Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    LRF Saïda: Benhamza Yacine plébiscité    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djaballah salue la «tawba» de Ouyahia
REFERENDUM SUR LA CHARTE POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION NATIONALE EL ISLAH
Publié dans L'Expression le 29 - 09 - 2005

Le chef islamiste affirme par ailleurs avoir servi d'intermédiaire dans le retour au pays de quelques dirigeants de l'ex-FIS.
Le «pieux» Djaballah «bénit» Ouyahia l'«éradicateur». Jamais une chance comme celle-ci ne s'était auparavant offerte au leader du parti islamiste El Islah pour régler ses comptes avec le «héraut de l'aile éradicatrice» qu'est chef du gouvernement et non moins secrétaire général du RND (Rassemblement national démocratique). Tout sourire, sur un ton ostensiblement ironique, Abdallah Djaballah souhaite que le soutien de Ouyahia à la charte pour la paix et de la réconciliation nationale soit un signe de repentance. Mais il ne s'empêche de l'écorcher: «Il porte haut le projet avec néanmoins une touche éradicatrice», raille-t-il.
Fidèle à lui-même et surtout à ses positions politiques, le chef islamiste s'est livré hier, dans une conférence de presse à Alger, à une lecture très critique de la charte, le projet qu'il soutient pourtant et en faveur duquel il a animé quelque 12 meetings à travers le pays. Si, volontiers, il qualifie de pas positif le texte présidentiel, notamment dans son volet sécuritaire, l'ancien candidat à l'élection présidentielle précédente, regrette cependant que l'on ait mis de côté le traitement politique de la crise. Car, selon lui, la charte une fois votée, n'a pas de sens sans la prise en compte d'un certain nombre de questions, dont le lancinant dossier des disparus. Là, le patron du MRN plante ses banderilles: Primo: «Il faut que l'Etat éclaire les familles sur le sort de leurs proches. Que sont-ils devenus? Sont-ils morts? Si oui, où sont-ils enterrés?». Secundo: «Une fois la vérité établie, l'Etat procédera, a-t-il poursuivi, à une réparation matérielle juste et équitable (...) du moment que l'Etat porte lui aussi une part de responsabilité dans ce drame».
Egrenant, l'une après l'autre, les conditions formulées par son parti pour la mise en oeuvre de la charte dont, l' «indispensable» prise en charge des personnes suspendues de leur travail, la libération des prisonniers politiques et d'opinion, le retour des exilés, M.Djaballah a marqué une longue halte sur ce dernier point. Il s'est fait plaisir en déclarant avoir servi de médiateur entre les pouvoirs publics et certains dirigeants du partis dissous pour le retour des ces derniers dans leur pays. Mais sans dire plus. Il a refusé de divulguer les noms de ces personnes. Le verbe haut et le geste large, le président d'El Islah, à propos de l'ex-FIS, joue presque sur du velours. Terrain connu, travaillé et balisé. Il appelle, sans ambages, à la libération de tous les responsables de cette formation, à leur réhabilitation dans leur droit à la citoyenneté mais sans qu'il ne souffle mot du retour de ce parti sur la scène politique. A une question sur la grève générale prévue aujourd'hui en Kabylie au lendemain du refus par le chef de l'Etat d'officialiser la langue amazighe, Abdallah Djaballah dit avoir prévu une telle situation. Connu pour son animosité à toute souplesse sur ce sujet, il fait porter l'entière responsabilité à l'Etat qui «a mis sur la touche les vrais représentants de cette région» et de délivrer le constat final: «L'Etat a agi de façon erronée. Toutes les démarches entamées jusqu'ici étaient fausses. La preuve : le résultat est là». A propos d'une éventuelle révision constitutionnelle, le leader islamiste dit soutenir une telle approche mais il pose très vite ses cinq «préalables»: alternance politique, préservation des constantes nationales, garantie des libertés collectives et individuelles, renforcement des appareils de contrôle et équilibre des prérogatives constitutionnelles. Faute de quoi, il opposera un niet catégorique comme ce fut le cas, rappelle-t-il, lors de la révision de 1996.
En réconciliateur bon teint, M.Djaballah, pour expliquer son soutien à la charte, invite à remonter dans le passé, en 1995, lorsque son parti — Ennahda à cette époque avait pris part et parti pour le contrat de Sant'Egidio à Rome à cette époque: «L'Etat nous avait traités de traîtres à la nation» se souvient-il. Le contrat de Rome est pour nous la meilleure approche réconciliatrice tant il a mis l'accent sur les portées politiques et sécuritaires de la crise. La charte pour la paix et la réconciliation nationale? «C'est une démarche positive que nous soutenons et que nous souhaitons améliorer», a-t-il émis comme voeu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.