2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïd Bouteflika de nouveau face au juge
TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 12 - 2020

Saïd Bouteflika a comparu hier, pour la première fois, devant une instance judiciaire civile pour des affaires liées à la corruption. Il a été entendu par un juge d'instruction du pôle spécial au tribunal de Sidi-M'hamed.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Il est un peu plus de neuf heures lorsqu'un convoi de la gendarmerie s'arrête devant la porte arrière du célèbre tribunal d'Alger. Les barrières qui se sont ouvertes pour laisser passer le fourgon et les deux quatre-quatre se referment très rapidement.
Comme aux premières comparutions des anciens chefs de gouvernement et ministres de Bouteflika, l'accès du périmètre est strictement interdit aux citoyens. Le fourgon se rapproche de l'entrée de la bâtisse, les portes s'ouvrent, un détenu s'engouffre dans les couloirs du tribunal, nul ne voit son visage, mais tous connaissent son nom : Saïd Bouteflika. Le fait est considéré comme un évènement. Le frère et ancien conseiller du Président déchu comparaît pour la première fois pour des affaires liées à la corruption.
Au cours de l'été dernier, il avait été officiellement inculpé dans le lourd dossier de l'ancien garde des Sceaux, Tayeb Louh. Cette inculpation lui avait, cependant, été notifiée par un magistrat qui avait lui-même effectué un déplacement à la prison militaire de Blida où séjourne le prévenu depuis le 5 mai 2019. Durant son audition, il avait notamment dû répondre à des questions liées à l'envoi de sms dans lesquels il était demandé à Tayeb Louh de s'intéresser à des dossiers particuliers au niveau de la justice.
Des informations non démenties indiquent que Saïd Bouteflika s'est défendu en affirmant que sa position de conseiller du président de la République faisait de lui un homme extrêmement sollicité et qu'il avait toujours agi pour aider les personnes qui en avaient besoin. L'audition a également porté sur l'affaire de l'annulation du mandat d'arrêt international émis à l'encontre de Chakib Khelil, de son épouse et ses deux fils.
Selon les déclarations de l'ancien secrétaire général du ministère de la Justice (sous mandat de dépôt), le juge et le procureur de la République impliqués dans le dossier, l'annulation de ce mandat d'arrêt s'est effectuée à la demande de la présidence de la République. Sur le sujet, Saïd Bouteflika aurait déclaré qu'il s'agissait d'une décision de Abdelaziz Bouteflika.
Hier, au tribunal de Sidi-M'hamed nul n'était encore en mesure de nous renseigner sur les raisons pour lesquelles avait été amené le prévenu. Sur place, certaines informations faisaient état d'une nouvelle audition dans le même dossier dans lequel il a été inculpé, celui de Tayeb Louh. La procédure se poursuit en effet à la lumière des derniers éléments auxquels est parvenue l'enquête judiciaire. Les dernières données sont, d'ailleurs, en lien avec l'ancien directeur chargé de la modernisation au niveau du ministère de la Justice.
Arrêté au mois d'octobre dernier, il a été inculpé et placé sous mandat de dépôt par un juge de Sidi-M'hamed chargé d'instruire l'affaire des bracelets électroniques. Il s'agit de la seconde affaire dans laquelle a été inculpé Tayeb Louh.
L'on sait, cependant, que le nom de Saïd Bouteflika a été également cité dans le dossier des frères Kouninef. Un magistrat instructeur avait, là aussi, effectué un déplacement à la prison militaire de Blida pour entendre le prévenu au sujet des relations qu'il entretenait avec les mis en cause et particulièrement Réda Kouninef.
Durant son procès, celui-ci avait déclaré qu'il entretenait des relations « amicales et sans intérêt » avec le conseiller de Abdelaziz Bouteflika. Dans le rapport finalisant l'enquête menée dans le dossier des frères Kouninef, le nom de Saïd Bouteflika était apparu à la tête d'une longue liste de hautes personnalités et anciens ministres avec lesquels les prévenus avaient de nombreux contacts téléphoniques.
Si aucune information ne fait, pour l'heure, état de son inculpation dans ce dossier, il est, par contre, prévu, nous dit-on, qu'il soit entendu par le juge en charge du dossier du moment que ce dernier a entamé officiellement l'instruction de l'affaire impliquant 14 ministres et ex-responsables.
Elle donnera lieu à une ordonnance de renvoi dissociée de celle traitant exclusivement de l'affaire des Kouninef. Citée elle aussi dans le dossier, l'ancienne ministre des Télécommunications, Houda Feraoun, a été inculpée et placée sous mandat de dépôt dans ce cadre. Hier, les spéculations allaient donc bon train autour du tribunal de Sidi-M'hamed. En fin de matinée, Saïd Bouteflika se trouvait toujours au niveau du tribunal. Ce dernier est également appelé à comparaître prochainement dans un nouveau procès, lié, cette fois, à l'affaire pour laquelle il a été incarcéré à la prison militaire de Blida.
La Cour suprême a, en effet, décidé de rouvrir le dossier et d'organiser un nouveau procès qui se déroulera dans le même tribunal (militaire de Blida), mais avec une autre composante.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.