La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Epidémie de Coronavirus: 573 091 décès dans le monde    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU réduit d'un millier d'hommes la mission militaire africaine
SOMALIE
Publié dans L'Expression le 06 - 06 - 2019


L'ONU a décidé vendredi de réduire de mille hommes la force de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) dans le cadre de son désengagement, malgré l'augmentation récente des attaques des combattants Shebab à Mogadiscio. Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à l'unanimité une résolution britannique, qui lui permet toutefois de réétudier sa décision si la situation s'aggrave. La résolution limite à 19.626 le nombre de militaires au sein de l'Amisom, dont le mandat a été renouvelé pour un an, mais maintient 1.040 policiers. La mission, créée en 2007, est déployée dans le sud et le centre du pays, et comprend des troupes du Burundi, de Djibouti, d'Ethiopie, du Kenya et de l'Ouganda. Selon un calendrier adopté en 2017, l'Amisom doit progressivement transférer les pouvoirs de sécurité aux forces somaliennes, mais l'Union africaine s'est récemment inquiétée de la capacité du gouvernement central à assumer cette responsabilité. L'ONU souhaite stabiliser la situation politique dans le pays, où les insurgés islamistes shebab, affiliés à al-Qaïda, ont juré la perte du gouvernement. Chassés de la capitale Mogadiscio en 2011 par l'Amisom, ils contrôlent toujours de vastes zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats. Un rapport conjoint ONU-UA présenté en mai soulignait la résurgence des attaques de shebab, notamment une attaque de mortier sur la base de l'ONU à Mogadiscio.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.