L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les usagers souffrent
Annaba
Publié dans L'Expression le 06 - 09 - 2020

De la surcharge des bus s'articulent les tarifs imposés. Le secteur du transport dans la wilaya de Annaba, s'articule autour d'une batterie de dépassements qui s'enracinent en toute impunité. Dans cette situation de crise économique et sanitaire due au Covid-19, les usagers des moyens de transport, bus et taxis, sont soumis à un diktat démesuré. Si les mesures de prévention contre la pandémie de coronavirus, désinfection, distanciation physique et port de bavettes dans les bus, sont bafouées, la tarification, elle, règne en maîtresse absolue.
En effet, peu de bus de transport public adoptent les gestes barrières fixés par les pouvoirs locaux. Tous les bus assurant les différents dessertes, n'arrivent pas à se défaire des mauvaises habitudes, notamment ceux des communes de Hadjer Eddis, El Eulma, Chorfa entre autres. Outre la vétusté des bus, les usagers de ce moyen de transport archaïque, sont contraints, pour ne pas être en retard, à leur travail ou pour rentrer chez-eux, d'emprunter un bus bondé de passagers, la plupart sans bavettes, collés les uns aux autres, dans un bus non désinfecté, face à l'indifférence des propriétaires, dont l'intérêt unique est et demeure la recette de fin de journée. Si l'irresponsabilité de ces proprios est démesurée, celle des conducteurs est meurtrière. Ces chauffards qui, sans égard aucun à la vie humaine, s'adonnent à une conduite, avec une main au volant et l'autre, soit au téléphone ou en train de siroter un café.
Des pratiques bien de chez nos conducteurs, dont la plupart sont des repris de justice. Pour les taxieurs, la donne est toute autre, si le respect des mesures de protection contre le coronavirus est observé, le respect des tarifs ne l'est pas. À Annaba on se demande où est passé le contrôle. Les taxieurs appliquent les tarifs qui leur conviennent. Dans le centre-ville, le prix de la course, fixé à 150 DA, n'est pas respecté. Il a été augmenté de 180 DA par les uns et à 200 DA par les autres.
Pour les taxis collectifs, reliant le chef-lieu de la commune de Annaba à El Bouni, Sidi Amar, El Hadjar ou encore Berrahal, il a doublé. La place de 50 DA a été revue à la hausse, atteignant les 70 et 100 DA. À prendre ou à laisser. Ils doivent amortir le prix de l'essence, de la pièce entre autres frais, mis en avant par bon nombre de taxieurs. La desserte des nouveaux pôles urbains, quant à elle, est une aubaine pour les taxieurs et les transporteurs clandestins. Le pôle urbain d'El Kalitoussa est un parfait exemple de la saignée que subissent les nouveaux habitants de cette zone et bien d'autres. Pour pouvoir arriver à temps à son travail, il faut débourser 1600 DA/j, frais de transport par taxi ou clandestin, car le bus ou le fourgon, ne démarre de la station, qu'après un plein suffocant, sans compter les sempiternels arrêts. Cette situation et bien d'autres prennent en otage le quotidien professionnel et scolaire de milliers de travailleurs, d'universitaires, lycéens et collégiens. Aujourd'hui, à moins de 40 jours des rentrées sociale et scolaire, le problème du transport se pose avec acuité à Annaba. Situation à laquelle il faut remédier, notamment dans ce contexte économico- sanitaire, en raison de la dégradation du pouvoir d'achat du citoyen, dont la folie des tarifs de transport risque de l'affaiblir encore plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.