LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le Hirak doit se structurer"
AU RISQUE D'ALLER À SA PERTE
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019

Dans son intervention lors de la conférence politique organisée hier, au siège du MSP, le sociologue Nasser Djabi a souligné que contrairement à ce qui se dit çà et là, les revendications du mouvement populaire, qui est à la fois élitiste et corporatiste, sont «suffisamment claires, auxquelles le pouvoir doit impérativement répondre». Celui qui va à contre-courant de ces demandes précises, entrera inexorablement en confrontation directe avec le peuple, dont les conséquences sur l'Etat nation et les institutions centrales de l'Etat seront néfastes et incommensurables». Pour Nacer Djabi «il est très important de saisir cette occasion (générationnelle) pour bâtir un consensus sur le changement démocratique». «Les partis à leur tour, doivent saisir de leur côté cette opportunité offerte par le Hirak pour opérer des ajustements démocratiques internes». Selon ce sociologue: «On doit aider l'armée afin qu'elle ne dévie jamais de ses missions constitutionnelles.» Il a fait remarquer que «l'institution militaire, qui est traversée par de lourdes orientations, est beaucoup plus ouverte que les partis politiques de par le haut niveau d'instruction, dont ont bénéficié ses éléments». Pour être en phase avec le retrait définitif de l'armée de la sphère politique, en adoptant le professionnalisme comme unique stratégie, il faut construire un Etat de droit où l'alternance au pouvoir sera garantie», a-t-il soutenu. «Le futur président légitime doit s'imposer, à moyen terme, devant l'administration et l'armée», a-t-il conclu.
Le président du MSP, Abderezzak Makri, a indiqué que «nous soutenons l'institution militaire, mais on refuse son immixtion dans les affaires politiques ou dans la redéfinition des équilibres politiques.» «Il faut qu'elle s'éloigne de la compétition électorale, en restant neutre et impartiale, loin des enchevêtrements des politiques, au risque de voir le consensus des Algériens autour d'elle, voler en éclats», a-t-il prévenu. «Les partis politiques, doivent éviter de se lancer dans la compétition électorale avant l'heure, car le temps est à la recherche du consensus pas autre chose», a-t-il appuyé. «La bande est toujours là, car la politique d'octroi des agréments aux partis politiques, associations et syndicats, demeure tributaire des degrés d'allégeance du demandeur», a-t-il fait savoir. «A défaut de se structurer rapidement, le mouvement pourra aller à sa perte», a-t-il soutenu. A propos des poursuites judiciaire lancées contre certains hommes d'affaires et symboles du régime Bouteflika, il indiquera: «La lutte contre la corruption doit se faire avec des institutions judiciaires indépendantes» Il continue à défendre l'idée d'«un président consensuel, pour remplacer Bensalah, dans le cadre du processus constitutionnel et une large jurisprudence». Ce dernier devrait «mener des pourparlers avec les partis, l'armée et les organisations autonomes de la société civile Faute de consensus, le MSP, «menace de participer à n'importe quelle compétition électorale».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.