Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Matoub Lounès fait partie du roman national»
Smaïl Grim, écrivain, à L'Expression
Publié dans L'Expression le 23 - 06 - 2020

Sociologue et écrivain, Smaïl Grim est l'auteur de deux livres consacrés au poète, chanteur et militant Matoub Lounès. Son premier livre sur Matoub Lounès, intitulé «L'assoiffé d'azur» a été édité en 2009. Et en 2018, il a publié «Matoub, un poète, une voix, un combat». Dans cette interview, qu'il nous a accordée à la veille de la commémoration du 22ème anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès, Smail Grim réussit à résumer tous les aspects saillants de la personnalité du Rebelle.
L'Expression: Il est évident que plusieurs critères peuvent plaider en faveur de Matoub Lounès et de son oeuvre pour l'écriture d'un livre. Mais parmi ces critères, lequel a pesé le plus pour vous dans votre choix d'opter pour le Rebelle?
Smaïl Grim: C'est Matoub Lounès qui, sans doute, a le mieux incarné la chanson poétique et engagée algérienne d'expression kabyle. Son amour et goût pour la patrie, la nature, ses postures orgueilleuses, son rôle dans le mouvement pour la reconnaissance de l'identité berbère, ses combats contre les injustices, pour la liberté et «une démocratie majeure», sa conception du poète-chanteur comme porte-étendard et phare pour les opprimés, tout cela fait du Rebelle l'un des poètes et l'une des voix les plus purs, authentiques et les plus puissants qui soient. Son oeuvre multiple, à la fois lyrique, épique et chronique, engagée, ainsi que sa voix «gouleyante comme le bon vin de Aïn-Bessem-Bouira», rythmée et chaloupée par une parfaite maîtrise de la musique châabie m'ont séduit et amené à approfondir mes connaissances sur l'homme et l'oeuvre.
Comment avez-vous découvert Matoub Lounès et plus particulièrement son oeuvre, quel en a été le déclic?
Grâce à ma regrettée mère La Zahra, une inconditionnelle du Rebelle, et à mon neveu Riad, j'ai eu la chance, lors de mon Service national, de découvrir l'oeuvre hugolienne de Matoub qui reste jusqu'à présent, pour moi, un roman inachevé. Je l'inscris dans l'universalité des «Poètes maudits» morts ou assassinés pour leurs oeuvres. D'où la nécessité de continuer son noble et digne combat en transmettant son message aux jeunes générations, même au-delà de nos frontières.
Après avoir écrit un premier livre sur Matoub, des années plus tard, vous êtes revenu avec un second livre consacré au même artiste-poète. Pourquoi un autre livre sur Matoub?
Source intarissable, la vie et l'oeuvre de Lounès font partie du Roman national qu'il faut sans cesse revisiter.
En tant qu'artiste, Matoub avait plusieurs atouts. Mais beaucoup pensent que c'est sa voix qui est le secret de sa réussite exceptionnelle. Etes-vous d'accord avec cette lecture ou bien pensez-vous que Matoub l'artiste est un tout: la voix, sa façon d'interpréter, ses textes poétiques, ses musiques, ses arrangements, etc.?
Il est indéniable et de toute évidence que la voix magistrale du Rebelle porte aux nues son chant profond, qu'elle est l'une des plus belles dans le genre chaâbi; cependant, Matoub c'est une osmose entre «Un Poète, une voix, un combat».
Les détracteurs de Matoub n'hésitent pas à imputer son immense succès uniquement à son militantisme et à son engagement, une lecture biaisée qui, bien entendu, est erronée et qui ne tient pas la route. Mais quels arguments pouvez-vous mettre en avant pour réfuter une telle ineptie?
Ceux qui limitent sa puissante créativité artistique à son combat identitaire ont, à mon sens, des oeillères et gagneraient à puiser dans sa poésie, à plonger dans cette «médecine de l'âme». Ils en sortiront apaisés et l'esprit léger.
Peut-on savoir quels sont vos projets concernant Matoub, mais aussi concernant d'autres sujets?
Je continue le devoir de mémoire, par un autre mode d'expression, le théâtre et l'art picturaux. J'ai commencé à monter avec des jeunes d'Azeffoun une pièce autour du «Cadavre encerclé» de Kateb Yacine dans les trois langues pour un hommage à nos antiques et illustres disparus dont un tableau honore la mémoire du Rebelle, accompagné d'une grande exposition que je lui consacre. Nous reprendrons notre ouvrage dès la fin de la pandémie.
Qu'en est-il de votre prochain livre?
Au point de vue livresque, je donne les dernières touches à un roman «La malédiction d'Azef ou un nain sur des épaules de géant» et dont un des personnages porte, par ensorcellement, le nom de Lounès. Ouvrage que je compte éditer en Algérie dès la fin de la crise sanitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.