Plan d'action du Gouvernement: l'Algérie face à des défis difficiles mais pas impossibles    Lutte contre les stupéfiants: des opérations menées dans plusieurs wilayas du pays    Des jeunes chômeurs bloquent le siège de l'APC    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Kherrata célèbre le 1er anniversaire de sa marche anti-5e mandat    Promotion de l'emploi : appel à une participation totale et réelle des autorités locales    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    Bientôt une deuxième édition de "Diaspora Connect" à Alger    Le privé sera associé dans le processus de contrôle    Un problème technique à l'origine du retard    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    M. Boukadoum réitère la position de l'Algérie privilégiant une solution politique    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    L'ultimatum de Tebboune aux walis    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    La victoire qui change tout ?    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    Débrayage des transporteurs interwilayas de Jijel    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Coronavirus: les Algériens rapatriés de Wuhan, autorisés à quitter leur lieu de confinement    Brèves    La bonne manière pour brûler les graisses    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bérézina de Bensalah
SA RENCONTRE D'HIER À TOURNE AU FIASCO
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Beaucoup d'absences à cette rencontre
Le spectacle n'a pas tardé à montrer ses aspects versant dans l'insolite et des réactions qui ont transformé la grande salle en un véritable lieu de palabres et de tapage, qui ont vu le représentant du Front El Moustakbel se mettre à hurler et crier à la trahison.
La rencontre sur «les mécanismes de création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections» par la présidence de la République, qui était censée regrouper les partis politiques et les personnalités nationales et la société civile, n'a pas eu lieu telle que prévue. Ni Bensalah, le chef d'Etat provisoire ni la classe politique à travers ses partis dans leur majorité n'ont répondu à l'appel. Pour les partis politiques, tout le monde était au courant que leur absence allait être perceptible, mais personne ne s'attendait que celui qui était censé promouvoir et chapeauter la rencontre allait être dans la liste des abonnés absents, à savoir Abdelkader Bensalah. Le geste de Bensalah va rentrer dans les annales politiques de la République algérienne et de la Présidence, étant donné que c'est la première fois que ce genre de comportements a été manifesté au nom de la présidence de la République, c'est un antécédent très rare en politique, jamais un agenda politique du genre qui relève d'une conférence de dialogue national n'a connu un événement pareil. L'ambiance au Palais des nations à Club des Pins n'était pas à l'enthousiasme ni à un événement qui s'esquissait en perspective, la grande salle qui était réservée à la rencontre et pour recevoir les invités, affichait un vide sidéral et une ambiance morne renseignant sur les tenants et les aboutissants de ces semblants de consultations. Ce qui est anachronique dans cette rencontre dédiée à un thème politique par excellence, à savoir de débattre d'une formule idoine pour mettre en place des mécanismes qui puissent permettre la création d'une commission indépendante qui se chargera de la préparation et de la surveillance de l'opération électorale, ne sera que technique selon les dires de ceux qui étaient présents pour la circonstance. Même si tout le monde sait que le rejet d'aller vers une élection présidentielle le 4 juillet fait l'unanimité de la part de la classe politique et aussi le mouvement populaire qui réclame le départ de Bensalah tous azimuts. Hormis quelques constitutionnalistes et quelques personnes qui se disent appartenir au mouvement associatif, on a constaté une présence timorée de trois structures partisanes qui n'ont pas de poids politique sur la scène nationale, à savoir l'Alliance nationale républicaine à travers son secrétaire général, Belkacem Sahli, le mouvement El-Islah via son premier responsable, Filali Ghouini et le député Ahmed El Wafi, représentant du Front el Moustakbel, quant au RND et le FLN, ils se sont contentés d'envoyer respectivement deux sénateurs pour participer dans ce qui est appelé communément «consultations». La stupéfaction était grande quand les médias ont su que la rencontre allait se faire à huis clos, surtout que l'annonce a été faite par le responsable de l'Institut des études stratégiques globales, une structure rattachée à la Présidence. Le spectacle n'a pas tardé à montrer ses aspects versant dans l'insolite et des réactions qui ont transformé la grande salle en un véritable lieu de palabres et de tapage qui ont vu le représentant du Front El Moustakbel se mettre à hurler et crier à la trahison en accusant les responsables de cette rencontre d'avoir fait «recours à un travail de l'ombre», allusion à l'attitude consistant à diriger le déroulement de la rencontre en l'absence des médias. Mais le paradoxe est exprimé de la part du secrétaire général de la présidence de la République, Habba El-Okbi qui a souligné lors de cette rencontre que «les consultations lancées par le chef de l'Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront jusqu'à l'élection présidentielle qui se tiendra dans les délais constitutionnels, le 4 juillet prochain», c'est le summum de la mascarade appelée rencontre pour des consultations. Le secrétaire général de la présidence de la République a poussé le bouchon jusqu'au bout en annonçant que les consultations visent «à asseoir la démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique», faisant abstraction de tous les événements qui secouent le pays à travers un mouvement populaire qui exige le départ des symboles du système parmi lesquels figure le chef d'Etat provisoire, Abdelkader Bensalah. Une chose est sûre, la rencontre d'hier, reflétait parfaitement une espèce de simulacre de consultations en déphasage avec l'évolution que vit le pays et les enjeux qui se trament et que se profilent à l'horizon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.