Real : Zidane prend les choses en main avec Ramos    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Les aliments les plus indiqués pour détoxifier le foie    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Béni Amrane : 70 familles sans eau ni électricité    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Médéa: Trois morts dans une collision    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Le GS Pétroliers passe en finale    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Le chef du Conseil de transition se rend en Egypte    Comme en 1962? Comme en 1992?    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    Journée de l'Afrique: Une Afrique unie, intégrée, en paix et prospère    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bérézina de Bensalah
SA RENCONTRE D'HIER À TOURNE AU FIASCO
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Beaucoup d'absences à cette rencontre
Le spectacle n'a pas tardé à montrer ses aspects versant dans l'insolite et des réactions qui ont transformé la grande salle en un véritable lieu de palabres et de tapage, qui ont vu le représentant du Front El Moustakbel se mettre à hurler et crier à la trahison.
La rencontre sur «les mécanismes de création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections» par la présidence de la République, qui était censée regrouper les partis politiques et les personnalités nationales et la société civile, n'a pas eu lieu telle que prévue. Ni Bensalah, le chef d'Etat provisoire ni la classe politique à travers ses partis dans leur majorité n'ont répondu à l'appel. Pour les partis politiques, tout le monde était au courant que leur absence allait être perceptible, mais personne ne s'attendait que celui qui était censé promouvoir et chapeauter la rencontre allait être dans la liste des abonnés absents, à savoir Abdelkader Bensalah. Le geste de Bensalah va rentrer dans les annales politiques de la République algérienne et de la Présidence, étant donné que c'est la première fois que ce genre de comportements a été manifesté au nom de la présidence de la République, c'est un antécédent très rare en politique, jamais un agenda politique du genre qui relève d'une conférence de dialogue national n'a connu un événement pareil. L'ambiance au Palais des nations à Club des Pins n'était pas à l'enthousiasme ni à un événement qui s'esquissait en perspective, la grande salle qui était réservée à la rencontre et pour recevoir les invités, affichait un vide sidéral et une ambiance morne renseignant sur les tenants et les aboutissants de ces semblants de consultations. Ce qui est anachronique dans cette rencontre dédiée à un thème politique par excellence, à savoir de débattre d'une formule idoine pour mettre en place des mécanismes qui puissent permettre la création d'une commission indépendante qui se chargera de la préparation et de la surveillance de l'opération électorale, ne sera que technique selon les dires de ceux qui étaient présents pour la circonstance. Même si tout le monde sait que le rejet d'aller vers une élection présidentielle le 4 juillet fait l'unanimité de la part de la classe politique et aussi le mouvement populaire qui réclame le départ de Bensalah tous azimuts. Hormis quelques constitutionnalistes et quelques personnes qui se disent appartenir au mouvement associatif, on a constaté une présence timorée de trois structures partisanes qui n'ont pas de poids politique sur la scène nationale, à savoir l'Alliance nationale républicaine à travers son secrétaire général, Belkacem Sahli, le mouvement El-Islah via son premier responsable, Filali Ghouini et le député Ahmed El Wafi, représentant du Front el Moustakbel, quant au RND et le FLN, ils se sont contentés d'envoyer respectivement deux sénateurs pour participer dans ce qui est appelé communément «consultations». La stupéfaction était grande quand les médias ont su que la rencontre allait se faire à huis clos, surtout que l'annonce a été faite par le responsable de l'Institut des études stratégiques globales, une structure rattachée à la Présidence. Le spectacle n'a pas tardé à montrer ses aspects versant dans l'insolite et des réactions qui ont transformé la grande salle en un véritable lieu de palabres et de tapage qui ont vu le représentant du Front El Moustakbel se mettre à hurler et crier à la trahison en accusant les responsables de cette rencontre d'avoir fait «recours à un travail de l'ombre», allusion à l'attitude consistant à diriger le déroulement de la rencontre en l'absence des médias. Mais le paradoxe est exprimé de la part du secrétaire général de la présidence de la République, Habba El-Okbi qui a souligné lors de cette rencontre que «les consultations lancées par le chef de l'Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront jusqu'à l'élection présidentielle qui se tiendra dans les délais constitutionnels, le 4 juillet prochain», c'est le summum de la mascarade appelée rencontre pour des consultations. Le secrétaire général de la présidence de la République a poussé le bouchon jusqu'au bout en annonçant que les consultations visent «à asseoir la démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique», faisant abstraction de tous les événements qui secouent le pays à travers un mouvement populaire qui exige le départ des symboles du système parmi lesquels figure le chef d'Etat provisoire, Abdelkader Bensalah. Une chose est sûre, la rencontre d'hier, reflétait parfaitement une espèce de simulacre de consultations en déphasage avec l'évolution que vit le pays et les enjeux qui se trament et que se profilent à l'horizon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.