Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le diagnostic d'Ali Bey Nasri
Ce qui bloque les exportations
Publié dans L'Expression le 29 - 03 - 2021


Ali Bey Nasri, président de l'Anexal, qui intervenait hier, dans l'émission L'Invité de la rédaction, de la Chaîne 3 de la Radio nationale n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dire ce qu'il pense des contraintes qui bloquent les opérations d'exportation. Il ne s'encombre pas de balises et souligne que «les instructions données par le président de la République le 18 août dernier lors de la présentation du Plan de relance économique, pour encourager les exportations, sont restées lettre morte». Un rendez-vous durant lequel le chef de l'Etat avait pour rappel mis l'accent sur l'impératif «d'augmenter les exportations hors hydrocarbures à 5 milliards USD d'ici fin 2021», contre les 2 milliards USD actuels. L'hôte de la radio a affirmé par la suite que «si le ministère du Commerce a déployé des efforts notamment en matière de vulgarisation de l'acte d'exportation, nous sommes toujours au point zéro». L'intervenant a estimé, par la suite que «la réglementation des changes demeure le principal frein à l'exportation». Ladite loi, qui date de 2007, «n'est pas en phase avec ce qui devrait être fait pour encourager les exportations», estime encore Ali Bey Nasri. «Nous sommes membres du comité de pilotage de la stratégie d'exportation, nous avons élaboré une synthèse et nous avons transmis ce que nous considérons comme ce qui devrait être levé comme obstacle concernant la réglementation des changes. Mais, malheureusement nous avons eu des échos défavorables», dira-t-il. Cela avant d'appeler à «davantage de souplesse dans la réglementation des changes». Une recommandation qu'il considère «nécessaire» pour accompagner les exportateurs qui sont en grande majorité «inexpérimentés», selon ses termes. Plus explicite, Ali Bey Nasri rappelle, à ce titre, que «sur les 1 200 exportateurs recensés, 1 150 font leurs premiers pas». Le président de l'Anexal qui dénonce «un décalage entre le discours et la réalité du terrain», a également appelé à lever d'autres entraves. Il cite dans ce sens l'interdiction aux entreprises algériennes d'établir des représentations à l'étranger et la pénalisation du non-rapatriement des devises. Il ne mâche pas ses mots et appelle la Banque d'Algérie à «plus de réactivité». «Elle doit répondre quand elle est sollicitée», déclare Ali Bey Nasri qui révèle que «80% des demandes de devises étrangères sont rejetées». «Jusqu'à quand allons-nous interdire aux entreprises algériennes, qui ont atteint un certain stade de maturité, d'investir à l'étranger?», s'interroge-t-il encore. L'expert propose également d'exclure des poursuites judiciaires, les exportateurs assurés auprès de la Cagex. Faisant appel à sa qualité de conseiller dans le domaine des exportations, Ali Bey Nasri a estimé que «l'Algérie doit se procurer davantage de cargos maritimes». Il souligne que le taux de fret dominé par les armateurs étrangers, s'est multiplié par trois, en temps de pandémie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.