L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jil Jadid annonce sa participation
Elections législatives
Publié dans L'Expression le 12 - 04 - 2021

C'est officiel, le parti Jil Jadid a décidé de participer aux prochaines élections législatives du 12 juin 2021. L'annonce a été faite, hier, lors dune conférence de presse animée par le président du parti, Soufiane Djilali, où il a clairement affirmé qu'«après de longues concertations du conseil national, nous avons arrêté la décision, à l'unanimité, de prendre la responsabilité de porter l'étendard de l'opposition originelle, qui était présente au Hirak dès la première heure, et d'entrer dans la course électorale, défendre le processus démocratique et participer à la modernisation de l'Etat algérien, comme nous défendrons notre projet en toute liberté et avec une grande volonté». Une décision qui est motivée selon Soufiane Djilali par la gravité de la situation politique actuelle, soulignant, que «certaines parties qui étaient dévouées à l'ancien régime, se dressent aujourd'hui contre toute action électorale ou dialogue avec l'Etat et oeuvrent à éloigner l'opinion publique du dialogue, du changement, et des institutions, créant un vide au sein de la scène politique, pour permettre à l'ancien régime de revenir. De ce fait, elles sont devenues les alliés potentiels des mécanismes Bouteflika qui dirigeaient le pays».
Foncièrement convaincu qu'il est temps pour la voix du peuple de passer de la rue aux institutions, Soufiane Djilali est revenu longuement sur l'importance pour la classe politique d'oeuvrer pour l'unité du pays. insistant, à ce titre, sur le fait que le changement qui doit aboutir à la démocratie, à l'état de droit, à l'indépendance de la justice, et à la liberté d'expression, doit être le fruit d'un travail politique institutionnel. Sur ce principe, Soufiane Djilali, explique qu' «il est facile de rester sur une position de rejet catégorique à toute proposition de sortie de crise, et de continuer de répéter les mêmes slogans populistes, mais cela n'aboutira à rien. Alors que le choix est clair pour les citoyens qui désirent le changement. Soit abandonner le terrain pour revenir se plaindre plus tard, soit prendre ses responsabilités en qu'acquittant de son devoir».
À ce titre, il n'a pas manqué d'attirer l'attention sur la complexité de la situation politique actuelle, précisant que «d'une part, il y a les partis de l'ancien système qui régnaient et qui spoliaient les richesses, et qui risquent de revenir en force à traver le vide existant en se profilant à travers le courant «nationaliste». Un autre courant, en l'occurrence de la mouvance islamiste, tente de défendre ses idées et son projet. «Les deux courants représentent actuellement la majorité de l'activité politique.» Dans le même sillage, le président de Jil Jadid est revenu sur la faiblesse du pôle de l'opposition et sa répercussion sur la composante de l'Assemblée populaire nationale, s'indignant que «le problème est plus symbolique que réel, dans la mesure où les partis politiques qui n'acceptent pas de rentrer dans la course électorale, n'avaient que 40 députés sur 462 députés et ils trouvent cela normal. À mon sens, il s'agit de construire une action durable, défendre ses valeurs, défendre un projet de société et faire un travail de prise de conscience et de formation et non pas simplement émettre des slogans et des positions, parfois à la hussarde».
Pour conclure, Soufiane Djilali a tenu à insister sur l'aspect dangereux de l'option de la période de transition, précisant que personne ne peut definir l'avenir, et qu'une minorité qui prend sa responsabilité en adhérant au processus électoral apporterait plus de légitimité que le choix d'une voie sombre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.