Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La justice "accélère" la cadence
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019


Epicentre. Tous les regards étaient braqués, hier, sur le tribunal de Sidi M'Hamed dans la capitale. Une foule compacte a commencé à se former devant l'entrée principale, située à la rue Abane-Ramdane, dès le début de la matinée. L'information avait été donnée, la veille au soir, par la télévision publique, mais également par quelques chaînes privées. L'APS qui est censée fournir ce type d'information aux médias, s'est retrouvée «hors jeu». Ce n'est qu'hier matin, que l'agence a donné l'info sous le titre «Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi M'hamed pour des affaires de corruption» en citant comme source l'entreprise publique de la télévision (Eptv). Aucun communiqué officiel de la justice n'a été publié sur cette convocation. L'affaire a «fuité» pour atterrir dans les rédactions des télés dans la soirée de samedi dernier. Ces détails sont importants à donner car ils renseignent sur la difficulté que rencontrent les journalistes pour fournir une information crédible à l'opinion. Personne ne sait sous quel statut la justice a souhaité entendre l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia et le ministre des finances en exercice, Mohamed Loukal, qui était précédemment gouverneur de la Banque d'Algérie. D'autant que la Constitution dans son article 177 a prévu que les crimes et délits du Premier ministre commis dans l'exercice de ses fonctions relèvent de la Haute Cour de l'Etat. Laquelle Haute Cour attend une loi organique pour exister. Il est impensable que cette disposition constitutionnelle ait pu échapper aux magistrats du tribunal de Sidi M'Hamed. S'ajoute à cette certitude la demande, confirmée hier, d'une levée de l'immunité parlementaire de deux sénateurs adressée à leur institution par la justice. Ceci dit, la convocation par la justice de ces deux personnalités a été très bien accueillie par la population. Au-delà de ceux qui se sont regroupés devant le Palais de justice, tous les Algériens y voient une renaissance de l'institution judiciaire. Longtemps accusée d'agir «par téléphone» ou de siéger de «nuit» quand ce n'est pas de juger avec la «chkara», notre justice semble vouloir se ressaisir et se débarrasser des vieux réflexes. Elle répond également au général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah qui lui a demandé «d'accélérer» le traitement des dossiers liés à la dilapidation des deniers publics. Cela fait partie des attentes du peuple. Une vraie justice indépendante!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.