Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Industrie pharmaceutique: appel à une production locale innovante    Lettre ouverte à un frère de l'Armée Nationale Populaire    Rezig reçoit des experts en agriculture membres de la communauté établie au Canada    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les phrases assassines
DISCOURS RACISTES ET ATTAQUES CONTRE DES SYMBOLES HISTORIQUES
Publié dans L'Expression le 07 - 01 - 2019

Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité, voire à l'identité propre d'une société et d'un pays.
La haine se fait exprimer ces derniers temps sous des formes les plus primitives qui puissent exister. Cette perverse attitude touche la scène politique comme elle cible aussi la vie sociétale en général.Ce nouveau «mode opératoire» exploite des espaces et profite des brèches qui se présentent sournoisement pour inonder la vie publique de ses fiels et de ses «excréments» les plus nauséabonds. C'est ce qui vient de se produire avant-hier avec l'intronisation de la fille de notre Grand Sud, Adrar, la nommée Khadidja Benhamou comme Miss Algérie de l'année 2018. Cette annonce n'a pas tardé pour que les langues commencent à se délier dans le sens le plus abject à l'encontre de la lauréate de ce titre honorifique de beauté et ces critères multiples en la matière. Les réseaux sociaux, les sites et autres supports médiatiques foisonnaient de propos racistes, xénophobes à l'égard de cette charmante femme qui porte les couleurs de notre magnifique Grand Sud et ses charmes les plus envoûtants et enivrants. Pour cause, sa peau qui ne fait pas l'«unanimité» de semblants puristes et créatures sorties de la cuisse de Jupiter. Cette facette qui écorne les valeurs universelles de l'humanité comme quintessence de la différence et une mosaïque qui constitue une source de richesse du genre humain, trouve son origine dans les déformations culturelles, politiques et sociales auxquelles fait face la société algérienne en proie à des approches censitaires, misogynes et monolithiques. Le climat délétère dont fait preuve la scène politique nationale et sociétale dans son ensemble, a permis l'émergence de ces relents de haine et de rejet de l'Autre, qui n'est que la face qui constitue le socle de notre «moi» collectif à nous tous. L'affaire de la Miss Algérie n'est que l'arbre qui cache la forêt de la misère culturelle et politique qui frappe de plein fouet les ressorts et les structures de la société livrée à une espèce d'hybridité qui s'annonce chaotique pour un pays qui est pluriel et multiple de par son histoire, sa géographie et sa nature.
C'est le cas de la néophyte et bigote de pacotille, à savoir l'innommable Naïma Salhi, une semblante de députée dépourvue de toute notion qui a trait à la pensée basique et à la culture rudimentaire. Quand cette inculte et islamiste version saugrenue et opportuniste de la manière des plus primaires s'attaque à l'histoire ancestrale de la Numidie et de son roi que l'on nommé «Aguelid» en le qualifiant de «chien des Romains», cela mérite une halte pour resituer l'histoire et redresser cette molosse en mal de dressage. Ce racisme primaire est porteur de tous les dangers ciblant la cohésion sociale et l'unité du pays. Cette esbroufe qui n'a pas appris des annales de l'histoire sur les guerres puniques et de l'histoire tout court, veut arrêter le temps de l'histoire et sa marche pour imbiber le processus historique de notre pays dans un carcan ubuesque d'une arabité omniprésente et omnipotente voire inaugurale. C'est dire que cette somme de vétilles et de miasmes est un danger pour la santé publique, elle frise la démence et la schizophrénie. Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité et diversité, voire à l'identité propre d'une société. Depuis que l'amazighité de l'Algérie a été replacée dans son giron constitutionnel naturel, les voix discordantes de la «fitna» n'ont pas cessé de déverser leur venin et leur fiel sur tout ce qui fait référence à cette variante longtemps occultée et marginalisée par des politicards. Le racisme et l'intolérance se sont substitués à la norme du vivre ensemble en synergie et en coexistence harmonieuse en tant que nation homogène et soudée dans le cadre de l'unité nationale qui reste, au demeurant, la seule démarche et approche qui cimente l'identité du pays et sa personnalité. L'Etat doit assumer sa tâche en sa qualité de force légitime de facto dans le but de combattre ces déviations gravissimes qui visent la dislocation de l'entité nationale, la cohésion sociale et son harmonie. Pour stopper les démons du racisme qui se déchaîne avec ostentation, l'Etat se doit de sévir en recourant à la Loi fondamentale qui est claire et nette sur l'instrumentalisation du discours de la haine, de la ségrégation et du racisme sur fond d'une pensée rétrograde et réactionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.