«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le maire dans le système politique
REFORMES ET GOUVERNANCE
Publié dans L'Expression le 18 - 03 - 2006

C'est la question fondamentale qui se pose aujourd'hui en Algérie pour ce qui est du statut des élus qui, sous d'autres cieux, ont le profil d'hommes d'Etat.
Que devient la mise en application des réformes initiées par la commission Missoum Sbih sur recommandation du président Bouteflika? Réformer les institutions de la République était l'un des objectifs avoués de M.Bouteflika lors de son premier mandat, dans la perspective, outre de dépoussiérer une administration qui s'est noyée dans la bureaucratie, de redonner aux institutions de base de l'Etat, la commune et la wilaya en particulier, le dynamisme et la pugnacité qui, souvent, leur font défaut, mais aussi les rapprocher de leurs administrés, les citoyens algériens.
De fait, la question récurrente qui se pose est de savoir si la commune algérienne joue le rôle attendue d'elle. La réponse peut paraître facile, tant l'administration communale est loin de remplir correctement sa mission, d'autant plus que le premier personnage de la cité, le président de l'Assemblée populaire communale (APC) -ou plus prosaïquement Monsieur le maire - n'est pas toujours à la hauteur des responsabilités à lui confiées par ses électeurs.
De fait, souvent, pour ne point dire toujours, la commune s'identifie, ou on l'identifie, aux qualités de son (ses) édile (s). Or, depuis l'indépendance peu, très peu de maires se sont illustrés par leurs actions en faveur de leurs communes et de leurs administrés, si l'on excepte Hassan Boudjenana, premier maire de Constantine dans les années 1960 et Bachir Mentouri, président du Conseil populaire de la ville d'Alger à la fin des années 60 et au début des années 70, qui, l'un comme l'autre, ont marqué leur passage à la tête des exécutifs de ces deux grandes métropoles.
Mais, Boudjenana et Mentouri sont demeurés l'exception qui confirme la règle commune de médiocrité qui meut leurs collègues qui se sont confinés dans le rôle étroit de fonctionnaire municipal, se mettant loin de l'idée que l'on se fait, que l'on doit se faire, de l'élu communal qui en fait occupe une position stratégique dans l'échiquier de la République : le maire étant, dans le même temps le représentant de l'Etat auprès de la collectivité municipale (article 67 du code communal du 7 avril 1990, Jora N° 15 du 11 avril 1990) et délégué de la commune -et donc de ses administrés- (article 59 du code communal du 7 avril 1990) auprès des pouvoirs publics qui délivrent, sous l'autorité du wali (article 69) les moyens financiers, matériels et techniques pour une bonne gestion du territoire communal. Cela fait du poste de maire une charge éminemment politique. Cela est valable sous d'autres cieux où les élus municipaux, singulièrement le premier d'entre eux -le maire-, ont le profil d'hommes d'Etat qu'ils mettent en exergue dans leur gestion et gouvernance de la commune. De fait, ils sont nombreux à postuler à des postes beaucoup plus gratifiants, ministres ou d'être appelés à de hautes charges dans les institutions de l'Etat, comme d'ambitionner la charge suprême, celle de premier magistrat de l'Etat.
Ceci pour dire, que le poste de maire, tremplin de toute carrière politique, exige des qualités autrement plus rationnelles qui confèrent à l'élu la stature d'homme d'Etat.
Aussi, la question se pose: qu'elle est la place du maire dans le système politique algérien? Le code communal (du 7 avril 1990), dans sa mouture actuelle, n'y répond pas, ou partiellement, comme il esquive l'importance politique qui devait être celle du premier magistrat de la municipalité, fonction qui ne doit pas seulement se limiter aux aspects administratif et technique dans lesquels le code communal confine le président de l'Assemblée populaire communale (APC). Or, la charge de maire, prépondérante dans le gouvernement municipal, est tout autre que celle d'exécutant d'ordre hiérarchique.
La commune, base de l'Etat
Ce sont ses initiatives, ses décisions, pour assurer la sécurité de ses administrés, mettre à leur disposition le transport, le logement, ouvrir les écoles et les lycées, entretenir les routes, tenir propre la ville, protéger l'environnement, autant de déterminations qui relèvent du seul pouvoir et vouloir du premier magistrat de la commune comme de fait le prescrit le code communal sus-cité.
Cependant, on oublie souvent, ou on le minimise, le fait que la commune est la base de l'Etat et constitue, à son échelle, un gouvernement ou chaque membre de l'exécutif a son importance liée à une tâche précise à accomplir.
