L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Euro 2020 : Sonné, le Danemark chute face à la Finlande    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Un vendredi calme sans Hirak    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'appel au secours
Sit-in des travailleurs de l'Etrhb à Tizi Ouzou
Publié dans L'Expression le 14 - 01 - 2020

Plusieurs actions de protestation ont été enregistrées, hier lundi, dans la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, des centaines de travailleurs exerçant à l'Etrhb-Haddad ont observé un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou, alors que les employés de l'ADE (Algérienne des eaux) ont renoué avec la grève illimitée.
Pour leur part, les travailleurs exerçant dans le cadre du dispositif du pré-emploi (DAS) ont revendiqué, hier, le même statut que ceux du filet social. Les travailleurs de l'Etrhb-Haddad ont lancé, hier matin, devant le siège de la wilaya, de Tizi Ouzou un véritable cri de détresse. Ils ont interpellé le premier magistrat de la wilaya, afin de transmettre leurs doléances aux plus hautes autorités du pays. Dans la seule wilaya de Tizi Ouzou, ils sont plus de 5 000 travailleurs de l'Etrhb Haddad, qui vivent depuis plus de sept mois dans une situation socioprofessionnelle des plus incertaines et des plus précaires. C'est ce qu'a confirmé le représentant des protestataires, hier, en marge de leur rassemblement de protestation, qui a précisé que depuis le mois de juillet dernier, les 5000 employés de l'Etrhb Haddad n'ont perçu aucun salaire. « Nous avons passé 7 mois sans avoir perçu aucun salaire, ce sont de ce fait pas moins de 5000 familles qui sont restées sans ressources, nous sommes vraiment désemparés », a souligné, avec dépit, le représentant du collectif des travailleurs de l'Etrhb Haddad qui a profité de cette occasion pour interpeller Mahmoud Djemaâ, wali de Tizi Ouzou afin que ce dernier use de ses prérogatives pour trouver une issue à leur situation désespérée. Le même représentant des travailleurs a affirmé qu'en plus du problème des salaires de 7 mois restés impayés à ce jour, ils buttent aussi sur une multitude d'autres problèmes comme l'absence totale de conditions de travail, la suppression du transport des travailleurs, voire même la suppression de la cotisation à la sécurité sociale depuis que Ali Haddad, patron de ce groupe a été incarcéré. Les travailleurs de l'Etrhb Haddad ne savent désormais plus à quel saint se vouer. Ils sont livrés à eux-mêmes et disent que « l'administrateur désigné par l'Etat pour gérer les affaires du Groupe ne semble pas avoir réussi à mettre un terme à leur calvaire ». Par ailleurs, les travailleurs de l'ADE (Algérienne des eaux) sont de nouveau entrés en grève illimitée depuis hier, a-t-on appris. Il s'agit d'un débrayage qui entre en vigueur pour deux raisons. D'abord, indiquent les concernés, les employés n'ont pas encore perçu le salaire du mois de décembre dernier avec donc un retard de 13 jours. La seconde raison de cette décision de recourir de nouveau à la grève illimitée prise lors de l'assemblée générale tenue par le Conseil syndical des travailleurs de l'ADE de Tizi Ouzou, dimanche dernier, est la non-transmission aux concernés du protocole d'accord signé entre les directeurs des ADE et les représentants du ministère portant sur la hausse des salaires des travailleurs. Il faut préciser qu'en dépit de l'observation de cette grève illimitée, les travailleurs de l'ADE assurent, bien entendu, le service public minimum. En outre, et toujours au volet des actions de protestation enregistrées, hier, dans la wilaya de Tizi Ouzou, il y a celle des employés dans le cadre du Dais, dépendant de la direction de l'Action sociale de la wilaya de Tizi Ouzou. Les concernés dont certains exercent depuis plus de 10 ans sont toujours dans une situation professionnelle instable avec des salaires insignifiants de 5000 DA, selon les déclarations de quelques-uns parmi eux, comme ceux qui travaillent dans les administrations locales de la daïra d'Azazga entre autres. Ces derniers ont exigé, hier, de bénéficier de la même opération de permanisation que celle dont ont bénéficié, récemment, les travailleurs exerçant dans le cadre de l'Agence nationale de l'emploi de jeunes (Anem). Il faut rappeler que la semaine dernière, le directeur de l'emploi de la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué qu'il y a de fortes chances pour que les travailleurs, exerçant dans le cadre du pré-emploi et dépendant de la DAS, bénéficient de postes de travail fixes, une fois que l'opération de leur intégration à la direction de l'emploi sera concrétisée.
Etrhb : les ouvriers ferment l'autoroute
Les travailleurs du groupe Etrhb ont fermé l'autoroute au niveau du tunnel de Bouzegza. Le personnel du groupe celui-ci étant dans le collimateur de la justice, exige le paiement de ses arrièrés. «Depuis 7 mois, nos mensualités sont bloquées. Nous ne pouvons pas assumer les erreurs des autres. L'Etat doit prendre les mesures pour nous rétablir dans nos droits» ont-ils clamé. Précisons que le groupe est dans l'expectative depuis l'arrestation de son actionnaire majoritaire, Ali Haddad. Il a la charge de la mise à niveau du tronçon autoroutier situé entre Bouira et Lakhdaria, un projet qui traîne depuis plus de 10 ans sans connaître de dénouement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.