POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2019

«Je ne voulais pas qu'on me dise: vous avez choisi un camp», souligne-t-il, durcissant son regard bleu acier. «Je n'ai pas de camp à choisir, mon pays c'est la France.» Abdel Raouf Dafri
Abdel Raouf Dafri, le scénariste talentueux du «Prophète» et
«Mesrine» réalise son premier long métrage. Mais ce français d'origine algérienne, s'attaque à un thème récurrent qui reste encore sensible dans les deux rives de la Méditerranée: la guerre d'Algérie. Intitulé «Qu'un sang impur», le film retrace l'histoire de Paul Andreas Breitner, joué par le comédien belge Johan Heldenbergh, un ancien combattant des commandos d'élite du Nord-Vietnam. Il doit mener une mission-suicide: traverser la région montagneuse des Aurès, Nemencha, dans l'Est algérien, bastion des moudjahidine, à la recherche de son ami, le colonel Simon Delignières, porté disparu. «Je voulais un héros, mais pas un Rambo, un homme au fond fragile, mais capable de cruauté», révélait le réalisateur très pointu dans le détail des séries et des films qu'il écrivait. Dans le pitch du film, le réalisateur et auteur s'inspire de l'atmosphère du film de Francis Ford Copolla «Apocalypse Now», d'un capitaine Willard à la recherche du colonel Kurtz. Mais Dafri refuse de se positionner du côté des Algériens et préfère placer l'objectif du film du côté français. On ignore quel angle d'attaque a fixé ce réalisateur au tempérament explosif et passionné, mais visiblement, il essaye de reprendre la même trajectoire du film de Florent Siri
«Ennemi Intime», où l'armée française est divisée en deux: les bons et les méchants et les Algériens partagés entre les harkis et les combattants de l'ALN. En voulant faire du warland, Dafri a opté pour un choix personnel, un choix du coeur contre, pas un choix de raison. Les films sur la guerre d'Algérie sont généralement très mal distribués en France, voire placés dans des voies de garage pour éviter un succès critique et populaire. Contrairement aux Américains, les Français n'ont pas encore oublié leur passé et n'ont pas encore tourné la page douloureuse et sanguinaire de la guerre d'Algérie. Déjà, le réalisateur pourtant habitué aux stars et têtes d'affiches, fait presque un film d'auteur avec un casting «moyen». Le film a coûté 4 millions d'euros. Mais reste que ce film a valeur d'être compté comme un témoignage supplémentaire sur une période mal acceptée par la politique française et qui suscite encore des convoitises de la part de certains partis politiques français qui prennent la guerre d'Algérie comme un butin de guerre et surtout comme un fonds de commerce pour les relations algéro-françaises futures.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.