L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Regards reconstruits!
Kacem Noua expose Que vois-je?
Publié dans L'Expression le 17 - 09 - 2020

C'est un étrange artiste peintre pourtant bien installé en France, que nous vous invitons à découvrir. Un artiste méconnu, jusque-là, avant que nous recevions un mail annonçant la tenue de son exposition du 5 novembre au 4 janvier 2021, à la galerie Regard Sud, à Lyon. Que vois-je ? est le titre de cette expo qui s'inscrit effectivement dans la ligne de mire du travail de Kacem Noua, puisque c'est de lui dont il s'agit. Mais il se pourrait que ce soit aussi «Le deuxième ciel»?. Dans le kit presse que nous avons reçu, il est mentionné que «ce nouvel ensemble de travaux se joue de différents niveaux de lecture. Le regard circule à la recherche de l'identité de ce qu'il regarde. Il se déplace de morceaux abstraits à d'au-tres figuratifs par allusion. Ces oeuvres génèrent énergie et mouvements, elles s'enrichissent de leurs paradoxes: picturalité débordante, mais cependant équitablement domestiquée, paysages aquatiques suggérés dans le chaos de leur éffondrement organisé. Leur espace est un lieu de rencontre et d'invitation à l'évasion, de la pure utopie à un soupçon de dystopie».
En effet, que ce soit en acrylique sur toile ou à l'aide d'aquarelle, l'artiste donne à voir des formes invitant à l'interopération tous azimuts comme il le confiera dans une vidéo lors du vernissage d'une de ses expositions, donnée en 2012: «Je donne à voir des traces de peinture, que j'agrandis. Je leur insuffle un trait de caractère qui est particulier. Qui leur permet d'être interprétées par le spectateur d'une manière à ce qu'ils puissent les approprier.» En effet, l'artiste qui est adepte de peinture et de dessin donne à voir des formes hautement colorées, que ce soit rouge ou orange sur un fond blanc, un peu rugueux comme celui d'un mur laissant l'imaginaire placer sur ce que l'on voie. Il y a ici de la densité, de la force picturale et la rugosité aussi sans que l'oeuvre ne soit complètement définie. Loisir ou divertissements, art abstrait ou semi- abstrait, l'artiste invite le spectateur à faire « des exercices oculaires» pour sonder son oeuvre qui n'est pas facile à décrypter. Seule une impression se dégage de ses peintures et dessins.
Un artiste formel à découvrir
Pour rappel, Kacem Noua est né en 1952, à Lyon, de parents algériens. Il vit et travaille à Lyon. Il est diplômé de l'Ecole des beaux-arts de Lyon. Il a déjà pris part à de nombreuses expos personnelles et collectives, en France et à l'étranger mais aussi à autant de salons et de foires artistiques. Il possède à son actif divers ouvrages sur l'art... Ses oeu-vres sont montrées plusieurs fois dans le cadre d'expositions collectives au Musée d'art Contemporain de Lyon (Collection '84 en 1984, Les Griffes de Lyon en 1990, G7 en 1996) qui lui consacre aussi une exposition personnelle en 2003. Il expose également dans des lieux d'exposition dans la région Rhône-Alpes comme au Centre d'art contemporain de Saint-Priest en 1997 ou au Musée Paul-Dini à Villefranche-sur-Saône en 2003. Il est un des artistes invités à la première Biennale d'art contemporain de Lyon, L'Amour de l'art, en 1991. En 2015, Kacem Noua expose ses oeuvres à la galerie Regard Sud en résonance à la Biennale de Lyon et fait partie de l'exposition Un Regard sur la scène artistique lyonnaise au XXe siècle au Musée des beaux-arts de Lyon. Kacem Noua enseigne à l'Ecole supérieure d'art de l'agglomération d'Annecy. L'artiste n'hésite pas à exposer aussi dans les hôpitaux ou à faire découvrir son travail aux enfants des écoles pour s'imprégner de culture et d'art. Parlant de Kacem Noua, le site de l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne/Rhône-Alpes, affirme que la «pratique artistique de Kacem Noua s'articule autour de formes représentées dans leurs volumes. Ses oeuvres n'ont pas de fond et ne sont que formes, échappant cependant à la logique de la bi-dimensionnalité ou de la tri-dimensionnalité géométrique. Elles sont toutes soumises à la même succession de tâches, sans prégnance de l'une par rapport aux autres. Aux études préliminaires de rencontres de volumes succède le choix d'un de ces volumes, son agrandissement et son report sur une mince plaque de bois découpée par l'artiste puis peinte une fois le dessin superposé».
Un univers en trompe-l'oeil
À propos de sa technique de travail, il est souligné qu' «après une utilisation vive de la couleur et d'une palette chromatique large, l'artiste pose la couleur dans une démarche temporelle: en utilisant divers tons de gris, il attend du spectateur qu'il en perçoive les nuances dans le temps. Exposées à même un mur blanc, les oeuvres semblent se détacher de celui-ci pour paraître en suspension, comme une simulation informatique dont il serait possible d'appréhender toutes les dimensions». Et de faire remarquer:
«Nombre des oeuvres de Kacem Noua sont des trompe-l'oeil qu'il ne serait pas possible de matérialiser. Certains ne répondent à aucune logique mathématique (par exemple le mouvement improbable de L'anneau circulaire de Rondo, 1988); d'autres sont dotés d'une matérialité, voire d'une stabilité, conférée par l'assemblage de différentes pièces, comme en gravitation, sur un mur d'exposition (a capella, 1994).». Enfin, soutient-on qu' «À la rigueur des figures géométriques, l'artiste oppose aussi la rythmique de motifs sinueux et colorés, évocateurs de volutes ou d'écumes en mouvement». Et de conclure à propos de la peinture de Kacem Noua: «Fortement ornementale, sans prétention narrative, la peinture de Kacem Noua s'est renouvelée ces dernières années par un travail sur la trace via l'usage de la photographie.
La problématique essentielle de l'artiste reste l'illusionnisme de la représentation, la production d'un espace fictionnel par la peinture, l'interrogation du geste pictural lui-même.». Un artiste de talent dont le travail mérite qu'on s y attarde vraiment! Car intéressant du point de vue formel, créatif et esthétique. On n'a pas fini d'y voir et interpréter plein de choses dedans, comme un vrai jeu de cache-cache ou de puzzle énigmatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.