Des centaines de milliers de manifestants à Alger : « Gaïd Salah dégage ! »    Barça : Messi a mal vécu la défaite face à Liverpool    ANNONÇANT SON SOUTIEN A GAID SALAH : Seddik Chihab s'attaque une nouvelle fois à Ouyahia    COMMISSION DES FINANCES DE L'APN : Les dépenses de l'APN sous la loupe des enquêteurs    Brandt lance son quatrième smartphone en Algérie Le BPRIMES    Manipulation des articles    Des industriels, des hommes d'affaires et même des élus se tiennent le ventre    ELECTION PRESIDENTIELLE : Les noms des 77 candidats à la candidature dévoilés    Une balle de match pour un titre    Dirigeants et supporters du Scad demandent l'accession de leur club    Tottenham: Pochettino met fin aux rumeurs    L'APC DENONCE L'OCTROI ‘'OPAQUE'' DE MARCHES PUBLICS : Le maire d'Oran dans le collimateur    MASCARA : 3 individus arrêtés et des munitions saisies à Ain Farès    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Premières projections de films documentaires    Baâziz galvanise le public    Le Brent se maintient à plus de 68 dollars à Londres    Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La déliquescence de l'Etat
MINISTRES ET HOMMES POLITIQUES INSULTES, LYNCHES
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019

La République est traversée par une grave faille qui sépare d'un côté les citoyens et d'un autre côté, les représentants de l'Eat à tous les niveaux.
La déliquescence de l'Etat n'est plus une vue de l'esprit, mais un fait. Il s'observe sur le terrain et s'accentue chaque jour davantage. Des hommes politiques sont chahutés durant les marches du mouvement populaire. Des ministres et des représentants de l'Etat sont carrément chassés durant leurs activités sur le terrain. Les exemples dans les deux cas ne manquent pas. De Bouchachi, Mokrane Ait Laarbi, Saïd Sadi, Karim Tabbou, Ali Ghediri et Louisa Hanoune, ont tous été chahutés par des «manifestants». On a vu avec quelle manière l'ex-président du MSP, Bouguerra Soltani a failli être lynché par des manifestants à Paris. Dans un cas comme dans l'autre rien ne justifie de pareils comportements. De quel droit empêcher une personne de manifester quand bien même on diverge avec elle au plan idéologique? Parce que les citoyens ont été justement bâillonnés pendant vingt ans qu'ils sont sortis dans la rue pour dénoncer toutes ces restrictions. Depuis le 22 février, l'Algérie émerveille le monde par son mouvement de contestation. Des millions d'Algériens investissent les rues pour crier pacifiquement leur colère. «Sylmia, Sylmia» n'est-il pas le slogan-phare du Hirak algérien? Il serait suicidaire de ne pas voir en ces dépassements aussi minimes fussent-ils un début de dérive vers la violence sans lendemains. Cela comme premier éléments d'analyse, le second concerne les cas des ministres pratiquement interdits de visite sur le terrain. Jamais depuis l'indépendance du pays on a assisté à un pareil cas où un gouvernement est placé sous couvre-feu. Quand un ministre de la République est chassé comme un malfrat, cela signifie que le citoyen n'a plus cette fascination qui le lie à ses responsables. Honni, détesté, rejeté, accusé de vol, de corruption et de pillage, le ministre a cessé d'être aux yeux du simple citoyen, ce représentant de l'Etat avec son autorité. Des milliers de personnes étaient rassemblées hier, devant le tribunal de la rue Abane-Ramdane, à Alger, attendant avec des pots de yaourt l'arrivée de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia. Quelques policiers se démenaient face à une foule chauffée à blanc. Il n'est pas exagéré de dire qu'on aurait assisté à une scène à la manière du lynchage du colonel El Gueddafi si Ouyahia s'était présenté au tribunal. Hier, à la Casbah le wali d'Alger n'a dû son salut qu' à ses gardes du corps. Quoique dans ce cas précis, il s'agissait d'une foule sous l'emprise de l'émotion, car il y a eu mort d'hommes. Abdelkader Zoukh a été chassé par une foule compacte de la Basse Casbah, alors qu'il s'apprêtait à s'enquérir de la situation suite à l'effondrement d'une vieille bâtisse encore habitée. Les habitants, en colère, couraient derrière lui en scandant «Pouvoir assassin». Ils reprochent au wali d'Alger sa négligence, puisque, expliquent-ils, ces habitants attendaient depuis des années d'être relogés. Cette exaspération est dans le même élan que celui du mouvement Hirak qui rejette tous les symboles du régime. Plus aucun ministre, wali ou autre figure liée de près ou de loin ne peut prétendre s'adresser aux citoyens. A ce stade, il faut dire que la République est traversée par une grave faille qui sépare d'un côté les citoyens et d'un autre côté les représentants de l'Etat, à tous les niveaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.