De fait, c'est au niveau de la commune, début et prolongement de l'Etat, que commence la bonne gouvernance tant du fait des rapports directs qu'a la municipalité avec les citoyens et les pouvoirs publics. L'intérêt que doit porter l'exécutif à la gestion du territoire de la commune, comme celui d'être attentif au bien-être de ses administrés, restent les tâches essentielles et premières du président de l'APC. Tant il est vrai que bien gouverner c'est, planifier, prévoir, singulièrement ‘'bien servir'' et cela dépasse le seul rôle administratif et bureaucratique dans lequel est confiné le maire algérien.
De fait, la notion ‘'bien servir'' est la quintessence même du concept de ‘'service public'', à tout le moins absent des préoccupations de nos édiles, alors que leur devoir est d'oeuvrer à conforter et à qualifier leurs rapports avec leurs administrés. Promenez vous dans n'importe quelle commune en Algérie pour constater l'état lamentable dans lequel elles se trouvent.
Il faut se convaincre du peu d'efficience de la notion de service public auprès de ceux-là mêmes dont la raison d'être était justement de servir. Pour votre édification, venez voir l'état ou se trouve une commune telle que Kouba et plus particulièrement le quartier Jolie-Vue, qui nous fait poser la question de savoir s'il existe effectivement un exécutif communal soucieux du bien-être de ses administrés dans cette commune.
C'est précisément la carence récurrente des maires algériens, souvent peu qualifiés pour les tâches pour lesquelles ils ont été investis -souvent, ces hommes ne disposent pas de l'envergure nécessaire, les qualifiant à occuper les charges qui leur ont été «confiées» par les électeurs- car outre le fait que cette charge est fondamentalement politique, elle exige une parfaite connaissance des procédés de gestion des affaires de la commune.
Or, ces dernières années, par leur incohérence, par leur immobilisme, leur manque de dynamisme, les élus auront surtout contribué à déprécier et à discréditer une charge aussi gratifiante que celle de président d'APC.
En fait, au-delà du programme sur lequel il a été élu, le maire se devait de réunir les conditions permettant à l'exécutif communal (mono-partiste ou de coalition) de travailler avec efficacité et en coordination avec la wilaya et le gouvernement. Cela n'est pas toujours visible sur le terrain. L'autre handicap à relever est que le code communal (actuel) et les lois relatives à la commune ont vidé la charge de maire (président de l'APC) de toute prérogative politique, reléguant le poste, susmentionné, à celui d'un fonctionnaire rétribué par l'Etat.
En effet, la vision étroite, sinon étriquée, qu'ont eu, les rédacteurs du code communal, de la charge du premier magistrat de la commune, a considérablement limité le rôle du maire, le confinant dans un travail de bureaucrate propice aux déviations constatées ici et là, comme le fait que monsieur le maire est plus occupé à soigner ses intérêts que de s'inquiéter des intérêts de la commune dont il a la charge.
Le clash entre les édiles et les citoyens
Cette particularité a fait des ‘'maires'' algériens une catégorie à part, des personnages hors normes, se considérant souvent au-dessus des lois. De fait, les lois relatives à la commune ont, quelque part, créé des ‘'administrateurs'' qui échappent au contrôle de la société et à celui des pouvoirs publics. Les émeutes qui ont marqué, et marquent, de nombreuses communes, les scandales et les affaires qui ont éclaté ces dernières années dans de nombreuses municipalités ont dénaturé la gestion des communes témoignant de la difficulté, dans l'Algérie de 2006, de trouver une commune gérée selon les règles admises partout ailleurs dans le monde.
Cette situation a ainsi induit une sorte de rupture entre le maire et la collectivité, cette dernière reprochant au maire son peu d'empressement à solutionner les problèmes auxquels se heurtent ses administrés, de n'être pas à leur écoute, ni disponible, de faire peu cas du fait qu'il est là pour servir la communauté dont la confiance dans ses édiles est ainsi quelque part trahie.
En réalité cette ambivalence dans la manière de gérer les communes a donné lieu à l'apparition de maux sociaux tels que la corruption, les malversations, les passe-droits devenus la règle alors qu'ils auraient dû demeurer l'exception.
Ce sont tous ces maux qui ont aujourd'hui défiguré la commune algérienne qui accumule les difficultés qui la rendent souvent invivable pour les citoyens.
En fait, la laideur de nos communes, leur délabrement et leurs saletés sont le témoignage patent de l'échec de nos édiles à créer le nécessaire environnement convivial, de faire de leur commune un espace où il fait bon vivre, où les familles et les citoyens se sentent en confiance et en sécurité, en osmose avec leur ‘'gouvernement'' communal. Las, le bilan du maire algérien est rien moins que négatif. Alors quelle est la place du maire algérien, et même a-t-il une place, dans le système politique algérien? Telle est la question, affirmait déjà en son temps Shakespeare!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.