L'entrevue retransmise sur les chaînes de télé    La pénurie refait surface    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Les pays voisins se réunissent à Alger    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    Révision de la Constitution: le Président Tebboune affirme la poursuite des concertations avec les personnalités    CAN-2020-Tour Principal: l'Algérie s'incline face à la Tunisie (22-26)    Les agrumes d'Algérie pénètrent le marché européen    Le ministre des Affaires étrangères allemand, M. Heiko Maas, effectuera, jeudi 23 janvier 2020, une visite de travail en Algérie    Un plan d'urgence à court terme    Fakhfakh promet une équipe «restreinte et sérieuse»    Le site de la nouvelle mosaïque découverte à Négride serait probablement celui d'un thermes romain    Alger: 10 personnes asphyxiées par des gaz brûlés dans une douche    Niger: Jean-Guy Wallemme :«Groupe facile pour l'Algérie ? Je ne pense pas que c'est l'avis de Belmadi !»    Classement mondial des clubs: le CRB en tête des formations algériennes    Commémoration du 60e anniversaire de la création de l'état-major de l'ALN    Le PT alerte sur la dégradation de l'état de santé de Hanoune    SIT-IN D'ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE : Les protestataires appellent à l'ouverture du dialogue    PRODUITS FABRIQUES EN ALGERIE : Rezig annonce un fichier national    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Manipulation des législatives 2017 : Tayeb Louh épinglé    Liban: le nouveau cabinet de Hassane Diab tient son premier conseil des ministres    Virus en Chine: l'épidémie gagne d'autres pays, réunion d'urgence de l'OMS    Hand/Coupe arabe des clubs champions: l'ED Arzew obtient l'accord des autorités locales pour accueillir la compétition    Conflit au Sahara Occidental: l'UA doit prendre en considération les graves pratiques marocaines    Le 25 janvier prochain à la Safex    L'USMBA a tout intérêt à vendre Belhocini    Ghanem, troisième et dernière recrue du CRB    Gâteau fondant aux poires    Un étudiant découvert mort dans sa chambre    Saâdou : "Cette victoire face au MCO est bonne pour le moral"    Le Hirak dérange    Les autorités irakiennes poussent à l'escalade    Le ballet "La belle au bois dormant", l'arnaque    Les écoliers à la découverte de l'univers livresque    Le court métrage "Je suis un souvenir" sélectionné    ACTUCULT    La première "Classe d'eau" pilote inaugurée à Alger    Le ministère déclare la guerre aux spéculateurs    Le huis clos pour l'USMA, Meftah prend trois matchs    Fondemnt du développement, instaurer la bonne gouvernance    Une foule nombreuse l'accompagne à sa dernière demeure    Lakhdaria: Une femme morte dans l'explosion d'un extincteur    Malfaçons dans les logements neufs: Des mesures seront prises à l'encontre des responsables    48ème mardi de manifestation estudiantine: La mobilisation se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En hommage aux 126 martyrs
CELEBRATION DU PRINTEMPS BERBÈRE: BEJAIA
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2019

Une réponse à ceux qui veulent la négation de l'identité amazighe
Pacifique, calme, revendicative et colorée, la célébration du double anniversaire du printemps noir et amazigh a drainé une foule des grands jours, venue rendre hommage à toutes les vicitmes et réaffirmer son appartenance à part entière à une Algérie nouvelle.
Des milliers de personnes, jeunes et moins jeunes, femmes et enfants ont pris part, hier, à la marche de commémoration du double anniversaire du printemps amazigh de 80 et du printemps noir de 2001 rendant un vibrant hommage aux différentes victimes de la répression du pouvoir de l'époque, exigeant par la même occasion «la traduction des assassins et de leurs commanditaires devant la justice».
Vers onze heures, la procession humaine, drapée de l'emblème national et identitaires s'est ébranlée de l'esplanade de la Maison de la culture Taous Amrouche pleine à craquer vers la place Saïd Mekbel. Au premier carré on note un gigantesque drapeau amazigh porté par une dizaine de marcheurs. Suivent derrière d'autres carrées scandant «Ulac Smah Ulac», «pouvoir assassin», allusion à la nécessité de juger les assassins des martyrs du printemps noir. «Corrigez l'histoire l'Algérie n'est pas arabe», un autre slogan rappelant l'origine de l'Afrique du Nord dont fait partie l'Algérie. «Nous les Amazighs avons marre de la hogra, les deux printemps réprimés sont toujours dans les coeurs», «Il y en a marre de ce pouvoir». L'Algérie libre et démocratique». Près de 300 mètres plus loin, la procession marque un arrêt et observe une minute de silence à la mémoire des 126 martyrs du printemps noir et toutes les victimes de la répression qui a longtemps touché la région de la Kabylie.
Hier, les marcheurs ont brandi des banderoles noires comme pour dire que le deuil est toujours là dans les mémoires et les coeurs. Les participants pensaient à avril 1980, le cri de révolte des Amazighs face à une dictature militaire héritée du régime de Boumediene, qui alla provoquer une réaction violente avec au bout, des arrestations et emprisonnement. On pensait aussi à avril 2001, lorsque le pouvoir en place permettait l'usage des balles réelles contre les manifestants qui revendiquaient leur identité et un Etat de droit. Il y eut 126 morts et 5000 blessés et une centaine de handicapés à vie. Ces marcheurs qui prennent part aussi à la révolte du 22 février, inscrivent, avril 2019 dans le processus de lutte et de combat pour un Etat de droit. Pour eux, la revendication identitaire est incluse car l'Algérien a compris avant d'être un arabophone, il est Kabyle, Chaoui, Mozabite et targui, Bref, un Amazigh tout court. Un riche mélange qui peut propulser l'Algérie vers le rang des grandes nations tolérantes, ouvertes, démocratiques et sociales. «Nous n'oublierons jamais nos morts, paix à leurs âmes», scandent encore les manifestants qui montrent d'un doigt accusateur les responsables de l'époque, Bouteflika, qui était président, Benflis, chef du gouvernement, Zerhouni, ministre de l'Intérieur, Toufik, Boustila et Lamari. Des noms qui ont marqué douloureusement la région de la Kabylie. Après plusieurs arrêts et minute de silence à la mémoire des victimes du combat identitaire et démocratique, la procession humaine parvient à la place de la Liberté Saïd Mekbel. Encore une minute de silence qui marque cette manifestation commémorative, mais qui se veut aussi une réponse à ceux qui veulent la négation de l'identité amazighe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.