Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    ASSE : Le feuilleton Boudebouz serait définitivement terminé !    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    Djaballeh appelle au boycott des produits français    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    MASCARA : Un nouveau siège pour la radio locale    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Man United : Solskjaer laisse Pogba et Van de Beek sur le banc. Il s'explique    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    Mohamed Islam Bakir en renfort    Trois anciens walis dans la tourmente    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    Pavé au chocolat    Convalescence    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    La passion retrouvée    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au village des 160 morts, le président Keita promet la sécurité
PEULS TUES PAR DES CHASSEURS DOGONS AU MALI
Publié dans L'Expression le 27 - 03 - 2019

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a promis lundi la sécurité et la justice à Ogossagou-Peul, village du centre du pays où quelque 160 Peuls ont été tués samedi par de présumés chasseurs dogons, devant des habitants encore hantés par les atrocités. Cette tuerie, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, est la plus sanglante au Mali depuis la fin des principaux combats de l'opération lancée en 2013, à l'initiative de la France, pour chasser les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du Nord. Le bilan a atteint 160 morts et pourrait encore s'alourdir, ont affirmé lundi soir un conseiller municipal de Bankass et une source de sécurité malienne. «Il faut la sécurité ici, c'est votre mission», a déclaré M. Keïta à l'intention du nouveau chef d'état-major, le général Aboulaye Coulibaly, qui l'accompagnait. Le général Coulibaly a été nommé dimanche à la suite du limogeage des principaux chefs de l'armée, lors d'un conseil des ministres extraordinaire au cours duquel le gouvernement a prononcé la dissolution du groupe de chasseurs dogons «Dan Nan Ambassagou». «Justice sera faite», a promis le chef de l'Etat, qui s'est recueilli devant les fosses communes creusées pour les tuées. Le bilan de l'attaque contre un village peul du centre du Mali par de présumés chasseurs dogons samedi est monté à 160 morts, ont affirmé lundi un élu local et une source de sécurité malienne. Un précédent «bilan provisoire» annoncé dimanche par la télévision publique ORTM faisait état de 136 morts.»Le nouveau bilan est de 160 morts et il sera probablement plus lourd encore», a déclaré Amadou Diallo, conseiller municipal de Bankass, principale localité de cette zone située près de la frontière avec le Burkina Faso. Il a dénoncé «une épuration ethnique». Ce bilan a été confirmé par une source de sécurité malienne, tandis que des associations peules évoquaient plus de 150 morts dans le village d'Ogossagou-Peul après la découverte de corps, notamment dans des puits. Le président Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Ogossagou-Peul, où il a promis la sécurité et la paix. «Il faut la sécurité ici, c'est votre mission», a déclaré M. Keïta à l'adresse du nouveau chef d'état-major, le général Aboulaye Coulibaly, qui l'accompagnait lors de cette visite. Le général Coulibaly a été nommé dimanche dans la foulée du limogeage des principaux chefs de l'armée lors d'un conseil des ministres extraordinaire au cours duquel le gouvernement a prononcé la dissolution du groupe de chasseurs dogons «Dan Nan Ambassagou».
Cette tuerie, la plus sanglante depuis la fin des principaux combats de l'opération lancée en 2013, à l'initiative de la France, pour chasser les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays, s'est produite en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU au Mali et au Burkina Faso voisin. Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs propres «groupes d'autodéfense». Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.