Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comme en 1962? Comme en 1992?
Publié dans L'Expression le 27 - 05 - 2019

Jamais deux sans... Maintenant que le dépôt des candidatures est dépassé, maintenant que seuls deux candidats ont déposé leurs dossiers, l'élection présidentielle prévue pour le 4 juillet prochain, dépendra de la validation de leurs dossiers. Le risque de nous retrouver dans la même situation qu'en 1992 est grand. Rappel: le 12 janvier de cette année-là, le président Chadli Bendjedid dépose sa démission. La Constitution de l'époque prévoyait, dans ce cas, un intérim assuré par le président de l'Assemblée populaire nationale (le Sénat n'existait pas) pour organiser l'élection présidentielle. Sauf qu'une semaine avant de démissionner, Chadli avait dissous l'Assemblée populaire nationale. Le mur.
Le 2 avril dernier, le président Bouteflika démissionne. Le président du Sénat le remplace pour préparer l'élection présidentielle comme prévu par la Constitution. Sauf que le président Bouteflika avait, quelques jours avant sa démission, mis fin aux fonctions du président et de tous les membres de la Haute Instance indépendante de surveillance des élections (Hiise). Pas tout à fait le mur, mais un obstacle tout de même. S'ajoute aujourd'hui le problème du nombre de candidats. Dans 10 jours nous saurons si leurs dossiers seront validés. Sinon, ce sera comme en 1992. Et si l'on remontait un peu plus loin pour voir ce qui s'était passé en 1962. Quelques semaines après l'indépendance, soit le 20 septembre de cette année-là, s'était tenue l'élection de l'Assemblée constituante avec ses 196 députés. Citons parmi eux le président Bouteflika, Mme Zohra Drif, Maïtre Ali Yahia Abdennour, Yacef Saâdi, etc. Le président élu de cette Assemblée constituante était Ferhat Abbas qui assurait en même temps les fonctions de chef de l'Etat par intérim. Ahmed Ben Bella était désigné président du Conseil des ministres jusqu'au 15 septembre 1963 où, seul candidat, il fut élu président de la République. D'autre part, dans son livre «l'indépendance confisquée», Ferhat Abbas nous apprend, entre autres, que la corruption avait déjà commencé à l'époque. Grâce à cette «plongée» on sait que la constituante réclamée par certains, n'a pour seul «avantage» que de permettre aux partis politiques d'élire, via leurs députés et le jeu d'alliances, le président. On remarquera aussi que l'Algérie connaît, toutes les trois décennies, des crises au sommet de l'Etat. Celle d'aujourd'hui sera-t-elle résolue sur le modèle inversé de 1962 ou sur celui plus dramatique de 1992?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.