Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Real Madrid : Zidane ne serait pas menacé    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 400 marchés informels recensés
COMMERCE
Publié dans L'Expression le 25 - 12 - 2005

L'Ugcaa propose l'amendement de la loi relative aux Chambres de commerce au niveau des communes.
Au moment où l'Algérie s'apprête à accéder à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), les experts et les spécialistes économiques ainsi que des cadres universitaires posent toujours la problématique de l'organisation du marché algérien. Cette question était, hier, le thème d'une conférence organisée à l'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa).
L'Algérie doit éradiquer le marché informel qui représente la moitié du marché algérien, estiment les membres du bureau de l'Ugcaa. Selon les chiffres de M.Hadj Tahar Boulenouar, chargé de la communication à l'Union, un million de commerçants activent au noir et plus de 400 marchés anarchiques sont recensés à l'échelle nationale. «Ces chiffres sont alarmants dans la mesure où ils constituent un danger pour l'économie du pays, notamment pour l'investissement», dit-il.
Le ministre du Commerce M.El Hachemi Djaâboub avait, rappelons-le, précisé dans ce sens qu'il a été dénombré 732 marchés informels d'une superficie globale de 2,7 millions de m² et dans lesquels activent plus de 100.000 intervenants, soit près de 13% des commerçants inscrits au registre du commerce. M.Djaâboub avait aussi révélé que les efforts engagés par son département ministériel ont permis, selon lui, l'insertion dans le circuit légal d'une trentaine de marchés totalisant quelque 5000 intervenants. Des propositions ont été faites par les représentants de l'Union pour lutter contre le marché parallèle. Elles concernent entre autres, la facilitation des procédures de l'obtention du registre du commerce et l'amendement de la loi des Chambres de commerce au niveau des communes pour donner plus de prérogatives aux élus. L'Ugcaa, poursuivra-t-il, a même proposé, dans les recommandations de son dernier congrès du 22 septembre 2004, l'installation d'un ministre délégué du Commerce chargé de la Réorganisation du marché national. M.Boulenouar a souligné la nécessité de construire des centres commerciaux «afin d'éradiquer ce phénomène, d'une part, et de créer des emplois au profit des jeunes chômeurs, d'autre part». Il a aussi précisé que plus de 300 anciennes galeries et Souks el fellah sont toujours fermés soulignant l'importance de les remettre en activité au profit des commerçants.
M.Boulenouar a appelé les collectivités locales à contribuer «en toute rigueur à la lutte contre ce fléau, en se référant aux lois et législations existant en matière de commerce». Pour sa part, le secrétaire général de l'Ugcaa, M.Guebli Saïd, a appelé les collectivités locales à «confier» à l'Union les terrains et les espaces libres au niveau de chaque quartier pour y construire des marchés et des centres commerciaux, au profit des citoyens. De son côté, Ounissi Al Ayachi, professeur de commerce à l'Université de Batna considère que ces données «ne sont pas fiables». «J'estime que le nombre de commerçants exerçant dans l'informel dépasse les trois millions. On avance aussi le montant de 15 milliards de dollars qui circulent en dehors des banques. Nous ne pouvons pas annoncer des chiffres sûrs sur ce phénomène qui gangrène notre économie nationale», souligne-t-il.
L'Algérie, dit-il, a signé l'accord d'association avec l'Union européenne en septembre 2005 et pourrait intégrer l'OMC l'année prochaine. «Il faut qu'elle réorganise son marché interne et surtout qu'elle applique les lois d'une manière stricte et rigoureuse». Pour lui, notre pays n'a pas «pris le temps qu'il faut pour préparer et mettre à niveau les entreprises économiques mais aussi les cadres pour faire face à la concurrence. Cela a dû retarder son accession comme nous le constatons aujourd'hui». Il plaide ainsi «pour une réforme de l'organisation et de l'administration en matière de commerce car, selon lui, l'entreprise est appelée à réussir, seulement dans un cadre moderne et contemporain».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.