L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce que nous réserve la république
Accélération des événements depuis le retour du président
Publié dans L'Expression le 18 - 02 - 2021

Le président de la République va organiser dans les 3 mois à venir, des élections législatives. Cela est maintenant acquis. Ce qui l'est moins, c'est la réussite ou pas de ces joutes électorales. En fait, la tenue prochaine de ces élections va remettre, de nouveau, sur la table, le débat sur la démarche à suivre pour sortir le pays de la crise politique. Certains continuent de rejeter l'option adoptée par l'Algérie, d'autres appellent plutôt à s'adapter avec cette réalité pour aller de l'avant. C'est, notamment le cas de Soufiane Djilali, président de Jil Jadid. Ce dernier a, dans une interview accordée, hier, à TSA, rappelé qu'après la chute de l'ancien régime, un choix stratégique a été opéré «c'était soit suspendre la Constitution, instaurer une période transitoire en nommant les responsables du pays puis aller vers une Constituante et enfin des élections... soit passer directement à l'élection présidentielle puis engager les réformes constitutionnelles et enfin renouveler les institutions. Maintenant, peu importe notre propre opinion sur l'un ou l'autre processus, c'est l'histoire qui jugera.
Le pays a été engagé sur la deuxième voie». Pour lui, «à moins de faire imploser le pays, il est impossible de changer de stratégie». Mais l'option adoptée est loin d'être une fatalité, selon Soufiane Djilali, du moment où elle permet toujours d'opérer le changement revendiqué par le peuple. Comment?
Le président de Jil Jadid soutient que Abdelmadjid Tebboune opère plus que des réformes puisqu'il fait table rase et offre aux acteurs politiques la possibilité de construire un nouveau système de gouvernance «un régime politique fondé sur l'Etat de droit». Une chance qui peut être saisie, il suffit pour cela de «sortir du nihilisme et passer aux actes politiques». Dans son appel lancé aux partis politiques pour accompagner les réformes menées par le chef de l'Etat, notamment avec la participation aux législatives, Soufiane Djilali ne manque pas d'évoquer le risque du rejet «si l'opposition se replie sur elle-même en exigeant le préalable de la démocratie et de l'Etat de droit, alors nous n'aurons rien au bout sinon à assister au spectacle du retour des anciens appareils».
Les arguments du président de Jil Jadid seront, à ne pas en douter, contrés par ceux qui estiment que la volonté du Hirak n'a pas été respectée. Ceux qui continueront à rejeter les propositions du pouvoir en place ne manqueront pas de répondre aux accusations d'immobilisme et de nihilisme, dont ils ont fait l'objet en taxant les adeptes du dialogue d'opportunistes qui se cherchent une place au soleil. Tout comme ces derniers les accusent de se cacher «derrière des slogans creux et populistes et attendent toujours sous le réverbère d'être consacrés comme les nouveaux zaïms», pour paraphraser Soufiane Djilali. Et entre les critiques des uns et des autres, le peuple, lui, avec ses différentes composantes, devra se montrer lucide et clairvoyant. Car, lui seul tracera le chemin que prendra le pays dans les jours à venir. Lors de la célébration du second anniversaire du Mouvement populaire, jeunes et moins jeunes auront l'occasion d'exprimer pacifiquement leurs attentes. Parmi elles, il y aura sûrement des appels à des mesures d'apaisement, la consécration de la démocratie, de la justice et des libertés pour l'instauration d'un véritable Etat de droit. Si le peuple est écouté et que ses revendications sont satisfaites, il entreverra les prémices du changement et n'hésitera nullement, alors, à donner toutes leurs chances aux réformes lancées par le président et même de mettre la main à la pâte pour construire l'Algérie nouvelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.