Les deux poids, deux mesures de la wilaya d'Alger    Une marche populaire empêchée à El-Esnam    Un membre du BP du FLN convoqué par la justice    Ces nids à problèmes    Huit campus algériens dans le Top-100    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    4 décès et 160 nouveaux cas en 24 heures    Le rapport accablant de l'APW de Tizi Ouzou    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Saïd Dilmi, un amoureux des mots s'en va    Abdelouahab Maiche n'est plus    «La voie est ouverte à tous les dérapages graves»    La révolte des robes noires    Le FFS refuse de cautionner le référendum du 1er novembre    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Un tour de table pour préparer la rentrée    1er Festival du tourisme rural, la forêt de Aïn-Sedjra à l'honneur    «Pour que la nature soit toujours plus belle»    Le Nigeria et le Mexique au menu des Verts    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    Actucult    Ouverture de la Diwaniya Art Gallery à Alger    Nomadland se place pour les Oscars après sa victoire à Toronto    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'avis des experts    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Riyadh défie Washington
L'ARABIE SAOUDITE DECIDEE À FAIRE MONTER LES PRIX DU PETROLE AU-DESSUS DES 80 DOLLARS
Publié dans L'Expression le 09 - 01 - 2019

Le Royaume wahhabite prévoit de baisser ses exportations à 7 millions de barils par jour d'ici la fin du mois de janvier afin de faire rebondir les cours de l'or noir.
La «guerre» des prix du pétrole s'annonce. Elle sera sans concessions. Il y a d'un côté les Etats-Unis qui ont fait des pieds et des mains pour faire plonger le baril et, de l'autre les pays producteurs Opep-non Opep, dont la Russie, qui tentent de les faire rebondir. Dans ce face-à-face impitoyable le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole se porte aux avants-postes. Riyadh défie Washington dans un contexte assez particulier. Il y a en effet du gaz dans l'air entre Saoudiens et Américains depuis l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Avant cet épisode tragique, le président américain qui a accusé l'Opep d'être derrière le rebond des prix du pétrole n'a eu de cesse de faire des appels du pied au leader de l'Opep pour qu'il augmente sa production afin de les faire baisser et pallier les exportations iraniennes qui devaient être mises sous embargo dés le 4 novembre date qui devait marquer la mise en oeuvre des sanctions contre la République islamique d'Iran. Le successeur de Barack Obama comptait sur les dissensions irano-saoudiennes pour que sa requête soit satisfaite. Il avait vu juste. L'Arabie saoudite et la Russie, gros producteurs mondiaux et «figures de proue» de l'alliance Opep-non Opep ont cru pouvoir pomper davantage, convaincus que les sanctions américaines contre Téhéran allaient priver le marché mondial de plus de 3 millions de b/j iraniens. Mal leur en a pris. L'assouplissement des représailles US, qui s'apparente à un coup fumeux du président américain, a contribué à faire plonger les prix qui se sont retrouvés à leur plus bas depuis plus d'une année. Les Etats-Unis ont réussi à les faire dégringoler à travers leur production qui a atteint un record de plus de 11 millions de barils par jour. Le coup de grâce a été porté par la reculade du président américain qui a décidé d'aménager les sanctions contre l'Iran en autorisant huit pays, la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, la Turquie, la Grèce et Taïwan à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien. Plus question donc de prêter le flanc devant les désiderata de Donald Trump, de rester sans réaction face à la production américaine qui aligne record sur record, grâce notamment à l'extraction effrénée de son pétrole de schiste, ainsi qu'à des stocks qui gonflent inexorablement. L'Arabie saoudite se tient en première ligne pour y faire face. «Les 25 producteurs (Opep-non Opep, Ndlr) ne permettront pas que cela se poursuive» avait averti son ministre de l'Energie. «Les signaux que nous vous avons envoyés... veulent dire que nous ferons (...) ce qu'il faudra pour équilibrer le marché», avait souligné Khaled al-Faleh. Riyadh a joint le geste à la parole. Sa production a diminué de 460.000 barils par jour en décembre. Cette baisse est couplée avec celle de 1,2 million de barils par jour décidée le 8 décembre dernier à Vienne. Elle a été actionnée le 1er janvier. Et ce n'est pas fini. Le Royaume wahhabite prévoit de baisser ses exportations à 7 millions de barils par jour d'ici la fin du mois de janvier afin de faire rebondir les cours de l'or noir. Une information répercutée par l'influent Wall Street Journal, quotidien économique et financier américain le plus vendu au monde. Les premières salves de 2019 pour faire capoter le plan machiavélique de l'hôte de la Maison Blanche pour fragiliser les pays producteurs, ont détonné. L'exemple du Venezuela qui est au bord du chaos à cause de la dégringolade des prix du pétrole, est édifiant à ce propos. L'Arabie saoudite a subi un déficit commercial de près de 100 milliards de dollars en 2015. L'Algérie à un degré moindre a réussi à sauvegarder ses réserves de changes autour des 82 milliards de dollars, alors que son Fonds de régulation des recettes a été consommé jusqu'au dernier centime. Le niveau actuel des cours de l'or noir bien qu'ils aient retrouvé des couleurs ne les arrange pas. L'heure de la «révolte» a sonné...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.