Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rachad opte pour la cyber-terreur
L'avocate Aouicha Bekhti, une énième victime de cette nébuleuse
Publié dans L'Expression le 19 - 12 - 2020

Plus le temps passe, plus la nébuleuse islamiste du Rachad et ses sbires montrent et affichent leur visage hideux et mortifère. Il ne passe pas un jour sans que cette nébuleuse n'attaque les Algériens et les Algériennes qui ont opté pour une démarche autre que la leur quant au «Hirak» et le contenu politique et sociétal pour lequel se battent et militent pour asseoir les jalons d'un changement qui n'a rien a voir avec l'approche obscurantiste et nihiliste de l'islam politique tel qu'il est représenté par cette nébuleuse qui a infiltré le Mouvement populaire dans l'objectif de le détourner de sa trajectoire initiale.
La dernière des sorties a fait exprimer vertement la nature intégriste et violente de cette nébuleuse aux abois. Sa violence verbale comme conséquence de son corpus et son appareil discursif radical et exclusionniste des autres spectres et Mouvances politiques qui ne lui ressemblent pas. C'est ce qui est arrivé avec l'avocate Aouicha Bekhti, elle a été descendue en brèche par les cohortes excitées de cette organisation où le sectarisme relève de son dada.
Aouicha Bekhti a émis des réserves quant à la défense d'un élément qui a été un ancien terroriste. Elle faisait allusion à celui qui répond au nom de Abdellah Benaoum, qui a été un membre actif dans la sinistre organisation terroriste de l'Armée islamique du Salut (AIS), une branche affiliée à l'ex-FIS dissous.
Le cyberterrorisme n'a pas tardé à se manifester pour mener une opération de lynchage via le Net contre l'avocate Aouicha Bekhti. Les éléments qui investissent le Net de cette organisation islamiste radicale ont proféré des injures, des calomnies et des menaces contre l'avocate parce qu'elle a rappelé aux citoyens naïfs que certains veulent revendiquer un statut de détenu d'opinion dans le cadre du Mouvement populaire du 22 février 2019, alors qu'ils ne sont que des terroristes. À ce propos, l'avocate Aouicha Bekhti s'est adressée à cette nébuleuse islamiste de Rachad en ces termes: «Ce n'est pas la peine de tirer vos couteaux vous ne m'avez jamais fait peur, j'ai juré, j'ai fait le serment à mes camarades, à mes compatriotes, aux femmes et aux filles enlevées, violées, passées aux couteaux des criminels des GIA, AIS, FIDA, que tant que je vivrais sur cette terre qu ils ont arrosée de leur sang, serment aux femmes humiliées et souillées par les mains crasseuses des criminels de l'ex-FIS», a-t-elle rétorqué à l'adresse des nervis de Rachad.
En allant jusqu'à rappeler l'oeuvre macabre de Benaoum, l'avocate Aouicha Bekhti a indiqué dans ce sens: «En consacrant l'impunité, alors oui Benaoum que vous présentez comme une icône de la démocratie, est un criminel de l'AIS, oui c'est un criminel, oui il aurait dû être en prison pour tous les crimes qu'il a commis. Pour Amel et Houria Zennoune, pour Mohamed et Rabea Sellami, pour Salah Chouaki, pour Lounès Djabella, pour Alloula, pour les milliers d'Algériens, que leurs râles vous hantent à l'éternité, pour l'Algérie meurtrie», a-t-elle mentionné.
Il est clair que la kyrielle des excités de Rachad, qui investissent la Toile navigue à vue et sans timonier après avoir essayé de pousser vers le pourrissement et recourir à l'entrisme au sein du Hirak avec leur fallacieux slogan «madania machi aaskaria». cette nébuleuse s'est faite empêtrer dans la boue, elle a provoqué des divisions et des tiraillements au sein du Mouvement populaire par ses pratiques despotiques et totalitaires. Cette organisation islamiste radicale et aux inféodations étrangères avérées ne croit pas à la différence et à la démocratie comme elle a essayé de le faire croire aux crédules, celui qui ne lui ressemble pas n'est pas différent à ses yeux, plus grave encore, c'est son ennemi qu'il faut abattre mordicus.
S'attaquer à tous ceux qui ne partagent pas la démarche islamiste de l'ex-FIS dissous et ses symboles macabres incarnés par Rachad, renseigne sur la nature de cette nébuleuse et ses objectifs. La démocratie se résume pour elle dans la consécration du jeu inhérent à l'urne. En dehors de cette logique arithmétique digne des fascistes, les principes qui ont trait aux valeurs démocratiques comme la tolérance, la liberté de conviction et de la séparation du politique du religieux sont bannis dans le corpus de cette nébuleuse qui se réfère dans sa littérature et son discours au modèle de la «Khilafa Errachida» comme cela est mentionné et écrit dans son programme constitutif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.