Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manoeuvres ont commencé
ELECTIONS PARTIELLES
Publié dans L'Expression le 27 - 11 - 2005

Les états-majors des partis devront accepter le jeu des alliances locales.
Sitôt connus les résultats des partielles en Kabylie, qu'on voit débuter les manoeuvres pour constituer des coalitions en mesure de gérer les nouvelles Assemblées populaires communales issues du scrutin. En fait, dans la majorité des localités, il ne se dégage aucune majorité claire. Les partielles n'ont pas donné lieu à un raz-de-marée en faveur d'un parti au détriment des autres. Ni les FFS ni le RCD, qui étaient en terrain conquis il n'y a pas si longtemps, ne peuvent se prévaloir d'une victoire écrasante et d'une domination sans partage. L'arrivée inopinée du FLN, et dans une moindre mesure du RND change la donne de la région. Quant aux indépendants, nul ne peut prévoir dans l'immédiat de quel côté vont pencher leurs voix. Il est fort possible que dans de nombreuses communes, les élus opteront pour un maire sans couleur partisane.
Les coalitions sont donc des passages obligés.
Comme toujours en pareil cas, on s'apercevra à l'oeuvre que les clivages politiques seront transcendés. La couleur partisane s'effacera devant la nécessité de trouver des majorités stables et gérables. On verra alors que les frères ennemis et les adversaires héréditaires peuvent bien trouver un terrain d'entente sur des questions où la politique n'a rien à voir, comme construire une école, bitumer une route, améliorer les prestations des structures de santé, rendre l'administration plus proche des citoyens. Trente ans de parti unique ont laissé des séquelles et il a été démontré que les nouveaux partis issus du multipartisme n'ont pas donné des leçons d'efficacité et de meilleure gestion. Les émeutes qui éclatent un peu partout à travers le territoire sont une preuve que les choses ne vont pas comme elles devraient aller. De nombreux élus ont eu des démêlés avec les justice. Certains ont même été condamnés à des peines d'emprisonnement. Le phénomène a malheureusement touché toutes les formations politiques. Nul n'est à l'abri. On promet monts et merveilles durant la campagne électorale, mais une fois élus, on s'occupe d'abord de régler ses propres problèmes et ceux des amis. A la limite direz-vous c'est humain. Oui, sauf que pendant ce temps, les affaires de la cité sont négligées ou carrément passées à la trappe.
Les élus et les partis eux-mêmes le savent, les élections locales ne visent pas à renforcer un parti au détriment d'un autre, mais bien plutôt à poser les problèmes des populations locales. Et à les résoudre bien sûr. Dans l'isoloir, on donne de préférence sa voix à quelqu'un qu'on connaît et qu'on sait compétent à gérer les problèmes quotidiens des gens. On ne vote pas spécialement pour tel ou tel leader politique charismatique, car il ne s'agit pas d'une élection présidentielle, mais pour un voisin ou un cousin. Les relations familiales ou tribales entrent en ligne de compte. C'est la raison pour laquelle on rencontre des fiefs du RCD ou du FFS : si le responsable du parti (et donc ses candidats) font partie du clan, les gens voteront pour lui.
La constitution des coalitions elles-mêmes suivra cette logique. On a par le passé, à travers le territoire vu des élus voter contre un maire de leur propre parti, parce que pour une raison ou pour une autre il ne répond pas à leur attente au niveau local. Cette logique de la préférence locale au détriment de la solidarité partisane jouera encore une fois à fond d'autant plus que les résultats sortis des urnes ne donnent pas de majorité confortable aux partis. Cela veut dire tout simplement que les états-majors des partis à l'échelle nationale n'auront plus le pouvoir d'imposer le nom d'un maire. La chose en l'occurrence leur échappe des mains. C'est le jeu des alliances locales et des intérêts extra-partisans qui pèseront de tout leur poids et auront le dernier mot. Les partis feront avec. Ils accepteront forcément ces règles du jeu, tout heureux qu'ils sont de voir revenir le calme et la sérénité en Kabylie. Du reste, c'est la raison pour laquelle beaucoup de gens ont titré hier : la Kabylie enfin normalisée. Après tout que demande le peuple: avoir un maire, et des services administratifs qui fonctionnent plus ou moins normalement, c'est-à-dire avec les problèmes de bureaucratie qu'on connaît en Algérie. On se battra pour des listes de logements, on érigera des barricades pour exiger de l'eau courante, on brûlera des pneus pour exiger l'ouverture d'une nouvelle route. Rien de plus normal dans un pays où les autorités gèrent les affaires des citoyens au pifomètre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.