Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La marche de «l'union» a eu lieu à Béjaïa
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2014

Des milliers de citoyens ont répondu à l'appel du MAK, du MCB et du RCD pour commémorer, dans toute la Kabylie, le 34e anniversaire du 20 Avril 1980 et le 13e du Printemps noir 2001.
A Béjaïa, la marche a drainé au moins 3000 personnes qui ont pris le départ, dans une bonne ambiance, du campus de Targa Ouzemour.
C'est le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, non agréé), avec ses nombreux militants et sympathisants, qui a pris la tête de la procession en formant le plus gros carré. Le président du conseil national du MAK, Mouloud Mebarki, était là. Foisonnant de drapeaux amazighs et de banderoles, le carré makiste s'ébranle avec une bannière colorée de la section de Sidi Aïch frappée de l'effigie de Ferhat M'henni. Suivent d'autres : «Pour l'autodétermination du peuple kabyle», «Pour la vérité et la justice»… Jeunes dans leur totalité, les marcheurs du MAK ont crié les slogans inépuisables nés dans la douleur et la colère des tragiques événements du 2001 : «Pouvoir assassin», «Kabylie autonome».
Ils ont aussi répété les slogans reprenant la revendication que le Mouvement a remplacée, depuis plus de deux ans, par l'autodétermination lors de son congrès de Bouzguène, à Tizi Ouzou, en décembre 2011. Les carrés sont séparés. Celui du Mouvement culturel berbère (MCB) est visiblement mieux organisé ; les encadreurs se distinguent avec leurs gilets jaunes. Le lien avec le Printemps berbère est établi en témoignant de la fidélité inaltérée à la mémoire de Mouloud Mammeri : «Da l'Mouloud mazal agh dimazighen» (Da l'Mouloud nous demeurons toujours des Amazighs). Les slogans sont déclinés sur des banderoles dans les trois langues amazighe, arabe et française : «Le respect des libertés démocratiques», «Tamazight langue nationale et officielle»… «On ne peut espérer l'officialisation de tamazight sous une dictature», donne à lire un panneau en polystyrène. Des clins d'œil sont faits en direction des Mozabites et des Chaouis. «Assez de sang mozabite coulé. Basta, basta !» s'indigne-t-on sur une pancarte écrite en kabyle et portant des photos de victimes mozabites des douloureux événements de Ghardaïa.
«Ichawiyen, Iqbayliyen (Chaouis, Kabyles) des frères pour toujours», déclare en chaoui une autre pancarte qui dit la solidarité du «MCB avec nos frères ichawiyen et imzabiyen». Le RCD ferme la procession avec un carré moins bruyant et surtout moindre de la foule qui a répondu pourtant en nombre pour les marches du 15 avril dernier. En tête, trône la fameux couplet de Matoub Lounès : «Ma ulach tamazight, ulac, ulac, ulac,…» qui a survécu au défunt chanteur-poète. «126 assassinats et pas un coupable», rappelle une autre banderole du RCD en mémoire des victimes du Printemps noir. Parmi les marcheurs aussi, un groupe d'étudiants manifeste, la bouche bâillonnée, pour réclamer l'«union». «On ne se reconnaît dans aucun parti» déclare l'un d'eux à El Watan.
La procession est accueillie par des chants de Matoub diffusés au niveau de la cité CNS, où sont accrochées des banderoles à l'effigie du Rebelle. «Nous refusons de plier» dit l'une d'elle. Là s'arrête la marche de «l'union». Les carrés du MCB (qui y dépose une gerbe de fleurs) et du RCD observent une minute de silence, tandis que le MAK continue sa marche jusqu'au siège de la wilaya, où les esprits s'échauffent. Quelques jeunes, décidés à en découdre avec les forces de sécurité stationnées en nombre à l'intérieur du siège de la wilaya, les attaquent à coups de pierres et tentent de défoncer le portail que des policiers soutiennent.
A quelques mètres de là, Mouloud Mebarki tient un rassemblement au moment où des militants du MAK tentent avec peine d'éviter le dérapage. Parallèlement, à la cité CNS, le calme règne. Les intervenants du MCB, Aziz Tari et Djamel Ikhloufi, qui ont rappelé la revendication de la reconnaissance de l'identité et de la langue amazighes, réclament de baptiser le rond-point Dawadji «rond-point du 19 mai 1981» et dénoncent la «récupération» de la mémoire de Saïd Mekbel lors de l'inauguration de sa stèle, le 16 avril dernier. Les deux rassemblements ont pris fin au moment où la situation s'exacerbait devant le siège de la wilaya, où les manifestants ont réussi à défoncer le portail. Les forces antiémeute se sont alors déployées et ont usé de gaz lacrymogènes jusqu'au niveau des cités environnantes. A grand renfort policier, dont de nombreux éléments en civil, des arrestations ont été opérées parmi les manifestants qui ont été poursuivis dans les rues. Le calme est finalement revenu quelques heures plus tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.