Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'atermoiement entrave le processus de règlement
Sahara Occidental
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2020

L'expert en relations internationales, Mustapha Saïdj a affirmé, hier, que l'atermoiement dans l'application des règles du droit international et la définition d'une politique sécuritaire internationale favorable aux pays titulaires du droit de véto au Conseil de sécurité international ont entravé le processus de règlement du conflit au Sahara occidental et privé le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'organisation d'un référendum.
Dans un entretien à l'APS à l'occasion du 39e anniversaire de la Journée internationale de la paix, Mustapha Saïdj a souligné que «l'atermoiement dans l'application des règles du droit international, dû au rapport des forces au sein du Conseil de sécurité international et la dictature caractérisant la définition d'une politique sécuritaire internationale favorable aux pays titulaires du droit de véto, sont autant de facteurs ayant entravé le processus de décolonisation pour l'indépendance du Sahara occidental». «Bien que le Sahara occidental soit une question de décolonisation comme stipulé dans la résolution historique 1514 de l'Assemblée générale de l'Onu de 1960, inscrite à l'ordre du jour de la 4e Commission de l'ONU, et en dépit de la mise en place, depuis 1991, d'un mécanisme diplomatique et politique sur le règlement du conflit au Sahara occidental occupé, le Maroc qui occupe illégalement le territoire du Sahara occidental, soutenu par la France et l'Espagne, oeuvre, au sein du Conseil de sécurité, à entraver le processus d'organisation d'un référendum sur l'autodétermination et l'indépendance». Le Maroc continue à contourner «les plans onusiens», en choisissant «l'autonomie élargie» en tant qu'option unilatérale, au moment où le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui «insiste sur l'impératif d'organiser un référendum sur l'autodétermination où le dernier mot reviendra aux Sahraouis». En dépit des tentatives de l'occupant marocain de se soustraire à la légalité internationale, M. Saïdj a estimé qu'il était possible de relancer le processus de règlement de la question sahraouie en faisant prévaloir les options de règlement pacifique et arracher ainsi son droit à l'indépendance», avertissant que «l'atermoiement à désigner l'Envoyé onusien et l'impuissance de la communauté internationale à relancer le processus de règlement mettent les Sahraouis devant toutes les options, d'autant que le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, a affirmé lors de son dernier congrès qu'il ne comptait pas recourir, à l'avenir, aux options pacifiques de l'ONU, après l'échec de cette organisation à instaurer la paix et la sécurité dans la région». Pour cet expert, «les meilleures options qui s'offrent aux Sahraouis consistent à trouver le soutien et l'appui politique et juridique au niveau international auprès des organisations non gouvernementales (ONG)». Le Front Polisario, insiste Pr. Saïdj, devra exercer des pressions pour que la Mission des Nations unies pour le Référendum au Sahara occidental (MINURSO) soit dotée d'un Mécanisme de contrôle des droits de l'homme». Il a également mis l'accent sur le rôle important de «l'Union africaine (UA) dans le règlement du conflit du Sahara occidental, soulignant la nécessité d'intensifier les efforts diplomatiques de la République sahraouie au sein de l'espace africain».
Le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, est occupé par le Maroc depuis 1975 avec le soutien de la France. En 1966, il a été inscrit sur la liste des territoires non autonomes donc, éligible à l'application de la résolution onusienne 1514 pour l'indépendance des pays et peuples colonisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.