Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ennahdha aiguise le couteau
Le gouvernement Fakhfakh risque un camouflet
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2020

Chargé par le Majless echoura, au cours de sa 41ème session qui s'est tenue dimanche dernier à Tunis, le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, compte entamer de nouvelles consultations et, éventuellement, des négociations en vue d'un changement de gouvernement devenu, selon le parti islamiste, une nécessité urgente et impérative. Ghannouchi qui met la pression sur Elyes Fakhfakh, depuis bientôt un mois, n'a sans doute pas digéré le second refus du chef du gouvernement, adoubé par le président Kaïs Saïed, de procéder à un remaniement permettant à Qalb Tounes de disposer de quelques portefeuilles.
Un refus dont on estime qu'il découle de la position même du président Saïed. Or, dans ses futures négociations, Rached Ghannouchi doit passer par le chef de l'Etat dont on n'imagine pas un changement de position, même si les partis politiques et les forces sociales pourraient abonder dans le sens du mouvement Ennahdha qui reproche, officiellement, à Elyes Fakhfakh un conflit d'intérêt depuis qu'il s'est avéré détenteur d'un paquet d'actions dans des entreprises privées qui ont bénéficié de contrats juteux avec l'Etat tunisien.
Ces entreprises activent dans le traitement des déchets et le fait que le chef du gouvernement en soit partie prenante va à l'encontre des principes brandis par le président Kaïs Saïed, lui-même, farouchement hostile à tout ce qui s'apparente, de près ou de loin, à la corruption.
En apparence, donc, mais seulement en apparence, le locataire de Carthage et celui du Bardo partagent un point de vue identique sur la nécessaire option du changement de l'équipe gouvernementale, surtout que celle emmenée par Elyes Fakhfakh, en poste depuis six mois et confrontée à la dure épreuve de la propagation du nouveau coronavirus, n'a pas convaincu grand monde. Pour les dirigeants d'Ennahdha, et, notamment, son porte-parole, Imed Khemiri, «chercher à former une nouvelle équipe gouvernementale représente la nouvelle position» du parti, « à l'égard de la conséquence de la pandémie». Ce prétexte est justifié par le fait que «la situation générale de la Tunisie ne peut plus supporter davantage de lenteur». Cependant, les motivations sont à chercher dans l'autre argumentaire selon lequel Ennahdha veut «mettre fin à la crise politique actuelle, aggravée par la situation économique et sociale générée par la pandémie de coronavirus et par l'éventuelle implication du chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, dans une affaire de conflit d'intérêts». En maintenant la session ouverte, le Majless echoura du parti islamiste montre que les débats en interne sont vifs et loin d'être tranchés, de sorte que le parti ne confirme son éventuel retrait de confiance au gouvernement Fakhfakh que dans la soirée, voire aujourd'hui-même. Mais le fait que le sujet est devenu une obsession, depuis plusieurs semaines, pour une formation «préoccupée par l'état de désintégration de la coalition gouvernementale» et «l'absence de solidarité requise» montre bien que Ghannouchi et ses militants sont, bel et bien, inquiets des tentatives de «certains partenaires, dans plusieurs occasions, de prendre le mouvement pour cible», dans «des choix parlementaires suspects»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.