Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'armée doit faire des concessions"
ABDEREZZAK MAKRI L'A DECLARE HIER
Publié dans L'Expression le 14 - 05 - 2019


Le patron du MSP
Faisant référence au chef d'état-major, le président du MSP estime qu'on ne peut pas lutter contre la corruption et refuser d'aller vers une transition.
Le président du Mouvement de la société pour la paix, Abderezzak Makri, a appelé l'institution militaire à assumer pleinement ses responsabilités pour trouver une sortie de crise. Intervenant, hier, au forum hebdomadaire d'El Moudjahid, le patron du parti n'est pas allé par quatre chemins pour dire clairement que la solution à la crise n'est pas aussi compliquée. «Nous sommes conscients du poids de l'institution militaire dans la décision politique, c'est pourquoi nous appelons le chef d'état-major de l'ANP a trouver des solutions, comme il l'a fait pour la démission de Bouteflika à travers l'application de l'article», a-t-il proprement dit.
Convaincu qu'il est quasiment impossible de tenir l'élection de juillet prochain, l'hôte du forum a invité le chef d'état-major à accompagner le processus de transition politique pour éviter de mener le pays à la dérive. «Celui qui veut organiser l'élection présidentielle le 4 juillet prochain veut sérieusement diviser le peuple algérien», a affirmé l'invité d'El Moudjahid qui rappelle que le mouvement populaire a encore exprimé son refus du maintien de cet agenda. Le patron du MSP estime qu'on ne peut pas opérer un forcing contre la volonté d'un peuple qui manifeste pacifiquement et réclame le changement. Abderezzak Makri est allé plus loin dans ses propos en accusant des parties qui veulent mener le pays au chaos. «Il y a des extrémistes qui veulent semer la pagaille en Algérie et leur seul souci est de sauter sur les institutions de l'Etat», a-t-il averti. Le fils spirituel de Mahfoud Nahnah a salué la lutte sans relâche menée contre la corruption, tout en soulignant qu'elle doit être accompagnée par un véritable processus de transition. «Oui à la lutte contre la corruption, mais pas au détriment de la démocratie», a-t-il insisté. Faisant référence au chef d'état-major, Makri estime qu'«on ne peut pas lutter contre la corruption et refuser d'aller vers une transition». Le président du MSP a appelé à la poursuite du mouvement populaire et le maintien de la mobilisation jusqu'à la satisfaction des revendications. Faisant un constat sur le mouvement populaire, Makri tire un bilan positif marqué par deux éléments essentiels, à savoir l'annulation du projet de cinquième mandat et la traduction des corrompus devant la justice. Cependant, il juge que l'essentiel de l'objectif n'est pas encore atteint, à savoir le processus de transition politique. «Sans le processus de transition aucun changement ne sera possible», a-t-il réitéré avant d'ajouter «nous sommes toujours dans l'ère de Bouteflika». Makri a même développé sa vision autour de la sortie de crise qui doit passer impérativement par le départ de Bensalah et le gouvernement de Bedoui pour laisser place à une instance qui sera présidée par une personnalité politique qui fait le consensus, pour entamer le processus de transition. Selon lui, la période de transition peut aller sur six à neuf mois pour permettre de nommer un nouveau gouvernement de compétences et opérer des changements dans certaines lois, afin d'assurer des élections transparentes. Revenant sur les menaces d'emprisonnement qui pèsent sur les hommes politiques, le patron du MSP défie toute personne détenant des preuves contre lui dans des complots ou détournement de fond.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.