Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2019

«Je ne voulais pas qu'on me dise: vous avez choisi un camp», souligne-t-il, durcissant son regard bleu acier. «Je n'ai pas de camp à choisir, mon pays c'est la France.» Abdel Raouf Dafri
Abdel Raouf Dafri, le scénariste talentueux du «Prophète» et
«Mesrine» réalise son premier long métrage. Mais ce français d'origine algérienne, s'attaque à un thème récurrent qui reste encore sensible dans les deux rives de la Méditerranée: la guerre d'Algérie. Intitulé «Qu'un sang impur», le film retrace l'histoire de Paul Andreas Breitner, joué par le comédien belge Johan Heldenbergh, un ancien combattant des commandos d'élite du Nord-Vietnam. Il doit mener une mission-suicide: traverser la région montagneuse des Aurès, Nemencha, dans l'Est algérien, bastion des moudjahidine, à la recherche de son ami, le colonel Simon Delignières, porté disparu. «Je voulais un héros, mais pas un Rambo, un homme au fond fragile, mais capable de cruauté», révélait le réalisateur très pointu dans le détail des séries et des films qu'il écrivait. Dans le pitch du film, le réalisateur et auteur s'inspire de l'atmosphère du film de Francis Ford Copolla «Apocalypse Now», d'un capitaine Willard à la recherche du colonel Kurtz. Mais Dafri refuse de se positionner du côté des Algériens et préfère placer l'objectif du film du côté français. On ignore quel angle d'attaque a fixé ce réalisateur au tempérament explosif et passionné, mais visiblement, il essaye de reprendre la même trajectoire du film de Florent Siri
«Ennemi Intime», où l'armée française est divisée en deux: les bons et les méchants et les Algériens partagés entre les harkis et les combattants de l'ALN. En voulant faire du warland, Dafri a opté pour un choix personnel, un choix du coeur contre, pas un choix de raison. Les films sur la guerre d'Algérie sont généralement très mal distribués en France, voire placés dans des voies de garage pour éviter un succès critique et populaire. Contrairement aux Américains, les Français n'ont pas encore oublié leur passé et n'ont pas encore tourné la page douloureuse et sanguinaire de la guerre d'Algérie. Déjà, le réalisateur pourtant habitué aux stars et têtes d'affiches, fait presque un film d'auteur avec un casting «moyen». Le film a coûté 4 millions d'euros. Mais reste que ce film a valeur d'être compté comme un témoignage supplémentaire sur une période mal acceptée par la politique française et qui suscite encore des convoitises de la part de certains partis politiques français qui prennent la guerre d'Algérie comme un butin de guerre et surtout comme un fonds de commerce pour les relations algéro-françaises futures.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.