Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril autour des 70 dollars
LES PRIX DU PETROLE
Publié dans L'Expression le 14 - 05 - 2019

Le niveau actuel des cours de l'or noir constitue une opportunité pour accélérer le processus de la diversification de l'économie nationale.
Le pétrole démarre la semaine sur une hausse significative. Une bonne nouvelle. Hier, vers 13h15 le baril de Brent, référence pour le pétrole algérien, s'échangeait à 72,08 dollars soit une hausse de 1,44 dollars par rapport à la séance précédente.
Une bouffée d'oxygène pour l'économie du pays en débat perpétuel, depuis la dégringolade des prix du pétrole qui a provoqué la redoutable crise financière qui a épuisé son Fonds de régulation des recettes, vidé les caisses du Trésor public et sévèrement impacté ses réserves en devises. La question de la réduction de la dépendance du pays par rapport à ses exportations de pétrole et de gaz, qui constituent l'essentiel de ses revenus en dollars, a été inévitablement mise en exergue. La diversification de son économie est devenue impérative si on veut lui éviter le stress permanent que constituent les plongeons cycliques des cours de l'or noir. Les crises financières provoquées par de telles situations s'accompagnent inévitablement de mesures douloureuses et impopulaires. Celles, pourtant décriées par certains spécialistes, prises par l'ex-gouvernement pour y faire face, ont permis contre vents et marées de maintenir les réserves de changes à plus de 70 milliards de dollars (elles étaient à plus de 193 milliards de dollars fin 2013) et à renoncer à l'endettement extérieur, pour éviter l'asphyxie financière que de nombreux experts ont annoncée comme inévitable. Ce dispositif est cependant insuffisant pour constituer une alternative pour une sortie de crise financière de l'ampleur de celle que traverse le pays. La perspective d'un retour du baril à 100 dollars, qui lui suffirait pour assurer ses équilibres financiers, étant en principe écartée. Il ne reste plus d'autre choix que d'opter pour des réformes qui élèveraient le secteur hors hydrocarbures au rang de poumon de l'économie nationale.
L'Algérie aurait tout à gagner en relevant ce défi, cette «mère des batailles» qui lui permettra d'intégrer le cercle des pays émergents, auquel elle aspire et qui demeure à sa portée. Ses potentialités pour franchir ce cap sont incontestables. Le Fonds monétaire international, qui n'a pas la réputation d'être complaisant, l'affirme. «Les réformes structurelles permettront à l'Algérie de se diversifier en dehors du pétrole et d'utiliser ses forces, à la fois en termes de jeune population, position géographique et la richesse dont elle dispose dans d'autres secteurs», avait déclaré, le 29 avril, Jihad Azour, le directeur en charge du Moyen-Orient et de l'Asie centrale pour le FMI, cité par l'agence Reuters. L'institution de Bretton Woods constitue un arbitre dont l'impartialité ne peut être soupçonnée. L'Algérie a-t-elle les moyens suffisants pour sortir de son addiction à l'or noir? L'Algérie dispose toujours «d'une fenêtre d'opportunités» pour se défaire de sa dépendance au pétrole et asseoir une économie diversifiée grâce à un dosage de politiques économiques, qui concilie ajustement budgétaire et croissance», avait-elle indiqué, vers la mi-juin 2018, dans son rapport d'évaluation de l'économie algérienne.
Il ne reste qu'à faire preuve d'une réelle volonté, politique, pour relever le défi. Un challenge que devra assumer le futur gouvernement d'une IIème République revendiquée par le Hirak, né des marches pacifiques historiques du 22 février.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.