Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une guerre totale contre la corruption
SOMMET DE L'UA
Publié dans L'Expression le 30 - 06 - 2018


Un sommet particulier
De l'avis même du président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car a-t-il soutenu, la corruption prive l'Afrique de près de 50 milliards de dollars chaque année.
Les dirigeants africains se pencheront lors du 31ème sommet de l'Union africaine, prévu les 1er et 2 juillet prochain à Nouakchott (Mauritanie), sur l'épineuse question de la corruption pour faire de ce continent un havre de paix, d'intégration et de développement économique.
Placé sous le thème «Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable pour la transformation de l'Afrique», ce sommet aura à traiter cette question majeure et cruciale avec pour objectif de parvenir à la prospérité et l'essor économique pour le continent africain. Le choix du thème de la lutte contre la corruption du sommet, confirme l'engagement et la volonté ferme de l'Union africaine de lutter contre ce fléau à travers la mise en place de différents mécanismes.
De l'avis même du président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car a-t-il soutenu, la corruption prive l'Afrique de près de 50 milliards de dollars chaque année.
Pour lui, toutes les nations africaines «sont concernées, d'une manière ou d'une autre, à des échelles plus au moins grandes» par ce fléau. Selon les chiffres établis par des experts, les ressources détournées par la corruption en Afrique «peuvent, si elles sont investies, suppléer le recours à l'assistance extérieure». L'année 2018 est appelée ainsi, pour ce haut responsable de l'UA, à être celle du «combat contre la corruption», car a-t-il ajouté, «comme le terrorisme, le combat devrait être global et ne saurait être gagné que par une action collective». La lutte efficace contre la corruption aiderait l'Afrique à se pencher sur l'investissement massif et la valorisation des ressources humaines, selon la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (Acbf), une agence spécialisée de l'UA en matière de renforcement des capacités.
L'adoption de cette stratégie et de cette feuille de route facilitera le développement du continent à travers la mise en oeuvre des plans de développement nationaux, de l'Agenda 2063 et des Objectifs du développement durable (ODD).
En Algérie, la constitutionnalisation de la lutte contre la corruption a été concrétisée par la mise en place de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (Onplcc), ce qui lui permet de figurer parmi les pays pionniers en Afrique, en matière de lutte contre ce fléau qui a tendance à se généraliser à travers le continent et de par le monde.
Elle a déjà institué en 2016 un Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, conformément à la Constitution révisée et adoptée en février de la même année.
Cet organe adresse au président de la République un rapport annuel d'évaluation de ses activités liées à la prévention et à la lutte contre la corruption, dans lequel il mentionne les insuffisances relevées en la matière et des recommandations proposées, le cas échéant. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika n'a jamais cessé de réitérer la volonté de l`Algérie de lutter contre la corruption. A cet effet, l`Algérie a adopté plusieurs textes de lois pour mettre à jour son arsenal législatif et a mis aussi en place des organes consacrés à la prévention et à une lutte efficace contre le fléau de la corruption. En ce sens, la mise en place de l`Onplcc vient renforcer les autres mécanismes mis en place par les pouvoirs publics depuis quelques années afin de lutter contre ce fléau.
L'Organe dont les membres sont nommés par le président de la République, a pour mission principale de proposer et de contribuer à animer une politique globale de prévention de la corruption.
Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait indiqué lors du 30ème Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, en janvier dernier, à Addis-Abeba, que la lutte contre la corruption était étroitement liée à «la consolidation de l'Etat de droit et de la démocratie, de sorte à ce que le phénomène de la corruption recule à mesure de la progression dans l'édification d'un Etat juste, avec des institutions fortes et crédibles».
Au plan international, l`Algérie est l`un des premiers Etats signataires de la Convention des Nations unies contre la corruption, le 9 décembre 2003. Un instrument ratifié en vertu d`un décret présidentiel en date du 19 avril 2004.
Dans le cadre du mécanisme d`évaluation de la mise en oeuvre de cette convention, l`Algérie avait fait l`objet en 2013 d`une évaluation par les pairs au titre du premier cycle d`examen qui a porté sur deux chapitres de la Convention des Nations unies contre la corruption, à savoir «l'incrimination, la détection et la répression», et «la coopération internationale». Au niveau continental, l'Algérie est représentée par Hocine Aït Chaâlal, élu au poste de membre du Conseil consultatif de l'Union africaine sur la corruption l'année dernière, lors de la 31ème session du Conseil exécutif de l'UA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.