Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le MC Oran exposé à la saignée    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement devant le parquet de Sidi M'Hamed.. Des pôts de yaourt pour «accueillir» Ahmed Ouyahia
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 04 - 2019

Des centaines de citoyens se sont rassemblés hier, devant le parquet de Sidi M'Hamed, pour attendre l'arrivée de l'ex-premier ministre, Ahmed Ouyahia, et l'actuel ministre des finances, Mohamed Loukal, convoqués la veille par la justice pour enquêter dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics. Depuis les premières heures de la journée d'hier, une forte mobilisation a été constatée devant le tribunal Abane Ramdane, en attendant l'arrivée des deux présumés. Les protestataires ont scandé des slogans hostiles a Ouyahia, ancien premier ministre du gouvernement et l'un des proches du clan Bouteflika. Pour les protestataires, le départ du système n'est pas suffisant, il faut que toutes ses figures rendent des comptes sur les affaires qu'ils ont menées.
Très en colère contre «les agissements hors la loi» de l'ex-Premier ministre quand il était en service, les protestataires sont venus avec des pots de yaourt, pour rappeler à ce dernier ses déclarations blessantes. Face à un mur de renfort de la police antiémeute, le nombre de manifestants continuait d'augmenter tout au long de la journée. Les protestataires ne voulaient pas rater le visage de l'ex-premier ministre, au moment où il franchira le seuil du parquet. «La volonté du peuple passe avant tout», répliquaient des centaines de présents d'une seule voix. «Klitou lebled, ya serakin» (vous avez dépouillé le pays, bande de voleurs), «Yethasbou gâa», (ils doivent tous rendre des comptes)… scandaient-t-ils devant le parquet de Sidi M'Hamed. Ainsi, le «Yetnahaw gâa» du mouvement populaire que connaît le pays depuis le 22 février dernier, commence à porter ses fruits.
La justice, qui était autrefois impassible devant les agissements de ces personnes, commence à bouger. L'ouverture d'enquêtes au sujet d'affaires douteuses, menées par les grosses têtes du clan du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, permettra peut être à la justice de regagner sa crédibilité auprès du peuple. En outre, cette initiative a été prise quelques jours après l'appel du chef d'état major, Ahmed Gaïd Salah, à la justice pour accélérer les enquêtes sur la corruption et la dilapidation de deniers publics. Une première en Algérie, la convocation d'un ministre en poste et d'un ex-ministre, dans le cadre d'une enquête, a surpris tout le monde, particulièrement le peuple qui ne croyait plus en la justice algérienne.
Après une attente de longues heures, les deux présumés ne s'étaient pas présentés devant le tribunal pour des raisons inconnues, et aucun détail n'a été fourni par le parquet, sur la nature des faits reprochés à Ahmed Ouyahia et à l'ex-gouverneur de la Banque d'Algérie et actuel premier argentier du pays. Par ailleurs, à l'instar de Ouyahia et Loukal, la justice a rouvert le dossier de dilapidation de deniers publics du ministère de la Solidarité nationale. Le parquet a demandé à lever de l'immunité parlementaire aux sénateurs du tiers présidentiel, Said Barkat et Djamel Ould Abbès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.