Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Real -Zidane : "Ca montre le caractère de cette équipe"    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»
Rapport de la commission Défense de l'Assemblée nationale française
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

La force antijihadiste française au Sahel, Barkhane, n'est pas enlisée mais devra évoluer au fur et à mesure de la montée en puissance de ses partenaires, estime un rapport parlementaire publié, hier, globalement favorable aux choix de l'Exécutif français.
«La France ne s'enlise pas au Sahel: il n'y a aujourd'hui aucune solution sans Barkhane», affirme sans détour le rapport de la commission Défense de l'Assemblée nationale.
«La stabilisation du Sahel prendra de nombreuses années, et l'honneur de la France serait de rester engagée (...) aussi longtemps qu'il le faudra.»
Paris déploie quelque 5.100 soldats contre les jihadistes affiliés au groupe Etat islamique et à Al-Qaïda. Mi-février, lors d'un sommet à N'Djamena avec ses partenaires du G5 Sahel (Mali, Mauritanie,Tchad, Burkina Faso, Niger), le président Emmanuel Macron avait annoncé ne pas souhaiter réduire «dans l'immédiat» les effectifs de Barkhane, appelant d'abord à «décapiter» les groupes jihadistes.
Mais les Etats africains peinent à convertir les succès militaires en progrès politiques.
La France a perdu 50 soldats dans la région, l'opinion publique française est de moins en moins favorable à la mission, à un an de l'élection présidentielle. Et les doutes se multiplient sur sa capacité à gagner la guerre.
En mars par ailleurs, une enquête de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) avait conclu qu'une frappe aérienne conduite par Barkhane avait tué 19 civils au cours d'un mariage.
Le rapport, que Paris réfute avec vigueur, constitue la plus grave mise en cause d'une opération française par les Nations unies depuis le début de l'engagement de Paris au Sahel.
Le rapport parlementaire, signé par deux députées du parti présidentiel (LREM) et des Républicains (droite), s'abstient de toute critique de fond de l'intervention française et lui apporte un soutien sans faille. Il regrette qu'un «fort écho (soit) donné aux hérauts de la remise en cause de l'opération Barkhane», invitant le ministère des Armées à «repenser (sa) stratégie de communication». Quant à l'avenir, «le format» du dispositif français n'est «pas figé» et «Barkhane évoluera à mesure de (...) l'amplification de l'engagement de nos partenaires, sahéliens et occidentaux», estiment les auteurs.
«D'une opération extérieure, Barkhane - qui pourrait changer de nom - pourrait ainsi évoluer vers un dispositif de coopération structurelle régionale, la responsabilisation croissante des forces locales n'induisant pas le retrait complet des troupes françaises».
Le rapport égratigne en revanche la Minusma, dont le mandat a été élargi en 2019 mais qui tarde à se réformer. «Il lui faudrait ainsi se montrer davantage offensive, en particulier dans le Centre du Mali», estime le rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.