Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»
Face au juge au tribunal de Sidi M'hamed
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2021

Saïd Bouteflika a comparu, hier, devant la 3e chambre pénale près le tribunal de Sidi M'hamed, à Alger. L'ex-frère et conseiller du président déchu a été entendu par le juge d'instruction dans l'affaire liée à la campagne du 5e mandat. Selon son avocat, Me Bourayou, le prévenu a été questionné sur ses rapports avec Ali Haddad, le financement de la chaîne TV «Istimraria» et le comité de soutien du 5ème mandat. Au juge, Saïd Bouteflika a affirmé n'avoir aucun lien dans ce dossier. Il a formellement nié avoir assisté ou pris une quelconque décision concernant cette précampagne électorale dont l'ex directeur était Abdelmalek Sellal. Il a dit aussi qu'il n'avait reçu aucune directive du président de la République. Saïd Bouteflika a rappelé au juge qu'il n'avait aucun rôle dans le comité de soutien de l'ex-président-candidat et rejeté toute implication dans la création de la chaine TV dénommée «Al Istimraria».
Pour rappel, Saïd Bouteflika avait été condamnés à 15 ans de prison pour «complot contre l'armée et l'Etat» avant d'être acquitté en appel par le tribunal militaire de Blida, le 2 janvier dernier. Mais en date du
29 décembre, il avait été mis sous mandat de dépôt par le tribunal civil dans l'affaire concernant le lancement de la chaîne de télévision censée faire la promotion du 5ème mandat présidentiel de son frère aîné en 2019. Rattrapé par les scandales, le nom de Saïd Bouteflika a été mêlé également à d'autres dossiers dont celui des frères Kouninef, propriétaires du groupe KouGC et l'affaire de l'ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh. Les Kouninef avaient obtenu des marchés à la pelle et dans tous les secteurs, sous le règne de Bouteflika. Il est également poursuivi dans une affaire avec Tayeb Louh, liée à l'instrumentalisation de la justice, à travers des pressions exercées sur les magistrats, dans le but de garder sous le coude des dossiers et, d'influer sur le cours des affaires en cours d'instruction ou sur les décisions de justice. Sur ordre du frère cadet de l'ex-président, le ministre se serait immiscé dans le fonctionnement de la justice au profit d'hommes d'affaires, à l'image des frères Kouninef, Ali Haddad, Mahieddine Tahkout...
L'ancien ministre est ainsi accusé d'être intervenu pour faire annuler les mandats d'arrêt internationaux émis en août 2013 contre l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil, ainsi que des membres de la famille Khelil dans l'affaire Sonatrach. Quand il a été interrogé à la prison militaire de Blida où il a été incarcéré, sur le cas de l'ancien ministre de l'Energie Chakib Khelil, Saïd Bouteflika avait révélé que
«l'ordre d'annuler le mandat d'arrêt contre Khelil a été donné, par le président à Tayeb Louh».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.