Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où s'arrêtera le curseur de l'armée?
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2019

L'ancien patron du DRS, le général Toufik, Saïd Bouteflika et le général Tartag arrêtés. Très grosse prise pour la justice. Les premières indiscrétions indiquent qu'ils ont été accusés de manoeuvres politiques hostiles au Hirak et qui pouvaient nuire à l'armée. Il y va donc de la sécurité de l'Etat. En d'autres temps, en d'autres circonstances, cette information aurait eu l'effet d'un séisme inquantifiable sur l'échelle de Richter. Mais l'effet du choc psychologique que devaient produire de pareilles nouvelles sur le citoyen a été largement dépassé depuis la démission de l'ancien président Bouteflika, l'arrestation de Ali Haddad, Isaad Rebrab, la convocation de l'ancien Dgsn, Abdelghani Hamel et de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia.
Quelle sera la prochaine étape? Où s'arrêtera le curseur de l'armée dont le chef d'état-major a révélé qu'il détient «de lourds dossiers de corruption»? Dans son discours prononcé mardi dernier, à Constantine, Ahmed Gaïd Salah a en effet indiqué que «les services du ministère de la Défense nationale détiennent des informations avérées concernant plusieurs dossiers lourds de corruption, dont je me suis enquis personnellement, dévoilant des faits de spoliation des fonds publics avec des chiffres et des montants faramineux». Ces dossiers seront remis à la justice «pour les étudier et enquêter pour poursuivre tous ceux qui y sont impliqués». Bien avant Gaïd Salah, l'ex-Dgsn Abdelghani Hamel a déclaré devant les journalistes le 26 juin 2018, qu'il détient des dossiers de corruption. Le chef d'état-major parlait-il des mêmes dossiers? Hamel a-t-il remis ces dossiers à l'armée et à la justice? Autant d'interrogations qui entourent ces arrestations. Une course vers un objectif précis est engagée sur les chapeaux de roue et cette accélération des événements risque de causer des dégâts collatéraux si ce n'est pas déjà le cas. Il y a une certaine peur qui s'est installée à tous les niveaux de responsabilité engendrant une paralysie dont le pays aurait pu faire l'économie en cette conjoncture particulière. Certes, la lutte contre la corruption est une urgence nationale, mais cela ne doit pas faire perdre de vue que la crise en Algérie est politique. La revendication principale est le changement total du système politique. Le Hirak se contentera-t-il de merles quand on lui promet des grives? Le but est d'abord de récupérer l'argent volé. Tout l'argent. Au moment où le pays est au bord d'une grave crise économique, personne n'est intéressé à ce qu'un homme d'affaires, un haut responsable ou un militaire se retrouve en prison alors les milliards d'euros sont entassés en Suisse, au Panama, aux Emirats, aux Seychelles et au Luxembourg. C'est l'argent des Algériens, ils doivent en jouir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.