Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les phrases assassines
DISCOURS RACISTES ET ATTAQUES CONTRE DES SYMBOLES HISTORIQUES
Publié dans L'Expression le 07 - 01 - 2019

Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité, voire à l'identité propre d'une société et d'un pays.
La haine se fait exprimer ces derniers temps sous des formes les plus primitives qui puissent exister. Cette perverse attitude touche la scène politique comme elle cible aussi la vie sociétale en général.Ce nouveau «mode opératoire» exploite des espaces et profite des brèches qui se présentent sournoisement pour inonder la vie publique de ses fiels et de ses «excréments» les plus nauséabonds. C'est ce qui vient de se produire avant-hier avec l'intronisation de la fille de notre Grand Sud, Adrar, la nommée Khadidja Benhamou comme Miss Algérie de l'année 2018. Cette annonce n'a pas tardé pour que les langues commencent à se délier dans le sens le plus abject à l'encontre de la lauréate de ce titre honorifique de beauté et ces critères multiples en la matière. Les réseaux sociaux, les sites et autres supports médiatiques foisonnaient de propos racistes, xénophobes à l'égard de cette charmante femme qui porte les couleurs de notre magnifique Grand Sud et ses charmes les plus envoûtants et enivrants. Pour cause, sa peau qui ne fait pas l'«unanimité» de semblants puristes et créatures sorties de la cuisse de Jupiter. Cette facette qui écorne les valeurs universelles de l'humanité comme quintessence de la différence et une mosaïque qui constitue une source de richesse du genre humain, trouve son origine dans les déformations culturelles, politiques et sociales auxquelles fait face la société algérienne en proie à des approches censitaires, misogynes et monolithiques. Le climat délétère dont fait preuve la scène politique nationale et sociétale dans son ensemble, a permis l'émergence de ces relents de haine et de rejet de l'Autre, qui n'est que la face qui constitue le socle de notre «moi» collectif à nous tous. L'affaire de la Miss Algérie n'est que l'arbre qui cache la forêt de la misère culturelle et politique qui frappe de plein fouet les ressorts et les structures de la société livrée à une espèce d'hybridité qui s'annonce chaotique pour un pays qui est pluriel et multiple de par son histoire, sa géographie et sa nature.
C'est le cas de la néophyte et bigote de pacotille, à savoir l'innommable Naïma Salhi, une semblante de députée dépourvue de toute notion qui a trait à la pensée basique et à la culture rudimentaire. Quand cette inculte et islamiste version saugrenue et opportuniste de la manière des plus primaires s'attaque à l'histoire ancestrale de la Numidie et de son roi que l'on nommé «Aguelid» en le qualifiant de «chien des Romains», cela mérite une halte pour resituer l'histoire et redresser cette molosse en mal de dressage. Ce racisme primaire est porteur de tous les dangers ciblant la cohésion sociale et l'unité du pays. Cette esbroufe qui n'a pas appris des annales de l'histoire sur les guerres puniques et de l'histoire tout court, veut arrêter le temps de l'histoire et sa marche pour imbiber le processus historique de notre pays dans un carcan ubuesque d'une arabité omniprésente et omnipotente voire inaugurale. C'est dire que cette somme de vétilles et de miasmes est un danger pour la santé publique, elle frise la démence et la schizophrénie. Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité et diversité, voire à l'identité propre d'une société. Depuis que l'amazighité de l'Algérie a été replacée dans son giron constitutionnel naturel, les voix discordantes de la «fitna» n'ont pas cessé de déverser leur venin et leur fiel sur tout ce qui fait référence à cette variante longtemps occultée et marginalisée par des politicards. Le racisme et l'intolérance se sont substitués à la norme du vivre ensemble en synergie et en coexistence harmonieuse en tant que nation homogène et soudée dans le cadre de l'unité nationale qui reste, au demeurant, la seule démarche et approche qui cimente l'identité du pays et sa personnalité. L'Etat doit assumer sa tâche en sa qualité de force légitime de facto dans le but de combattre ces déviations gravissimes qui visent la dislocation de l'entité nationale, la cohésion sociale et son harmonie. Pour stopper les démons du racisme qui se déchaîne avec ostentation, l'Etat se doit de sévir en recourant à la Loi fondamentale qui est claire et nette sur l'instrumentalisation du discours de la haine, de la ségrégation et du racisme sur fond d'une pensée rétrograde et réactionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.