Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus jamais de bidonvilles...
ORAN
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2019


Le phénomène n'a que trop duré
La wilaya d'Oran est plus que déterminée quant à stopper les ravages de la tronçonneuse.
C'est parti. Appuyés par les forces de l'ordre, les services forestiers, en collaboration avec ceux de la daïra d'Oran, viennent de lancer une vaste campagne axée essentiellement sur le rasage, par tous les moyens, de tous les bidonvilles dressés sur les biens publics ou encore les terres appartenant à l'Etat appelés communément les «services domaniaux». La première opération a été lancée dans la forêt des Planteurs rattachée au secteur urbain de Sidi El Houari. Elle s'est soldée par la mise à plat d'une dizaine de taudis. Le tissu forestier rattaché au secteur de Bouamama, ex-cité Petit, a connu le même sort. Les services spécialisés ont démoli près d'une dizaine de bidonvilles bâtis sur des terres forestières ceinturant les quartiers de Coca et de Rocher. La deuxième capitale du pays retrouvera vaille que vaille sa belle image aux couleurs chatoyantes. C'est le défi lancé par la wilaya d'Oran, sommant ses services locaux de stopper ce phénomène, ayant trop terni l'image d'une ville que l'on ambitionne de transformer en métropole méditerranéenne. La question des bidonvilles a, pendant plusieurs années, été posée à la table des discussions par les précédents walis. Des engagements ont été même pris. En vain. Les mesures engagées ont, depuis plusieurs décennies, été enfouies dans les fins fonds des tiroirs. Le projet tombe aussitôt dans les oubliettes avant qu'il ne soit retiré et une bonne fois, cette fois-ci, par la wilaya d'Oran ayant réitéré l'obligation de passer à l'acte. «Ce n'est que trop», dira-t-on ajoutant que «le phénomène n'a que trop duré face à la passivité et le laxisme des autorités censées reprendre la situation en main». Dans un temps, désormais révolu, il était beaucoup plus facile d'accaparer un terrain en plein milieu du tissu forestier d'Oran. Il suffisait de quelques plaques de taules et piliers en acier et le tour était joué, le squatteur devenait propriétaire d'un terrain sur lequel il pouvait aisément bâtir son taudis dans l'espoir d'amadouer les commissions en charge du recensement des mal-logés dans le but de les reloger. C'est d'ailleurs le cas constatable dans plusieurs lopins de la forêt d'El Hassi transformée en un laps de temps record en petits douars, dont le douar Tiartia, Rocher, Coca etc. La wilaya d'Oran se préparant activement à domicilier les Jeux méditerranéens de 2021, n'est plus résiduelle dans sa position en prenant en compte, tout en les mettant en application, toutes les mesures administratives pour stopper la bataille, à la fois criminelle et ravageuse, lancée à l'aide de la tronçonneuse. «Nous sommes prêts à faire face à toutes les situations», dira un cadre de la wilaya ayant requis l'anonymat. Sur sa lancée, il a ajouté que «cette question de bidonvilles doit trouver un jour une solution, le jour J est donc arrivé». Au niveau des secteurs urbains concernés ainsi que dans d'autres communes touchées par ce phénomène, l'alerte est au maximum, la lutte contre les bidonvilles est à mener de manière implacable quitte à poursuivre en justice toute personne ayant transgressé la réglementation. Cette problématique constitue pour le moment une autre priorité, la démolition des bidonvilles qui ont proliféré d'une manière inquiétante, donnant une image hideuse de la deuxième capitale du pays devant jouer le rôle d'une métropole régionale dans quelques années. D'immenses efforts ont été déployés en éradiquant les sites de Bab El Hamra, celui dit DNC, terrain Si Ali, de Cheklaoua, de Nakhil, du Virage ou celui de Hayat Regency.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.