Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inflation de propositions
LA CLASSE POLITIQUE DEBOUSSOLEE PAR LES OFFRES DE SOLUTION
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2019

Les partis ne savent plus à quelle... solution se vouer
Il faut signaler que même au sein de l'opposition il y a une lecture qui reflète quelque part la position de l'institution militaire allant jusqu'à défendre la primauté d'une élection présidentielle.
Depuis plus de deux mois, la situation politique du pays n'arrive pas à sortir de «l'ornière», même si la dynamique populaire a montré la voie quant à une sortie sereine et responsable, à savoir une période de transition démocratique où le consensus constituera l'alpha et l'oméga de l'issue souhaitée et attendue par la majorité des Algériens et des Algériennes.
L'élan populiare a enclenché un processus historique de changement visant à revoir le fonctionnement institutionnel de l'Etat et mettre en place un nouveau système qui coupera court avec un statu quo moribond et mortifère. Depuis, la question de la transition tarde à voire le jour, il y a même une volonté de détourner l'attention sur cet objectif réclamé par la majorité des Algériens et de son élite politique. L'impasse est en train de s'installer petit à petit, la crise institutionnelle est de plus en plus palpable dans la mesure où les tenants du statu quo maintiennent leur choix qui s'arc-boute sur la démarche qui donnera plus d'importance à la gestion et à la solution qui s'identifie à la Constitution en vigueur. La dernière sortie du président par intérim n'a fait que confirmer cette thèse qui consiste à ne pas revenir sur l'article 102 et maintenir le processus électoral tel qu'il est stipulé dans la Loi fondamentale. C'est une manière d'afficher une posture le moins que l'on puisse dire, c'est que elle tourne le dos aux revendications du peuple, ledit peuple qui insiste sur l'idée d'aller vers la consécration de la souveraineté populaire en dehors de la logique héritée du système en place, source de la crise multidimensionnelle dans laquelle se débat la société. La crise pourrait prendre plus de taille si la raison et la sagesse ne prennent pas place par rapport à la voix de l'entêtement et de l'obstination qui vise à maintenir un desiderata émanant du système dont le peuple demande son départ illico presto. L'institution militaire est la seule qui puisse assurer une transition politique à travers un dialogue politique pouvant mener vers un consensus qui sera le point de départ de l'amorce d'une solution politique crédible et véritable. Il faut signaler que même au sein de l'opposition il y a une lecture qui reflète quelque part la position de l'institution militaire allant jusqu'à défendre la primauté d'une élection présidentielle même si la problématique de la date n'a pas été soulevée comme entrave. Certains partis de l'opposition comme Tala3 El Hourriyat de Benflis ou le parti Jil Djadid de Djilali Soufiane tiennent à ce que même s'il y aurait une période de transition, il faut y aller vers une élection présidentielle qui sera la garante d'une période de transition où le président aura le pouvoir d'arbitrer et aussi gérer de manière qui correspond à une légitimité institutionnelle de l'Etat et la situation politique du pays.
Cette piste est en train de connaître une adhésion au sein même de l'opposition qui essaye de promouvoir cette démarche qui s'inscrit en porte-à-faux par rapport à l'exigence d'une initiative qui est demandée par une majorité du peuple et son élite politique, à savoir la mise en oeuvre d'un processus transitionnel susceptible de mener le pays vers une stabilité institutionnelle et une légitimité politique qui mettra fin à des décennies de fait accompli et de la loi du plus fort en termes de rapports de force sur le plan politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.