Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'une bâtisse non habitée à la Casbah, sans faire de victime    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    La liste des activités autorisées à reprendre de service dimanche 7 juin    Laghouat : huit équipes au tournoi maghrébin des débats académiques électroniques    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    le Gouvernement arrête la feuille de route de sortie du confinement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    6 décès et 107 nouveaux cas contaminés    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Accompagnement des entreprises    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    Dans une déclaration au siège du MDN: Tebboune affirme qu'il fera face aux lobbies ciblant l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'issue est politique
ACTE VIII DU MOUVEMENT POPULAIRE
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2019

l'exercice souverain du pouvoir politique par le peuple
Bensalah, Bedoui et Belaiz sont vus comme le symbole d'un régime honni et rejeté par la majorité de ce peuple qui veut en découdre le plus rapidement avec le système pour aller vers une transition douce, sereine et apaisée.
Le mouvement du 22 février clôture sa huitième semaine, le processus du changement ne semble pas prendre l'allure d'une décantation politique à la hauteur des attentes et des aspirations de la majorité qui exige le changement du régime urbi et orbi à travers ses symboles qui incarnent l'incurie, la corruption et l'impasse dans laquelle se sont empêtrés le pays et l'ensemble de ses institutions.
Le départ de l'ex-président n'a pas constitué à lui seul une issue à la crise institutionnelle dont fait preuve l'Etat. Pour le peuple, qui investit la rue chaque vendredi, la solution de la crise telle que mentionnée par les pancartes arborées pour la circonstance ne se résume pas dans la démarche «constitutionnelle» qui, elle, est une «fumisterie» de trop dans la mesure où cette Constitution a été moult fois tricotée et triturée par ceux-là même qui l'ont piétinée dans le but de maintenir le statu quo et consolider leur pouvoir au sein des rouages de l'Etat au détriment de la légitimité et de la souveraineté populaire à travers un choix démocratique et transparent.
La reconduction des figures qui ont assuré le rôle, voire la tâche de sherpa aux pouvoirs successifs n'aide pas pour que la situation de blocage qui persiste à trouver une issue salvatrice, bien au contraire, elle enfoncera ce qui reste comme institutions de la République droit dans le mur.
Beaucoup d'intellectuels et d'experts dans le domaine qui a trait aux périodes de transition s'accordent à dire que la crise du système politique en place ne saurait être résolue par le fait d'actionner un artifice constitutionnel pour permettre aux institutions de l'Etat de fonctionner normalement. La crise que vit le pays est éminemment politique, son traitement doit sortir des carcans juridiques tous azimuts. Le mouvement populaire a appelé dans plusieurs marches historiques à ce que la transition soit opérée en dehors de la logique du système qui est pestiféré par la majorité. L'artifice constitutionnel est vu par la majorité qui manifeste dans le pays comme étant une provocation de trop à l'intelligence des Algériens. Les avertis de la chose politique considèrent que le maintien de la Constitution et son applicabilité ne font que maintenir le statu quo, voire pousser au pourrissement de la situation et favoriser la voie de l'impasse et le blocage institutionnel.
Bensalah, Bedoui et Belaïz sont vus comme le symbole d'un régime honni et rejeté par la majorité de ce peuple qui veut en découdre le plus rapidement avec le système pour aller vers une transition douce, sereine et apaisée.
Le maintien de ces figures ne fait qu'exacerber les tensions et pousser le peuple à manifester quotidiennement sous toutes les formes pacifiques, y compris les grèves générales qui toucheront les secteurs économiques et la Fonction publique. Ce genre de manifestations commencent à exprimer leur véracité et leur existence sur le terrain, elles sont en mesure de paralyser le pays et son économie. Cela pourrait même affecter les institutions et le fonctionnement de la République. Entre une Constitution qui a été bafouée par ceux qui l'ont peaufinée et la solution politique négociée et concertée, il y a urgence de faire prévaloir la seconde solution tributaire d'un dialogue avec les forces vives de la société pour négocier une transition nationale démocratique où l'institution militaire sera l'accompagnatrice et la garante de ce processus transitoire en sa qualité d'institution républicaine qui a des missions claires et précises, à savoir la sécurisation du processus et la défense de la souveraineté et de l'unité nationales du pays.
L'acte VIII du mouvement du 22 février est un ultime appel à remettre l'Algérie sur la voie de la démocratie et la souveraineté populaire. Pour ce faire, l'armée, garante de la Sécurité nationale, doit répondre aux appels légitimes de la majorité du peuple qui exige le changement radical et le départ du système et ses symboles. La transition démocratique est la clé de voûte d'un changement fondé sur le choix des personnalités intègres, patriotes et qui n'ont pas de lien direct ou indirect avec les symboles du régime qui a fait de la corruption, de l'injustice et du despotisme son dada par excellence.
Les yeux sont braqués sur l'institution militaire qui s'est dit qu'elle est du côté du peuple. Cette devise ne devrait être concrète que si les premiers responsables de cette institution républicaine tiennent compte des exigences de la majorité du peuple qui clame le départ de tous les symboles du régime grabataire et enclencher un nouveau processus d'une transition démocratique ouvrant la voie vers l'exercice souverain du pouvoir politique par le peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.