séminaire de Yakouren dans la définition de la politique culturelle».
Les lycéens de Béjaïa entendaient s'élever également contre le détournement du projet d'une université à Béjaïa, qui allait se traduire concrètement n'eut été cette mobilisation qui confirme la grande marche de la lutte pour la démocratie, la liberté et l'identité, entamée à Tizi Ouzou un an plus tôt.
En dépit d'un important dispositif policier, les lycéens de Béjaïa, épaulés par quelques enseignants, des travailleurs, des chômeurs, des étudiants, ont marché. «Nous avons utilisé nos draps de l'internat pour confectionner des banderoles, nous avons utilisé les moyens de l'Unja pour imprimer des tracts. Nous avons disposé de moyens plus que limités, mais d'une volonté inébranlable pour donner de l'épaisseur et de la voix au cri en vogue alors «IMA...ZI...GHEN», raconte Mokrane Aggoune.
L'intervention des forces de l'ordre donnera lieu aux barricades, puis aux émeutes qui s'étaleront la nuit-même pour toucher d'autres régions, dont, notamment la vallée de la Soummam.
A Seddouk, les jeunes occupaient la mosquée usant du mégaphone pour appeler la population à la rescousse. A Sidi Aïch la kasma FLN est réduite en ruines en quelques secondes, les mêmes scènes étaient observées à Akbou, El-Kseur, Amizour,... la suite verra des arrestations arbitraires puis des condamnations à de lourdes peines dans des procès expéditifs. 53 détenus ont été dénombrés et mis en prison; certains ne sont plus de ce monde ou ont quitté le pays, d'autres sont encore là à le construire et à continuer la lutte, celle née d'un combat sincère loin des calculs partisans ou individuels, comme il est de règle aujourd'hui au point de discréditer et de dénaturer toute idée de mobilisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.