PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nadal qualifié pour le Masters de Londres
EN PASSANT AU DERNIER CARRE DE TORONTO
Publié dans L'Expression le 12 - 08 - 2018

La bête Nadal n'est jamais aussi dangereuse que lorsqu'elle est blessée
Après un premier set perdu en moins d'une heure, l'Espagnol a remis la marche avant pour breaker à 2-1 dans le deuxième set.
Rafael Nadal ne s'est pas baladé hier face à Marin Cilic, mais a fini par se qualifier en demi-finale après un combat en trois sets (2-6, 6-4, 6-4). Le numéro un mondial y affrontera Karen Kachanov. Au passage, il s'est également qualifié pour le Masters de fin d'année à Londres. Ce ne fut pas une partie de plaisir. Mais Nadal y est.
Le numéro un mondial a ferraillé pendant 2h 21 min avec Marin Cilic, avant de trouver la clé face au Croate, 7e mondial (2-6, 6-4, 6-4). Cilic, vainqueur de l'US Open en 2014, a réussi une entame parfaite en empochant le premier set avec un double break, mais n'a pas pu tenir la distance face au «taureau de Manacor» dans les deux manches suivantes. C'est simple, dans le premier set, Cilic a été le plus sérieux du monde. Au point que Nadal a lâché son service à deux reprises. On aurait pu penser à une surprise. Que nenni.
La bête Nadal n'est jamais aussi dangereuse que lorsqu'elle est blessée. Après un premier set perdu en moins d'une heure, l'Espagnol a remis la marche avant pour breaker à 2-1 dans le deuxième set. Lorsque le Croate a débreaké à 5-4, Nadal en a remis une couche pour breaker à nouveau et s'offrir la deuxième manche.
La suite? Un unique break à 5-4 dans la dernière manche pour s'adjuger un succès de prestige qui fera du bien à l'Espagnol. Grâce à cette victoire, «Rafa» est d'ores et déjà assuré de participer au Masters de Londres, qui réunira les huit meilleurs joueurs du classement ATP du 11 au 18 novembre. À Toronto, l'Espagnol partira grand favori de sa demi-finale face au Russe Karen Khachanov, qui a dominé le Néerlandais Robin Haase 6-3, 6-1. Par ailleurs, absent à Toronto pour mieux préparer l'US Open qui débutera dans moins d'un mois, Roger Federer a récemment soufflé ses 37 bougies, lui qui est devenu le plus vieux numéro un mondial de l'histoire de l'ATP en février dernier. Au coude à coude avec Rafael Nadal en ce qui concerne le nombre de titres du Grand Chelem (20 à 17), le Suisse est revenu sur ses rivalités de longue avec le numéro un mondial et le Serbe, Novak Djokovic entre autres. Interrogé sur ces affrontements mythiques sur le circuit, l'Helvète a comparé ses duels contre Rafael Nadal et Novak Djokovic: «Quelle est la plus spéciale? C'est difficile à dire, peut-être avec Rafa parce qu'elle a commencée avant. Mais j'ai toujours apprécié mes matchs contre Novak, c'est toujours très athlétique avec un jeu direct et rapide, contrairement aux matchs contre Rafa où je pense que je dois changer complètement mon jeu pour essayer de la battre» confie l'homme aux 98 titres dans des propos retranscrits par TennisWorldUsa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.