Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Les forces d'occupation marocaines répriment violemment des militantes sahraouies    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des soirées ramadhanesques presque normales!
Parties de dominos, tarawih et veillées dans les cafés
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

Retour en force! Après un Ramadhan 2020 confiné, les fameuses «sahrate» ont repris leurs droits, mardi dernier. Une demi-heure à peine après l'appel du muezzin à la rupture du jeûne, les rues commencèrent déjà à se remplir. «J'ai avalé rapidement quelques gouttes de chorba et croqué des boureks pour aller m'offrir mon vrai plaisir de ce mois sacré», souligne Farid, qui attendait impatiemment l'ouverture de la cafétéria de son quartier. Car, son péché mignon est un «espresso» bien serré et une petite cigarette. «Kahwa ou garou, khir mel sultane fi darou» (un café et une cigarette valent mieux que d'être prince dans son palais, Ndlr), souligne-t-il en sirotant goutte par goutte son «ristretto».
Il n'est pas le seul à «sacrifier» son repas pour une «kahwa». Plusieurs jeunes et moins jeunes «accros» à la caféine avaient envahi les terrasses des cafés. «Et dire que l'an dernier, on devait prendre le risque de se retrouver sous les barreaux pour ce petit moment de joie», se remémore, Zaka, un jeune attablé avec quatre de ses amis dans un salon de thé de la capitale.
«Oui, tu te souviens quand on achetait nos cafés sous le rideau avant de rentrer en courant de peur de se faire arrêter», lui répond l'un de ses amis. Tous se disent ne pas être du tout nostalgiques de cette époque cauchemardesque. «C'est une période noire que l'on préfère oublier. J'espère que l'on ne la revivra jamais», soutiennent -ils avant de quitter l'endroit qui commençait à être trop bondé de monde.
À l'image de presque la majorité des cafés du pays. Particulièrement ceux qui diffusaient le match de Ligue des Champions européenne, entre le PSG et le Bayern de Munich. Comme au bon vieux temps de l'avant-Covid-19, les clients étaient collés les uns contre les autres. Il n'y avait même pas où s'asseoir! Certains sont restés debout, alors que d'autres se partagent une chaise et accessoirement un...verre de thé ou café.
Les accolades étaient même de mise, notamment lors du but allemand. Seules les quelques personnes «masquées» qui passaient à proximité étaient là pour nous rappeler l'existence du coronavirus. Les règles d'hygiène et de distanciation sociale étaient quasi inexistantes dans presque toutes les cafétérias d'Alger, que nous avons visitées, lors de cette première soirée de Ramadhan. Une situation que résume bien cette discussion entre un jeune et son ami. «Le virus n'existe plus mon frère», lance l'un d'eux pour convaincre l'autre de lui serrer la main. Il tente même de le convaincre de retirer son masque, en vain! Néanmoins, arrive une troisième personne qui, elle, fait la bise à presque toute la salle... On se croirait véritablement revenu 2 ans en arrière, avant que ce fatal virus ne vienne perturber le monde entier. Il ne manquait que les «kheïma»... La foule dans les «khawi» n'était, d'ailleurs, pas la seule «habitude» ramadhanesque qui a fait sa réapparition. Les fameuses «kaâdate»
(rencontres) de dominos étaient aussi de mise. Des tables de fortune ont «miné» les coins et recoins des quartiers. «La partie de dominos après les «tarawih» a une saveur que seuls les Algériens connaissent», plaisante Kacem tout en tapant sur la table avec une pièce du jeu. Toutefois, un nouvel arrivant est venu «concurrencer» le domino. Il s'agit du ludo, un autre jeu de société, appelé populairement «tchaktachyka». Tout comme son «alter ego», il connaît un succès fou auprès de ceux qui veulent passer du temps durant les soirées de ce Ramadhan, qui ne sont pas aussi longues qu'avant. Mais cela n'inquiète pas outre- mesure les joueurs invétérés. «On va se mettre dans les petits coins du quartier, où la police ne peut pas nous voir. On va continuer notre soirée jusqu'au s'hour», assure Islem qui avait préparé une chicha et du thé pour l'occasion. D'autres, qui étaient ravis de pouvoir accomplir les «tarawih» dans les mosquées se sont montrés plus raisonnables. Un petit tour dans les quartiers avant de rentrer à l'heure du couvre-feu. Cependant, que ce soit les veilleurs ou les prieurs, ils espèrent tous un réaménagement des horaires du confinement à domicile. Chose que certains commerces ont déjà «adoptée»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.