L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une reprise sur fond de grincement de dents
Annaba
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2020


Des conditions qui ont aussitôt désenchanté les transporteurs de toutes dessertes confondues de la wilaya. C'est le constat retenu chez les taxieurs notamment. Puisque les propriétaires de bus ont repris, jeudi, leur activité, en se limitant, pour la plupart, aux seules places assises. Ce moyen de transport, le bus en l'occurrence, est autorisé à atteindre un taux de remplissage de 50% de sa capacité, en adoptant l'obligation de la désinfection régulière des sièges, la disponibilité d'un désinfectant à son bord. L'accès à ce dernier reste strictement interdit aux passagers ne portant pas de masque de protection. Quant aux taxieurs du transport urbain et interurbain, la décision de leur reprise ne s'est pas faite sans grincement de dents. Pour eux, ces contraintes imposées vont les obliger à consentir plus de dépenses. «Ces frais vont s'accumuler avec les dépenses et avec l'augmentation des prix du carburant», nous dit-on. «Les taxieurs vont devoir être encore saignés, alors qu'ils ont chômé durant 3 mois», selon Hocine, chauffeur de taxi. La souplesse dans le transport par taxi à Annaba, reste tributaire de l'application des mesures de prévention de la propagation du Covid-19, limitation du nombre de clients à une et/ou à deux personnes, installation d'une séparation en plexiglas, installation de housses ou de film plastique sur les sièges, désinfection quotidienne etc. «Ces conditions de reprise aussi draconiennes que rigoureuses, ne peuvent pas nous assurer, le manque à gagner. Elles vont nous ruiner encore plus», a expliqué notre interlocuteur. Plusieurs taxieurs, ont soutenu que «nous avons atteint des seuils de dénuement incroyables, qu'on nous autorise au moins à la révision des tarifs du taxi», a lancé un autre taxieur. En ajoutant «Ces mesures contraignantes vont ruiner cette activité déjà en situation de précarité». À vrai dire, les taxieurs, ne rejettent pas les dispositions, mais demandent qu'elles soient au moins, mises en oeuvre par les autorités. Pour eux, ce n'est pas au taxieur de fournir le gel hydro-alcoolique et le masque. «Un masque coûte 60 DA, le gel lui, fait 250 DA alors que la course ne dépasse pas 150 DA et la place varie entre 50 et 60 DA!», s'est exclamé un taxieur. À travers ces propos, les professionnels du transport urbain et interurbain, font appel à la prudence des usagers. Estimant que «l'obligation du port de la bavette n'incombe qu'au passager du taxi », ont précisé des taxieurs. Par ailleurs, il est à noter que, les tarifs des transports par taxi, ont augmenté à Annaba, mettant dans l'embarras, les usagers. Ces derniers dont les déplacements sont devenus un casse-tête, notamment ceux habitant, les pôles urbains, d'au-delà de 20 km du chef-lieu de la ville de Annaba, El Hadjar, Sidi Amar, Kalitoussa et Draâ Erich entre autres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.