Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue applaudit les décisions
BOUIRA
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019

Même si ces inculpés restent innocents jusqu'à preuve de leur implication, personne ne pouvait avant le Hirak penser voir ces têtes à la barre.
La rue s'emballe au rythme de ce flux d'informations et de désinformations affichées sur les réseaux sociaux et communiquées par les divers médias nationaux. La mise à l'écart du DG de la douane, l'arrestation des frères Koulinef, la convocation par-devant le tribunal de Sidi M'hamed de Ahmed Ouyahia et du ministre des Finances, ex-directeur de la Banque d'Algérie, la détention du président du FCE à la prison d'El Harrach, l'emprisonnement d'anciens hauts cadres de l'armée, anciennement chefs de Régions, la mise en garde et avertissement contre l'ex-patron du DRS, les demandes de levée de l'immunité contre les sénateurs Ould Abbès et Barkat. Toutes ces décisions atténuent complètement, pour ne pas dire voile l'invitation du chef de l'état à une rencontre nationale et lui confère un caractère de non-lieu. Cette rencontre est pour les personnes rencontrées une énième manoeuvre mais et surtout la défaite de trop qui poussera les restes de la «issaba» vers la porte. Le peuple dans sa totalité suit à la seconde ces évènements qui se précipitent. Même si ces inculpés restent innocents jusqu'à preuve de leur implication, personne ne pouvait, avant le Hirak penser voir ces têtes à la barre. Pour les plus initiés, la célérité dans le traitement des dossiers qui pourrissent la vie politique en Algérie, est une réponse claire à l'appel du chef d'état-major de l'ANP depuis Ouargla. Les mauvaises langues et les donneurs de leçons s'empressent de parler d'une justice revancharde et tentent, sur les plateaux médiatiques, de mettre ces grandes décisions sur le registre d'un règlement de comptes entre soi-disant des clans en haut de la pyramide. La majorité de ces accusés fait partie du cercle restreint du frère du président démissionnaire, mais certains ont porté atteinte à l'économie du pays, à la souveraineté de l'état algérien. Rien que pour ces deux actes, ils méritent la potence. La justice a repris le dessus et s'est libérée du téléphone et des recommandations venues d'en haut. Elle a toute la latitude de poursuivre toute personne citée dans ces affaires scabreuses qui ont abouti à l'appauvrissement des deux tiers de la population, au profit d'une classe qui se croyait intouchable. Le Hirak, même s'il n'a pas totalement nettoyé les hautes sphères du pouvoir, a au moins permis l'émergence du droit dans un pays jusque-là livré à une oligarchie, à une maffia prête à livrer le pays sur un plateau d'argent à ses maîtres d'outre-mer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.